Plus de 2 000 personnes se sont rassemblées devant la Knesset samedi soir pour réclamer la légalisation du cannabis.

Les manifestants ont bloqué la route d’accès au bâtiment dimanche matin et ont affronté la police, qui tentait de disperser les manifestants et de rouvrir la route.

Près de 25 personnes ont été arrêtées, selon les manifestants.

La manifestation, intitulée « La nuit du Big Bang » (en référence au bang, une pipe à eau généralement utilisée pour fumer du cannabis), s’est déroulée dans le parc Wohl Rose, à proximité du Parlement, mais la police a bouclé la zone afin d’empêcher le rassemblement.

Vendredi, deux des organisateurs, Amos Dov Silver et Offer Bartov, ont été arrêtés et inculpés pour sédition après avoir appelé les participants à fumer de la marijuana pendant la manifestation.

Sur la page Facebook de la manifestation, les organisateurs ont écrit :
« Cet événement n’a pas l’intention de provoquer ou d’enfreindre la loi, c’est la loi qui nous perçoit de cette façon et pas le contraire. Nous venons pour fumer du cannabis, parce que c’est ce que nous faisons. Et si l’État a un problème avec la consommation de cannabis, il peut se mettre à nous arrêter un à un. »

En début d’année, 11 députés ont reconnu avoir consommé du cannabis sous une forme ou sous une autre.

L’ancien procureur général Menachem Mazuz a confié à Haaretz l’an dernier que la poursuite des enquêtes judiciaires sur la consommation à des fins personnelles de « drogues douces » représentait « une perte de temps pour les forces de l’ordre. »

Toutefois, la police investit des ressources considérables pour de telles affaires. 22 895 enquêtes pour utilisation de drogues à des fins personnelles ont été ouvertes en 2012.

Ce chiffre représente 70 % de l’ensemble des enquêtes sur les narcotiques. Selon Haaretz, il y a eu 5 254 inculpations.

Le sujet a fait la une en début de mois alors que plusieurs célébrités, soupçonnées d’avoir acheté des petites quantités de marijuana à des fins personnelles, ont été interrogées par la police.