Le chef de la diplomatie autrichienne, Sebastian Kurz, a souligné lundi qu' »une Europe sans Juifs ne serait pas l’Europe », après l’appel à l’émigration vers Israël lancé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au lendemain des attaques de Copenhague.

« Nous devons tout mettre en oeuvre pour garantir la sécurité, de façon à ce que les personnes de confession juive ne soient pas contraintes à émigrer. Une Europe sans Juifs ne serait pas l’Europe », a souligné le ministre dans un communiqué.

« La communauté juive en Autriche doit s’agrandir », a estimé Kurz, dont le pays ne compte plus qu’environ 10 000 Juifs. Sous le nazisme, la communauté juive autrichienne a été exterminée.

L’Autriche comptait quelque 200 000 Juifs, dont l’immense majorité à Vienne, avant l’annexion du pays au Troisième Reich en 1938. Plus de 65 000 de ceux qui ne sont pas parvenus à partir en exil sont morts en déportation.

En septembre, le président de la Knesset Yuli Edelstein, avait déploré que l’Autriche n’ait que « tardivement reconnu » son rôle dans l’Holocauste. Lors du 70e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, le président autrichien Heinz Fischer avait évoqué la « honte indélébile » pour son pays.

Netanyahu a appelé dimanche les Juifs européens à venir s’installer en Israël, à la suite d’un attentat qui a visé la grande synagogue de Copenhague.