Des milliers de personnes ont rendu hommage mercredi à un général iranien tué dans un raid israélien en Syrie, un haut responsable militaire à Téhéran avertissant qu’Israël serait puni pour cette attaque.

Le général Mohammad Ali Allahdadi, membre des Gardiens de la révolution, est mort dimanche dans un raid aérien israélien à Qouneitra sur le Golan syrien qui a visé le Hezbollah chiite libanais dont six membres ont péri.

Le Hezbollah et son parrain iranien, deux bêtes noires d’Israël, soutiennent le régime syrien dans sa guerre contre les rebelles et les djihadistes.

La cérémonie officielle de funérailles était organisée à Téhéran dans une base des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime, selon des journalistes de l’AFP sur place.

« La voie du martyr Allahdadi ne peut être stoppée et se poursuivra jusqu’à la libération de Jérusalem et l’annihilation du régime sioniste, une tâche de disgrâce dans la région », a affirmé le chef des Gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jafari, cité par l’agence Irna.

Selon le général Jafari, le militaire était en Syrie pour « rétablir la sécurité et la paix dans ce pays ».

La veille, le général Jafari a affirmé dans un communiqué que « les sionistes doivent s’attendre à subir des éclairs dévastateurs », affirmant que les Gardiens de la révolution poursuivraient « leur soutien aux combattants musulmans dans la région jusqu’à l’élimination complète de cette source de corruption » dans la région.

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’Etat hébreu et prédit régulièrement sa disparition, fournit une aide militaire et financière aux groupes palestiniens Jihad islamique et Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

« Allahdadi est le premier général à tomber en martyr par un missile tiré par le régime sioniste et ses camarades sont prêts à poursuivre sa voie », a lancé le général Mostafa Iyzadi, chargé des affaires stratégiques au sein des forces armées, selon l’agence Fars.

Après la cérémonie, la foule a salué « le soldat de la nation » puis accompagné le cercueil, peint aux couleurs du drapeau iranien, en scandant « A mort Israël » alors que deux drapeaux israéliens étaient brûlés.

Le général Allahdadi doit être enterré jeudi matin à Pariz (sud-est), sa ville natale.

Selon une source israélienne de sécurité, le raid a visé des « éléments terroristes » accusés de préparer des attaques contre l’Etat hébreu.