Pendant les matchs d’ouverture que jouera l’Argentine à la Coupe du monde, Mariano Sachez de Buenos Aires encouragera son équipe depuis les gradins.

Mais il ne se contente pas d’assister aux matchs de son pays d’origine pendant la première quinzaine du Mondial.

Son calendrier est aussi rempli de 14 événements « juifs » que lui et son épouse organisent dans les sept villes hôtes. Cela comprend des prières de Shabbat les vendredis soirs, des matchs de football sur la plage qui se concluent par la cérémonie de havdalah le samedi soir, des visites de lieux d’histoire juive.

Pour Schlez (38 ans) et sa femme, Paola Salem (37 ans) , la Coupe du monde qui se joue dans la région les a amenés à réfléchir l’hiver dernier à différentes possibilités d’activités à thème juif pour les supporteurs. A l’origine, ils ont pensé à en organiser deux ou trois .

« Cependant », dit Salem, « le projet a pris plus d’ampleur que nous le pensions au début. »

L’objectif était de réunir des visiteurs juifs du monde entier, déjà unis par leur passion pour le football.

« C’est formidable de se rencontrer entre fans juifs de foot », a déclaré jeudi Schlez après son arrivée à Rio de Janeiro. « J’adore le football, j’ai joué toute ma vie et j’enseigne ce beau sport à beaucoup d’enfants, donc c’était l’occasion de faire un lien entre mon amour pour le ballon rond et ma vie juive. »

Ses amis Maxi Klein et Damian Beker ont fait avec lui le voyage de près de 3 000 km, en trois jours de route depuis l’Argentine. Ils l’aident aussi à organiser des activités juives. A Buenos Aires, ils travaillent tous trois pour l’association sportive de la jeunesse juive Maccabi.

Restée à la maison avec leurs deux enfants, son épouse Salem assure a elle seule le quartier général, en répondant aux demandes de renseignements publiées sur les deux pages Facebook du projet « Jewish Soccer Fanatics Traveling to Brazil in 2014 » et « Jewish Connect at the World Cup Football 2014 », ainsi que pour le contacts avec les organisations juives brésiliennes dans les sept villes que sont Belo Horizonte, Fortaleza, Manaus, Porto Alegre, Recife, Rio de Janeiro et Sao Paulo.

Elle explique que des fans d’environ 20 pays ont échangé des informations sur ces pages Facebook à propos des événements et d’autres questions comme comment se procurer des billets et où se loger.

Ceux qui souhaitent assister à l’un des événements juifs – tous sont gratuits – doivent s’inscrire, puis Salem fait suivre l’information aux responsables de la sécurité sur les différents sites. Des bénévoles offrent leurs services par le biais de Facebook.

Salem affirme que le budget pour tout le projet s’élève à 9 000 dollars, dont
5 000 sont couverts par une subvention de la fondation familiale Charles and Lynn Schusterman basée à Tulsa, dans l’Oklahoma Tulsan. Des petites et grandes entreprises ont fait des dons et offert des produits, tandis que d’autres ont fourni des réductions pour l’impression de dépliants promotionnels et pour broder les 400 kippot que Schlez a apportées pour les distribuer lors des événements de Shabbat.

Pour Salem faire le lien entre des Juifs du monde entier est ce qu’elle aime, « c’est comme un rêve » dit elle

Le rêve a commencé à prendre forme lors d’un dîner de famille quand Schlez – un fan de longue date du joueur Diego Maradonna qui a mené l’Argentine à la victoire de la Coupe du monde en 1986 – a exprimé le désir de participer à la compétition au Brésil. Le couple a réfléchi à des idées de programmation avant de prendre contact avec la fondation Schusterman.

En janvier cette année, ils ont appris que la demande de subvention avait été acceptée. C’est alors qu’il a fallu passer à la vitesse supérieure.
La programmation pour la Coupe du monde va de pair avec l’objectif de Turismo Judaico, une société lancée par Salem pour fournir aux voyageurs juifs des informations telles que les heures d’allumage des bougies du Shabbat, les restaurants casher et les sites d’intérêt culturels et religieux.

Pour Seth Cohen, directeur des initiatives de networking juif à la Fondation Shusterman, « Les jeunes adultes sont les leviers du changement dans le monde juif, et les événements organisés au Brésil apportent une lentille juive à une expérience que le monde entier regarde. »

« Les yeux du monde sont rivés sur ​​le Brésil. Allumons aussi la lumière sur sa communauté juive ».