Liberman reconnaît un différend avec Washington sur le transfert de l’ambassade
Rechercher

Liberman reconnaît un différend avec Washington sur le transfert de l’ambassade

Le ministre de la Défense a fustigé les ministres qui, comme Bennett, affrontent Netanyahu avant la visite de Trump en Israël

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant la conférence du barreau israélien à Tel Aviv, le 20 décembre 2016. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant la conférence du barreau israélien à Tel Aviv, le 20 décembre 2016. (Crédit : Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a semblé reconnaître lundi un différend avec Washington sur le déplacement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

« Notre position est claire depuis des années : Jérusalem est la capitale d’Israël », a-t-il déclaré, ajoutant que la Maison Blanche du président américain Donald Trump était une « administration amicale ».

« Et même entre les meilleurs amis, il existe des différences d’opinion. Ce n’est pas la première fois que nous avons des différences d’opinion avec les Etats-Unis, sur cette question ou une autre », a-t-il dit, répondant à une question sur le possible déplacement de l’ambassade au début de la réunion du groupe parlementaire de son parti, Yisrael Beytenu.

Il n’est pas nécessaire de « le transformer en lutte ou en tragédie, a-t-il ajouté. Ici aussi, il faut transcender ses instincts et tenter de gérer [ce différend] de manière respectueuse et organisée. Moins dans les médias, plus dans les conversations privées. »

Naftali Bennett, ministre de l'Education, pendant la cérémonie de remise des prix Israël, à Jérusalem, le 2 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Naftali Bennett, ministre de l’Education, pendant la cérémonie de remise des prix Israël, à Jérusalem, le 2 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Liberman a critiqué ses collègues du gouvernement qui affrontent publiquement le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant la future visite de Trump, une référence apparente au ministre de l’Education Naftali Bennett.

« Chaque lutte dans les médias ne renforce pas notre position dans les négociations, pas avec les Palestiniens, et pas avec les Etats-Unis », a-t-il dit.

Dimanche, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a indiqué que Trump réfléchissait pour savoir si le déplacement de l’ambassade serait positif ou négatif pour les perspectives de paix, poussant Netanyahu à publier un communiqué affirmant que cela renforcerait les efforts de paix en « brisant les fantasmes palestiniens » sur la possibilité que Jérusalem soit la capitale de leur futur état.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...