Les effets persistants de l’Opération Bordure protectrice sur le tourisme
Rechercher

Les effets persistants de l’Opération Bordure protectrice sur le tourisme

Le tourisme israélien n'est pas au meilleur de sa forme

Photo d'une plage de Tel Aviv lors d'une journée ensoleillée (Crédit photo : Nicky Kelvin / Flash90)
Photo d'une plage de Tel Aviv lors d'une journée ensoleillée (Crédit photo : Nicky Kelvin / Flash90)

Depuis l’opération Bordure Protectrice de l’année dernière le tourisme israélien reste à la baisse rapporte Le Monde.

Sur le premier semestre de 2015, il y a eu un recul qui s’élève à 17 % par rapport aux années précédentes alors que l’industrie du tourisme représente 7 % du PIB national d’Israël.

L’opération militaire à Gaza a marqué les esprits, et plus particulièrement les touristes. Les plages de Tel Aviv étaient vides en juillet 2014. Le Times of Israel rapportait que le tourisme avait alors chuté de 26 % par rapport à 2013.

Malgré un an de recul, le tourisme israélien ne se porte toujours pas aussi bien qu’avant le conflit avec l’enclave palestinienne et certains touristes restent frileux.

Le Monde explique qu’un autre facteur pourrait affecter le l’insdustrie du tourisme. Israël est devenu une destination particulièrement chère.

Le Forum mondial de l’économie affirme que le prix moyen d’une chambre en 2013/2014 est de 200 dollars la nuit, ce qui place Israël en dix-neuvième place des destinations les plus chères du monde rapportait le Times of Israel.

Différentes initiatives ont été mises en place pour lutter contre ces prix astronomiques.

Le ministre du tourisme a ainsi proposé une loi pour favoriser la construction de nouveaux hôtels pour créer plus de concurrence.

Les vacances d’été représentent un test pour l’industrie israélienne, les chiffres de la saison feront peut être démentir la tendance générale du début d’année 2015

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...