The Decent One [Le Décent], documentaire de la réalisatrice israélienne Vanessa Lapa sur l’officier nazi notoire Heinrich Himmler, est en lice pour une nomination aux Oscars. Accompagné de rares images d’archives, le texte du film se fonde uniquement sur un trésor récemment révélé : des documents privés écrits de la main de Himmler et de ses proches.

Le film, l’un des 134 documentaires candidats à une qualification pour la cérémonie des Oscars, est présenté sous le drapeau israélien, même s’il s’agit d’une co-production avec l’Autriche et l’Allemagne.

L’approche non conventionnelle de Lapa et le portrait qu’elle fait de l’officier SS nazi, l’un des concepteurs et maître d’œuvre de la Solution finale contre les Juifs d’Europe, peuvent remuer le public. Si laisser le meurtrier de masse parler en son nom serait accablant, c’est peut-être aussi risqué.

Les missives touchantes de Himmler à sa femme et sa fille sont souvent juxtaposées à des images historiques pénibles, et pourtant, les téléspectateurs souffrant de lacunes en connaissance et compréhension de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah pourraient mal interpréter les intentions du film.

Même le titre du documentaire contient une certaine ironie. Himmler, loin d’être un homme « décent », utilisait à plusieurs reprises les termes « décent » et « décence » dans ses journaux intimes et sa correspondance. La décence était apparemment la vertu que cet acolyte d’Hitler admirait et à laquelle il aspirait le plus.

Lapa, 39 ans, est ravie que son film, résultat de sept ans de travail, reçoive une telle reconnaissance.

« J’ai compris qu’il y avait là une belle occasion de raconter cette histoire sous un angle inhabituel, » dit-elle, assise dans le bureau de Tel Aviv de sa société de production.

« Ma décision d’utiliser uniquement les mots d’Himmler et de ses proches [déclamés par les acteurs] a rendu [ce travail] tellement plus difficile. »

La manière dont ces documents personnels ont servi de base au film de Lapa est complexe et quelque peu déroutante.

En janvier de cette année, le quotidien allemand Die Welt publiait un article exclusif titré : « Les lettres manquantes de Heinrich Himmler refont surface ». Selon les médias, une importante collection privée d’écrits et de photos familiales du chef nazi venait d’être découverte dans un coffre-fort de Tel Aviv après avoir disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les documents sont en possession de Lapa depuis 2006, et c’est elle qui les avait placés dans le coffre-fort. Sans l’accès aux documents, elle n’aurait évidemment pas pu faire son film.

“J’ai conclu un accord avec Die Welt leur donnant le ‘scoop’ sur la collection », explique Lapa, qui a reçu une partie du financement pour son film de l’Axel Springer Stiftung (Fondation). Die Welt est la publication phare d’Axel Springer SE, société européenne d’édition.

Le « scoop », le film, et un livre inspiré de la collection, titré « Himmler Privat: Briefe eines Massenmörders » (Himmler confidentiel : Lettres d’un meurtrier de masse), de la petite-nièce de Heinrich Himmler, Katrin Himmler, et du professeur Michael Wildt, historien à l’Université Humboldt de Berlin, devaient être publiés en même temps plus tôt cette année.

La réalisatrice  du documentaire "The Decent One"  Vanessa Lapa (Crédit : Autorisation)

La réalisatrice du documentaire « The Decent One » Vanessa Lapa (Crédit : Autorisation)

La société de production de Lapa, REALWORKS, Ltd, a acquis la collection en 2006 après la rencontre entre et Chaim Rosenthal, qui avait préservé la correspondance dans une boîte sous son lit pendant 40 ans, en gardant le silence. Le fils de Daniel Rosenthal l’a finalement convaincu qu’il devait montrer les documents au public et les confier à quelqu’un qui en prendrait soin.

Après l’authentification de la collection par des experts des Archives nationales allemandes, l’homme d’affaires belge Dave Lapa, le père de la cinéaste, l’a achetée à Rosenthal (pour une somme symbolique, selon Lapa) et l’a remise à sa fille pour qu’elle puisse réaliser ce qui allait devenir « The Decent One ».

La collection de lettres, de journaux intimes, d'albums phots et d'autres documents appartenant à Heinrich Himmler et sa famille (Crédit:  Autorisation Realworks, Ltd.)

La collection de lettres, de journaux intimes, d’albums phots et d’autres documents appartenant à Heinrich Himmler et sa famille (Crédit: Autorisation Realworks, Ltd.)

A présent que son film est mis au jour, Lapa prévoit de créer un programme d’éducation en utilisant des copies des documents. Les originaux sont toujours enfermés dans un coffre-fort jusqu’à ce qu’il soit décidé à quelle archive, musée ou autre institution culturelle les remettre.

Personne ne sait exactement comment Chaim Rosenthal, artiste et collectionneur, consul israélien des affaires culturelles à New York et Los Angeles, a mis la main sur la collection. On raconte que Rosenthal, décédé en 2012, l’a acquise au cours des années 1960 de l’une des trois façons suivantes : à un marché aux puces à Bruxelles ; à un marché aux puces de Los Angeles ; ou d’un couple de voyageurs à la frontière américano-mexicaine.

« Les gens qui sont directement liés à l’histoire sont morts ou se taisent », dit Lapa.

