Rechercher

15 ans de prison pour un Arabe israélien qui a tiré sur des policiers en mai 2021

Mohammed Mahdi Agbaria également reconnu coupable d'avoir jeté des tuiles sur les agents venus l'arrêter ; pour les juges, ses actes constituent une "tentative de coup d'État"

Les forces de sécurité israéliennes aspergeant des émeutiers palestiniens avec de l'eau lors de confrontations dans la ville majoritairement arabe d'Umm al-Fahm, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2021. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Les forces de sécurité israéliennes aspergeant des émeutiers palestiniens avec de l'eau lors de confrontations dans la ville majoritairement arabe d'Umm al-Fahm, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2021. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Un Arabe du nord d’Israël a été condamné jeudi à 15 ans de prison après avoir été reconnu coupable pour sa participation aux émeutes de mai dernier qui ont donné lieu à certaines des pires violences intercommunautaires de l’histoire du pays.

Selon un communiqué du bureau du procureur général, Mohammed Mahdi Agbaria a avoué avoir tiré avec un pistolet sur la police lors d’émeutes près de la ville d’Umm al-Fahm, car selon lui, « l’armée israélienne menaçait la sainteté de la mosquée Al-Aqsa », située au sommet du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Il a également été reconnu coupable d’avoir jeté des tuiles du toit de sa maison sur les officiers venus l’arrêter et d’avoir frappé l’un d’eux à la tête.

Agbaria, un homme marié de 36 ans, père de deux enfants, a été reconnu coupable par le tribunal de district de Haïfa de tentative de meurtre, de possession illégale d’arme à feu, d’agression et d’autres offenses.

Outre la peine de 15 ans de prison, il a été condamné à 51 mois de prison avec sursis et à une amende de 10 000 shekels.

Dans leur décision, les juges ont déclaré qu’Agbaria avait agi sur la base de « motif nationaliste et idéologique ». Ils ont ajouté que, « miraculeusement », personne n’avait été blessé par ses actions, qu’ils ont désignées comme des « actes de défiance » contre le gouvernement.

« Ses actions constituent une tentative de coup d’État par la force des armes », ont écrit les juges, expliquant ainsi la sévérité de la peine qui lui a été infligée.

Une voiture en feu suite à des affrontements entre Arabes et Juifs à Akko, dans le nord d’Israël, le 12 mai 2021. (Crédit : Roni Ofer/Flash90)

Cette décision intervient quelques semaines après la condamnation d’un autre Arabe israélien à 10 ans de prison pour avoir pris part à une agression collective contre un résident juif d’Akko lors des émeutes de mai 2021, qui a laissé la victime avec des blessures mettant sa vie en danger et permanentes.

Les émeutes d’Akko et des environs d’Umm al-Fahm se sont inscrites dans une série de violents troubles intercommunautaires, notamment dans les villes mixtes judéo-arabes d’Israël, qui ont eu lieu dans les jours qui ont suivi le déclenchement du conflit entre Israël et le Hamas à Gaza le 10 mai 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.