2 officiers et 10 civils soupçonnés d’avoir détourné des “sommes importantes” de l’armée
Rechercher

2 officiers et 10 civils soupçonnés d’avoir détourné des “sommes importantes” de l’armée

Les employés de l’entreprise civile responsable de la maintenance de bases militaires auraient obtenu des paiements pour un travail jamais effectué tandis que les 2 militaires fermaient les yeux

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un soldat israélien devant un tribunal militaire. Illustration. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)
Un soldat israélien devant un tribunal militaire. Illustration. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)

Douze individus, dont deux officiers de l’armée israélienne, ont été arrêtés lundi. Ils sont soupçonnés de corruption et de fraude, après une enquête importante sur la mauvaise gestion présumée de bases militaires, a annoncé la police.

Selon un communiqué, les dix suspects civils, qui étaient employés par une entreprise responsable de la maintenance des bases militaires, auraient détourné des « sommes importantes » des fonds publics en « se faisant payer pour un travail qui n’a jamais été fait. »

D’autre part, les officiers de l’armée, un lieutenant colonel et un major, sont soupçonnés d’avoir fermé les yeux sur le vol et d’être devenus des « partenaires » du crime, a précisé la police.

L’armée israélienne n’avait pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire.

Arrestation d'un homme. Illustration. (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)
Arrestation d’un homme. Illustration. (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)

Les suspects ont été arrêtés lundi pour être interrogés, a indiqué un porte-parole de la police.

Le porte-parole a ajouté qu’il était « trop tôt pour parler d’une mise en examen. »

L’enquête sous couverture a été menée par l’unité Lahav 433 de la police israélienne, spécialisée dans la lutte contre la fraude. Il a fallu plus d’un an pour que des preuves suffisantes soient collectées et pour interroger les 12 suspects, a précisé la police.

Selon les enquêteurs, les suspects auraient, à plusieurs reprises et sur plusieurs années, demandé des paiements pour un travail jamais effectué.

Les autorités n’ont pas précisé combien d’argent aurait été ainsi détourné, mais ont indiqué qu’il s’agissait de « sommes importantes. »

Les bureaux des suspects ont également été perquisitionnés lundi. La police a saisi des ordinateurs et des documents.

Les noms des suspects, ainsi que toute information permettant de les identifier, ont été placé sous embargo.

La police a précisé que les suspects seraient présentés à la cour du district de Rishon Lezion, qui devra se prononcer sur le prolongement de leur détention.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...