14 ans de prison pour un Arabe israélien qui travaillait pour le Hezbollah
Rechercher

14 ans de prison pour un Arabe israélien qui travaillait pour le Hezbollah

Diab Kahmouz dirigeait une cellule terroriste qui a obtenu des explosifs du Hezbollah libanais, et prévoyait de tuer des soldats israéliens à des arrêts de bus

Diab Kahmouz (au centre) apparaît derrière la vitre lors d'une comparution au tribunal (Dixième chaîne)
Diab Kahmouz (au centre) apparaît derrière la vitre lors d'une comparution au tribunal (Dixième chaîne)

Un Arabe israélien qui a obtenu des bombes du Hezbollah et planifié des attentats terroristes contre des Israéliens a été condamné mardi à 14 ans de prison.

Diab Kahmouz, un résident de Ghajar, a été reconnu coupable d’avoir aidé un ennemi en temps de guerre et d’avoir contacté un agent étranger, ainsi que d’infractions liées aux armes.

Selon les actes d’accusation, Kahmouz a pris contact avec des agents du Hezbollah à la fin de 2015 par l’intermédiaire de son père, qui a fui au Liban en 2006. Le groupe terroriste libanais lui a ordonné de mener une attaque à Haïfa, mais il décida à la place, d’attaquer un arrêt d’autobus à un carrefour près de la ville arabe de Tur’an dans le nord, où les soldats ont l’habitude de se rassembler le dimanche matin en route vers leurs bases militaires.

Pour ce faire, Kahmouz enrôla ses frères Yusuf et Jamil, ainsi que deux de ses cousins, Muhsen Kahmouz et Mamdouh Ibrahim, et un ami, Adel Aweinat.

La cellule prévoyait de mener l’attaque avec des engins explosifs qui avaient été introduits clandestinement par la frontière en mai 2016, mais n’a pas été en mesure de localiser le sac contenant les bombes que Diab avait caché dans un bosquet près de Metulla, dans le nord d’Israël. En juillet de la même année, un agriculteur israélien a trouvé les explosifs et les a remis à la police, qui a déterminé que les bombes avaient été fabriquées au Liban, ce qui a lancé l’enquête.

Les membres de la cellule ont été arrêtés en septembre 2016.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...