Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a invité lundi les manifestants israéliens, qui souhaitent l’établissement d’un Etat palestinien, à s’installer là-bas dans une diatribe lancée contre les violents manifestants qui, depuis samedi, affrontent la police dans les villes arabes israéliennes.

Cette déclaration de Netanyahu intervient alors que Jérusalem et le nord d’Israël connait sa troisième journée consécutive d’instabilité suite à la mort d’un homme armé d’un couteau, abattu par la police dans la matinée de samedi à Kafr Kanna.

« Pour tous ceux qui hurlent contre Israël et qui manifestent contre lui – vous êtes invités à rejoindre l’Autorité palestinienne ou Gaza, Israël ne vous en empêchera pas », a affirmé Netanyahu, en début de semaine, lors d’une convention du comité central du Likud.

« Mais pour tous ceux qui souhaitent rester – nous nous mettrons en travers du chemin des terroristes et des attaquants. J’ai donné l’instruction pour que l’on utilise tous les moyens mis à notre disposition : voter de nouvelles lois, démolir les domiciles des terroristes, et d’autres mesures [encore] ».

Ces trois derniers jours, les manifestants, qui ont brandi des drapeaux palestiniens, ont appelé à la destruction d’Israël dans de nombreuses villes arabes israéliennes. Certaines manifestations sont devenues violentes.

Les manifestations dans le nord d’Israël se sont poursuivies lundi matin.

Deux milles personnes, dont beaucoup brandissaient des drapeaux palestiniens, se sont réunies dans la ville de Sakhin, au nord de Kafr Kanna, la ville où Kheir Hamdam, 22 ans, a été abattu par la police samedi. Cet incident a entrainé de nombreuses vagues de manifestations dans la région.