Intégrer « la tradition juive » dans les décisions sur le travail lors de Shabbat ?
Rechercher

Intégrer « la tradition juive » dans les décisions sur le travail lors de Shabbat ?

Soumis par le député ultra-orthodoxe Moshe Gafni, ce projet de loi s'inscrit dans le conflit autour des travaux pendant Shabbat ; Lapid accuse les députés ultra-orthodoxes de "cultiver la haine" et Liberman veut s'y opposer

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri (au centre), le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à gauche) et le député Moshe Gafni (Torah VeYahadout) à la troisième conférence du parti Shas à l’hôtel Ramada, à Jérusalem le 16 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri (au centre), le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à gauche) et le député Moshe Gafni (Torah VeYahadout) à la troisième conférence du parti Shas à l’hôtel Ramada, à Jérusalem le 16 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Mercredi, les députés ont donné leur accord préliminaire à un projet de loi soumis par des députés ultra-orthodoxes, stipulant que le ministre chargé du travail devra « prendre en considération la tradition juive, dans la mesure du possible », quand il s’agira de délivrer des permis de travail pendant Shabbat, le samedi, jour du repos juif.

Le projet, soumis par le député Moshe Gafni (YaHadout HaTorah) a été approuvé à 43 votes contre 32. Il a été accéléré pour être soumis à une lecture préliminaire mardi. La puissante Commission des Lois a organisé une réunion spéciale pour qu’elle obtienne le soutien de la coalition.

Cependant, la proposition n’ira pas plus loin tant que le gouvernement n’aura pas rédigé sa propre version de la loi.

Cette proposition s’inscrit dans le cadre d’une crise opposant le gouvernement et ses membres ultra-orthodoxes. Cette crise a été déclenchée par la démission de Yaakov Litzman, chef du parti YaHadout HaTorah, de ses fonctions de ministre de la Santé, après que des travaux ferroviaires ont été réalisés pendant Shabbat.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ensuite conclu un accord avec les partis ultra-orthodoxes, dans le cadre duquel le gouvernement proposera une loi qui maintiendra le statu quo sur l’observance du Shabbat en Israël.

Hadashot News a indiqué que le projet de loi autoriserait les commerces de proximité de Tel Aviv à rester ouvert pendant Shabbat, et garantira l’absence de perturbations dans les transports en communs (ce qui signifie que les travaux de maintenance pourront avoir lieu Shabbat).

Cependant, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, du parti Shas, a préféré décrire cet accord comme une victoire pour les partis ultra-orthodoxes.

« Nous sommes parvenus à conclure un accord qui a trait aux commerces de proximité et à d’autres sujets », a déclaré Deri au début de la semaine. « C’est un état juif et la plupart des citoyens veulent ressentir Shabbat dans les rues et dans leurs villes. »

En soumettant son projet mercredi, Gafni a souligné qu’il n’était pas coercitif.

« Aujourd’hui, le ministre ne peut prendre en considération l’aspect de la tradition juive », a expliqué Gafni.

« Cette proposition ne contraint le ministre [à prendre en compte la loi juive] mais indique qu’il a la possibilité de le faire. »

« Je ne propose pas une loi qui force qui que ce soit à faire quoi que ce soit. Nous ne cherchons pas à être coercitif et nous savons [quel est le type de pays] dans lequel nous vivons », a ajouté Gafni.

Le ministre des Affaires sociales Haim Katz, qui supervise également la règlementation du travail, a déclaré mercredi qu’il soutenait le projet de loi, bien qu’il ait assuré qu’il avait déjà pris en considération la tradition juive.

« Dans mes réflexions, je prends en compte le Shabbat comme tradition juive, au même titre que les lois du travail », a expliqué Katz « Mais, il y a des personnes qui ne sont ni juives ni israéliennes, de pays étrangers, qui ont remporté un appel d’offres. »

Yair Lapid, chef du parti Yesh Atid, figure forte de l’opposition, s’est montré réfractaire. « Vous ne nous imposerez pas le judaïsme, parce qu’il ne vous appartient pas. »

« Tout ce que vous faites, c’est créer des lois qui cultivent la haine en Israël », a-t-il dit. « La tradition juive s’est très bien portée pendant des millénaires, sans les lois de coercition religieuse. »

Le parti Yisrael Beytenu a annoncé, pour sa part, mercredi qu’il opposerait son veto à un projet de loi visant à interdire l’ouverture des commerces de proximités à Tel Aviv pendant Shabbat.

Le député Robert Ilatov a fait savoir au chef de la coalition David Bitan dans un courrier que le parti du ministre de la Défense Avigdor Liberman votera contre toute version de ce projet de loi.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, à la tête du parti ultra-orthodoxe Shas, a soumis un projet de loi qui lui octroierait l’autorité de fermer les commerces de proximité pendant Shabbat, en contournant une décision de la Cour suprême.

Liberman, dont le parti Yisrael Beytenu, a émis son veto sur les questions de religion et d’État, et a clairement établi qu’il ne tolérera aucun changement au statu quo religieux.

Le ministre du Tourisme Yariv Levin, du Likud, aurait l’intention de proposer une version assouplie du projet de loi sur les supermarchés. Avigdor Liberman, dont le parti Yisrael Beytenu, a émis son veto sur les questions de religion et d’État, a clairement établi qu’il ne tolérera aucun changement au statu quo religieux.

Le mois dernier, la Cour suprême a rejeté un appel qui demandait l’interdiction d’ouvrir des petits commerces pendant Shabbat, ce qui avait excédé les députés ultra-orthodoxes. Ils s’étaient alors engagés à contourner la loi avec un nouveau projet de loi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...