Le président Reuven Rivlin a tenu un discours à la cérémonie d’ouverture de la collection principale du nouveau Musée sur l’Histoire des Juifs de Varsovie. Il s’est remémoré les périodes harmonieuses et profondément douloureuses des Juifs en Pologne.

« Je ne me tiens pas ici devant vous en tant qu’individu mais plutôt comme le représentant d’une nation entière », a déclaré Rivlin en hébreu lors de son premier voyage d’Etat en tant que président.

« Une nation dont le voyage collectif trouve ses racines dans les fondations de l’existence juive et humaine et qui plonge aussi dans le mal. En tant que Juif, même si vous n’êtes pas né en Pologne, le nom même de Pologne vous donne des frissons dans tout le corps et un pincement au cœur. Ce pays était la terre fertile de l’âme de la nation juive mais, malheureusement, elle est aussi la terre du plus grand cimetière juif ».

Le président polonais, Bronislaw Komorowski, a participé à la cérémonie au musée Polin de l’Histoire des Juifs polonais.

« Nous serons pour toujours conscients du danger [qui existe] », continue Rivlin. « L’Etat d’Israël va poursuivre [l’action qu’il a entamé à] Auschwitz et ce qu’il symbolise : la désacralisation de la dignité humaine qui est à l’image de Dieu, l’antisémitisme sous toutes ses formes et ses manifestations, et l’idéologie nazie et raciste. Israël continuera à se battre contre tous ces fléaux et ne capitulera pas. Nous construisons notre futur, avec les yeux grands ouverts et en restant alertes ».

« Nous ne minimisons pas les menaces. Nous ne minimisons pas les déclarations honteuses qui appellent au génocide du peuple juif. L’holocauste continue à servir de signal d’alarme contre les démons non ordinaires ».

Rivlin a aussi souligné le profond désir des Juifs à revenir en Israël. « Le voyage des Juifs a débuté en terre d’Israël, et il s’est toujours efforcé d’y revenir contre vents et marées ».

Komorowski a qualifié ce nouveau lieu à la pointe des technologies multimédia, qui a coûté 75,5 millions d’euros, de « bon investissement dans les futures relations entre nos deux nations et Etats ».

Lors de la conférence de presse, après la réunion officielle entre Rivlin et Komorowski et avant la cérémonie d’ouverture, Rivlin a annoncé que les deux pays avaient signé un accord en recherche et développement « qui non seulement sert à reconnaître l’excellent travail fourni par le partenariat israélo-polonais, mais facilitera les relations [entre les deux nations] et encouragera [la mise en place] d’autres projets de ce type… Nous avons parlé aujourd’hui de partenariat et de coopération entre nos deux peuples ».

Rivlin a aussi évoqué le sujet de la menace du terrorisme islamiste : « nos idéaux sont constamment sous la menace de l’extrémisme ; que cela soit sous la forme de groupes radicaux musulmans, ou l’émergence d’autres éléments qui cherchent à nier les droits et la liberté des autres ».

Komorowski a, pour sa part, promis que la Pologne « sera un partenaire important pour Israël… La Pologne est un partenaire afin de garantir la sécurité d’Israël, qui est un facteur important que la communauté internationale doit reconnaitre ».