Les moutons sont arrivés. Après trois ans de négociations de haut niveau entre les gouvernements israélien et canadien, 119 moutons issus du patrimoine, qui remontent à 5 000 ans au Moyen-Orient, ont commencé à arriver en Israël le 30 novembre. C’est la première fois que cette race, appelée le mouton de Jacob, est en Israël depuis les temps bibliques.

Trois des 11 vols transportant les moutons sont déjà arrivés en Israël, selon Gil et Jenna Lewinsky, les bergers qui ont commencé à élever ces ovins sur un coup de tête dans l’ouest du Canada. « Le premier mouton est arrivé, selon le calendrier juif; le jour où Noé est sorti de l’arche, le 28 Heshvan », a déclaré Jenna Lewinsky.

« C’était beau de les voir marcher sur le sol d’Israël », s’est-elle réjouie. « En tant que personne juive, je suis tellement liée à la terre, mais de voir tout le projet se relier – cela va rester avec moi pour le reste de ma vie ».

Jenna Lewinsky a immigré en Israël, il y a seulement trois semaines avant le premier vol des moutons qui font leur propre baa-lyah.

L’origine génétique de cette race remonte à au moins quelques milliers d’années. L’histoire de cette race de mouton a débuté dans l’ancienne Syrie (qui est également le foyer biblique de Laban) et a continué en Afrique du Nord. Les envahisseurs maures ont apporté la race en Espagne, puis en Angleterre, où l’animal avait quelque chose d’un mouton trophée. Un certain nombre ont été apportés en Amérique du Nord, initialement pour des zoos puis plus tard pour des raisons commerciales.

Les recherches génétiques ont retracé le parcours du mouton de Jacob, depuis l'ancienne Syrie jusqu'à l'Amérique du Nord (Crédit : autorisation Gil Lewinsky)

Les recherches génétiques ont retracé le parcours du mouton de Jacob, depuis l’ancienne Syrie jusqu’à l’Amérique du Nord (Crédit : autorisation Gil Lewinsky)

La race a reçu le nom de « mouton de Jacob » sur la base du chapitre 30 de la Genèse, quand Jacob parle de quitter la maison de Laban et de prendre sa part du troupeau en paiement de ses années de services. « Aujourd’hui je vais passer parmi tout ton petit bétail, dont je mettrai à l’écart tout agneau pointillé ou tacheté, tout agneau brun parmi les moutons, tout tacheté ou pointillé parmi les chèvres : ce sera mon salaire » (Genèse 30:32).

le trajet de la race reflète le trajet de Jacob à Canaan puis en Egypte. Pendant que les juifs étaient en Egypte, le mouton a été intégré dans les troupeaux nord-africains. Quelque part pendant le chemin, bien que les juifs soient retournés en Israël, le mouton tacheté n’est pas rentré avec eux. Selon les Lewinsky, le mouton n’a pas été retrouvé en Israël depuis des milliers d’années.

Gil et Jenna Lewinsky ont également vu un signe dans le fait que le premier mouton soit arrivé au cours de la semaine précédant la lecture de la partie de Vayetzei de la Torah, où c’est la première fois que les moutons de Jacob sont mentionnés dans la Torah, dans la Genèse.

Un mouton de Jacob nommé Rachel, arborant ce que les Lewinsky appellent un "visage heureux", dans leur ferme à Abbotsville, BC, Canada. (Crédit : Gil Lewinsky/Mustard Seed Imaging)

Un mouton de Jacob nommé Rachel, arborant ce que les Lewinsky appellent un « visage heureux », dans leur ferme à Abbotsville, BC, Canada. (Crédit : Gil Lewinsky/Mustard Seed Imaging)

L’arrivée des moutons a nécessité des négociations politiques entre le ministère de l’Agriculture et du Développement rural d’Israël et l’Agence canadienne de l’Inspection des aliments.

Le porte-parole du ministère de l’Agriculture a déclaré en juin que le Canada ne figurait pas sur la liste des pays qui sont autorisés à exporter du bétail vers Israël, de sorte que l’autorisation d’amener le troupeau de moutons de Jacob a été approuvée « dans des circonstances exceptionnelles et à des fins touristiques uniquement ». Les Lewinsky espèrent ouvrir une ferme éducative, bien que leur projet d’achat n’ait pas abouti dans la ville de Katzrin dans le plateau du Golan et ils recherchent toujours un terrain.

Pour l’instant, les moutons sont maintenus en quarantaine dans un établissement privé spécial dans le sud d’Israël, où ils resteront pendant huit jours après l’arrivée du dernier mouton, un processus qui devrait prendre environ un mois. Ensuite, les Lewinsky loueront une ferme jusqu’à ce qu’ils trouvent une maison permanente.

Gil Lewinsky a déclaré que les Israéliens d’Ofakim et d’Ein Habesor les ont accueillis et aidé à construire un logement afin qu’ils puissent rester avec les moutons pendant le processus de quarantaine, afin de les protéger contre le vol et les loups.

Gil et Jenna Lewinsky nourrissent leurs moutons dans leur ferme d’Abbotsford, Vancouver, au Canada, en 2016. (Crédit : Mustard Seed Imaging)

En raison de la grève des pilotes d’El Al, les Lewinsky ont été obligés d’utiliser d’autres compagnies aériennes pour le transport aérien, qui coûtera entre 80 000 et 100 000 dollars. Au cours de l’été, El Al avait accepté de subventionner 90 % du coût pour ramener les moutons en Israël.

Alors que les moutons ont habituellement deux cornes, les moutons de Jacob en ont entre quatre et six, comme Solomon. (Crédit : Gil Lewinsky/Mustard Seed Imaging)

Alors que les moutons ont habituellement deux cornes, les moutons de Jacob en ont entre quatre et six, comme Solomon. (Crédit : Gil Lewinsky/Mustard Seed Imaging)

Des questions de dernière minute sur les exigences de la quarantaine et du ministère de l’Agriculture ont fait que les Lewinsky ne savaient pas quand les moutons allaient arriver jusqu’au dernier moment.

La saga du mouton a attiré l’attention du monde entier et a bénéficié d’une couverture dans les médias israéliens, juifs, et les médias traditionnels tels que le New York Times et le Modern Farmer.

« C’était spectaculaire. Le [premier groupe] est arrivé exactement quand la pluie a commencé à tomber », a déclaré Gil Lewinsky. « C’était un vrai soulagement : il faisait si chaud et sec en Israël et avec tous ces feux, et puis tout à coup nous avons une pluie et les moutons sont ici ».

« C’est tellement surréaliste de savoir qu’ils sont en réalité ici, même si nous devons encore passer par la quarantaine », a-t-il ajouté. « Nous ramenons une partie de l’histoire juive à la patrie, et c’est formidable de faire partie de cela ».