10 000 policiers belges ont suivi une formation sur la Shoah
Rechercher

10 000 policiers belges ont suivi une formation sur la Shoah

L’activité vise à "sensibiliser les agents aux mécanismes qui font basculer un groupe dans la violence collective et à encourager la lutte contre les discriminations"

Des motards de la police belge. (Crédit : Eddy Van 3000 / Flickr / CC BY-SA 2.0)
Des motards de la police belge. (Crédit : Eddy Van 3000 / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Lancée en 2014, la formation « Holocauste, police et droits de l’homme » est organisée à la Kazerne Dossin, mémorial, musée et centre de documentation sur l’Holocauste et les droits de l’Homme. Ce lundi, la police fédérale s’est félicité du fait que 10 000 policiers belges y avaient participé. Ainsi, près d’un policier sur 5 a déjà suivi la formation.

L’activité, qui dure une journée, vise ainsi à « sensibiliser les agents aux mécanismes qui font basculer un groupe dans la violence collective et à encourager la lutte contre les discriminations », a décrit la police belge sur son site Internet. Elle est accessible à tous les membres de la police : néerlandophones et francophones, fédéraux et locaux, opérationnels et civils. Pour la majorité des aspirants, elle est comprise dans la formation de base.

L’activité comprend une visite guidée du musée et du mémorial de Kazerne Dossin, ainsi qu’un atelier sur le respect des droits fondamentaux en tant que policier.

« À Kazerne Dossin, les participants tirent les leçons du passé en se penchant sur la radicalisation, les violences collectives, l’exclusion et la polarisation. Ils en gardent un esprit critique qu’ils pourront exercer à l’avenir sur leurs propres actes », rapporte Dominique Van Ryckeghem, directrice générale de la gestion des ressources et de l’information à la Police fédérale.

La Kazerne Dossin est située à Malines, en Belgique, à proximité de l’ancien camp de transit de Mechelen, point de passage de Juifs belges et roumains avant leur déportation vers les camps de concentration plus à l’est durant le Seconde Guerre mondiale. Plus de 25 000 Juifs et Tziganes ont ainsi transité par ce lieu.

« Ces heures sombres de notre histoire sont riches en enseignements et peuvent nous inspirer pour gérer les dilemmes éthiques actuels. Comment réagir lorsqu’un collègue dépasse les limites ? Ou qu’un responsable donne un ordre contraire à nos normes et valeurs ? Peut-on s’opposer à cette situation et quelles peuvent être les conséquences d’un tel acte ? », s’interroge la police au sujet de cette formation.

L’activité est le fruit d’une collaboration entre la Kazerne Dossin, la Police fédérale, la Police locale et Unia, l’ancien Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...