Deuxième jour d’affrontements au mont du Temple pour des visites juives
Rechercher

Deuxième jour d’affrontements au mont du Temple pour des visites juives

Selon la police, les émeutiers arabes ont préparé des pierres et des pétards pendant la nuit pour agresser les visiteurs

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des émeutiers musulmans ont affronté la police pour le deuxième jour consécutif sur le site du mont du Temple à Jérusalem, alors que les autorités ont permis à des touristes, dont des groupes juifs, de visiter la zone pendant les sensibles dix derniers jours du Ramadan.

Plusieurs Palestiniens auraient été blessés par des balles dont la pointe est en éponge tirées par les forces de sécurité pendant l’émeute.

En réponse, un responsable palestinien a prévenu des « conséquences » de l’ « agression » israélienne sur le lieu saint de Jérusalem.

La police avait déployé des effectifs supplémentaires par précaution après avoir appris, a-t-elle dit, que « de jeunes arabes, certains masqués, s’étaient barricadés pendant la nuit à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple dans le but d’affronter la police, et de perturber les visites régulières et les visiteurs du mont du Temple pendant le Ramadan ».

https://youtu.be/ONJSt3bf0_s

Selon la police, les émeutiers avaient stocké des pierres et d’autres objets, dont des pétards, dans la mosquée Al-Aqsa, « tous étant destinés à une confrontation avec la police et les forces de sécurité, pour les empêcher de fermer les portes et pour perturber les visites régulières au mont du Temple. »

Des pierres stockées à l'intérieur de la mosquée d'Al-Aqsa, q'un employé tente de nettoyer, en 2014 (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP.)
Des pierres stockées à l’intérieur de la mosquée d’Al-Aqsa, q’un employé tente de nettoyer, en 2014 (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP.)

La police pousse parfois les émeutiers du mont du Temple dans la mosquée puis ferme les portes pour les contenir et empêcher des affrontements supplémentaires et des jets de pierres.

Alors que les visiteurs commençaient à arriver sur le site, « de jeunes musulmans, certains masqués, ont commencé des pierres sur les forces [de sécurité] qu’ils avaient rassemblées en avance et stockées dans la mosquée Al-Aqsa », a déclaré la police, qui a noté que des pétards avaient également été tirés directement sur les forces de sécurité.

La police des frontières et la police anti-émeute ont affronté la foule et ont repoussé les émeutiers dans la mosquée, après quoi « les visites de juifs et de touristes ont continué comme d’habitude sur le mont ».

A la fin des visites, les portes de la mosquée ont été rouvertes et les émeutes ont repris.

Les forces ont répondu « avec retenue mais avec détermination » jusqu’au retour du calme, a déclaré la police.

Youssef al-Mahmoud, porte-parole de l’Autorité palestinienne (AP), a critiqué les activités de la police sur le mont du Temple, prévenant des « conséquences » de cette « agression » contre la mosquée et les fidèles qui s’y trouvaient, et affirmant que ces mesures s’inscrivaient dans le cadre d’une vaste politique israélienne ciblant les Palestiniens, a annoncé Wafa, l’agence de presse palestinienne officielle.

« L’agression contre Al-Aqsa et l’offense contre les fidèles font partie d’un plan complet [du gouvernement israélien] pour cibler les terres de l’état de Palestine, notre peuple, et particulièrement les lieux saints et les symboles religieux », a-t-il déclaré.

Le porte-parole de l’AP a déclaré que la mosquée appartenait particulièrement aux Palestiniens, ainsi qu’aux arabes et aux musulmans en vertu d’un droit historique.

Il a souligné que le gouvernement israélien était « pleinement responsable de l’agression incessante contre Al-Aqsa », et de la sécurité des citoyens et des fidèles.

Dans un communiqué, la police de Jérusalem a déclaré que « pendant la fête du Ramadan, qui a commencé il y a trois semaines, la police a agi avec détermination et professionnalisme, avec une présence accrue dans Jérusalem et ses environs, et avec une attention particulière portée à la Vieille Ville et au mont du Temple, dans le but de permettre à des centaines de milliers de fidèles musulmans de célébrer la fête à Jérusalem et sur le mont du Temple. »

« Jusqu’à présent, la paix a été maintenue, et des centaines de milliers de musulmans qui ont été à Jérusalem et sur le mont du Temple ont célébré les jours du Ramadan sans incident. »

Des responsables musulmans ont déclaré que les troubles récents ont commencé quand Israël a autorisé les visiteurs sur le complexe, en violation d’un tradition qui n’autorise que les fidèles musulmans à entrer pendant les dix derniers jours du Ramadan, qui se déroulent actuellement.

Ces dix jours, qui ont commencé dimanche, sont les plus solennels pour les musulmans et la période attire le plus grand nombre de fidèles sur le site.

Des affrontements au sensible lieu saint ont dans le passé déclenché des violences palestiniennes à Jérusalem et au-delà.

En fin d’après-midi lundi, la police israélienne a arrêté trois Palestiniens soupçonnés d’être impliqués dans les troubles publics et d’avoir jeté des pierres sur des policiers sur le mont du Temple.

Les suspects ont été emmenés pour interrogatoire, a annoncé la police.

Suite aux affrontements de dimanche, le Croissant Rouge palestinien a déclaré qu’il avait emmené sept Palestiniens dans un hôpital de Jérusalem Est pour des blessures causées par des balles à tête en éponge, des gaz lacrymogènes et des coups à la mosquée Al-Aqsa. Au moins un policier a été blessé pendant les affrontements, et des policiers ont arrêté quatre jeunes masqués « qui perturbaient les visites sur le mont du Temple » de personnes non musulmanes, a déclaré la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...