Ce que l’on sait, c’est que près de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les documents ont été enfermés dans un coffre-fort à « Haus Lyndenficht, » la maison que Himmler partageait avec son épouse Margarete (Marga), sa fille Gudrun et son fils adoptif Gerhard, à Gmund am Tegernsee, Allemagne. Lorsqu’Himmler se cachait dans le nord de l’Allemagne et sa femme et sa fille s’étaient enfuies en Italie, les troupes américaines entrèrent dans la maison et s’emparèrent des documents écrits et des photographies, mais les ont pas remis aux autorités américaines, comme ils auraient dû le faire.

Les quatre soldats américains ont divisé la collection en deux parties : 1910-1926 et 1927-1945. Ils ont échangé la première partie avec un officier des renseignements de l’armée américaine contre une bouteille de whisky. Plusieurs années plus tard, ces documents ont été vendus à l’Institut Hoover de l’Université Stanford, et les académiciens Bradley Smith et Tom Angress ont écrit un livre inspiré d’eux, titré « Heinrich Himmler : Un nazi en devenir, de 1910 à 1926 ».

le livre d'enfant de Gudrun Himmler avec des phots d'elle et de ses parents (Crédit : Autorisation de Kino Lorber, Ltd.)

le livre d’enfant de Gudrun Himmler avec des phots d’elle et de ses parents (Crédit : Autorisation de Kino Lorber, Ltd.)

La seconde moitié des documents dérobés dans la maison de Himmler a fini dans les mains de Rosenthal, sans que l’on sache où ils se trouvaient entre la fin de la guerre et les années 1960.

Parmi les 16 catégories d’articles rangés à l’abri sous le lit de Rosenthal depuis des décennies, se trouvent 273 lettres de Himmler à sa femme (la dernière a été écrite deux semaines avant son suicide sous la garde des Alliés), le livre de bébé de Gudrun, les journaux intimes de Gudrun et de Marga et des centaines des photos de famille (certaines rangées dans des albums).

Se trouvait aussi un livre des dépenses des ménages, un livre de recettes rempli de recettes écrites par Marga de sa propre main ou découpées dans des journaux et des documents nazis du parti appartenant à Marga et à son fils adoptif.

Selon Die Welt, Wildt, l’historien, a qualifié la collection de « masse dense de documents privés », disant : « Il n’existe rien de tel chez aucun autre membre de la direction nazie. »

Le seul autre haut fonctionnaire nazi qui a laissé derrière lui des dossiers personnels était Joseph Goebbels, mais ses nombreux journaux intimes et déclarations sont considérés comme ayant été écrits à des fins de propagande.

Lapa a construit le récit de son film en faisant une recherche d’archives approfondie. Elle a inclus du matériel de 151 sources différentes et a créé son propre dispositif pour restaurer des images d’archives.

« Il n’y avait pas d’appareil de restauration en Israël, donc nous avons acheté le logiciel au Royaume-Uni et fait venir un formateur pour enseigner à notre équipe comment l’utiliser. Ils ont travaillé pendant huit mois pour effectuer la restauration, souvent manuellement », explique Lapa.

Elle a dépensé une importante partie du budget du film, d’1,2 million d’euros, à la restauration.

Himmler et sa fille Gudrun vers 1941 (Crédit : Kino Lorber, Ltd.)

Himmler et sa fille Gudrun vers 1941 (Crédit : Kino Lorber, Ltd.)

The Decent One juxtapose des images troublantes de Himmler dirigeant des rassemblements du parti nazi, au front ou en train de superviser les escadrons assassins, à ses mots ou ceux de ses proches. Certains révèlent un Himmler violemment antisémite et sexuellement pervers.

Cependant, pour la plupart du temps, la correspondance du chef nazi (pas seulement avec sa femme et sa fille, mais aussi avec sa maîtresse, avec qui il a eu deux enfants), est remplie de bavardage mondain sur comment bien dormir malgré tout le dur labeur, des rappels à sa femme qu’il a laissé une boîte de caviar dans la glacière, et comment faire de son mieux pour satisfaire la liste de cadeaux de Gudrun pour Noël.

« Je pars à Auschwitz. Bisous, Votre Heini », écrit Himmler à Marga.

Notamment, le film ne traite pas des négociations secrètes que Himmler a menées avec les Alliés pour essayer de sauver sa propre peau vers la fin de la guerre. À la fin de novembre 1944, il a défié les ordres d’Hitler et publié un contre-ordre intéressé, ordonnant l’arrêt de l’assassinat des Juifs dans tout le Reich et la destruction des chambres à gaz et d’Auschwitz-Birkenau.

« Malheureusement, je n’ai rien trouvé à ce sujet dans ses propres termes, » dit Lapa. « J’aurais aimé avoir pu l’inclure, car cela montre bien son caractère. »

Pour Lapa, petite-fille de survivants de l’Holocauste, « The Decent One » est un voyage dans l’univers de la famille Himmler, un film sur des êtres humains, et non sur la Seconde Guerre mondiale.

« Je montre Himmler au public de la manière la plus authentique. Je les laisse parvenir à leurs propres conclusions et le juger comme ils l’entendent », dit-elle.

Lapa sait que les téléspectateurs percevront son message selon lequel Himmler était pas un personnage de type Dr Jekyll et Mr Hyde, mais plutôt une personne ordinaire dont les choix ont conduit à l’assassinat de millions et à l’effondrement de toute une culture.

Toutes les promesses de Himmler d’envoyer des montagnes de chocolats à sa fille, signés « Euer Pappi » (Ton Papa), ne sont pas du tout la question. Elles sont l’essentiel.

« Plus il parle, plus les malentendus se dissipent sur qui était cet homme », conclut Lapa.