Rechercher

3,5 M de NIS à la famille des fillettes mortes à cause de pesticides

Un exterminateur a été condamné pour avoir utilisé un produit interdit qui a tué des sœurs de 1 et 4 ans en 2014

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Avigail et Yael Gross (Crédit : autorisation de la famille)
Avigail et Yael Gross (Crédit : autorisation de la famille)

Dimanche, Yossi Barkan, un exterminateur d’insectes et une clinique d’urgence ont été condamnés à verser 3,5 millions de shekels à une famille dont les fillettes sont décédées il y a huit ans après une exposition à un composé toxique utilisé comme pesticide dans leur appartement de Jérusalem.

Avigail et Yael Gross, âgées de 1 et 4 ans, sont mortes en 2014 après que Yossi Barkan a traité leur maison avec une substance toxique.

Selon le tribunal, l’exterminateur « a fait usage d’une matière mortelle dont l’utilisation est interdite dans un appartement résidentiel, en sachant qu’elle était interdite. »

Le produit utilisé était du phosphure d’aluminium, qui, une fois mélangé à l’eau, réagit pour libérer de la phosphine, un gaz extrêmement nocif. L’exterminateur aurait laissé un récipient contenant le produit toxique à l’intérieur d’une pièce qu’il a fermée avec du ruban adhésif. Il comptait revenir pour poursuivre son travail.

Le cortège des funérailles de Avigail et Yael Gross (Crédit : Hadas Parush/Flash 90)

Dans la soirée, le couple Gross a emmené ses enfants dans une clinique d’urgence de Terem alors qu’elles souffraient de nausées, de vomissements et de diarrhée.

Ils soupçonnaient une intoxication alimentaire. Les médecins leur ont demandé d’utiliser des analgésiques et de prendre des médicaments si les symptômes persistaient.

Le jour suivant, les symptômes se sont aggravés. Évacuées à l’hôpital, les fillettes sont décédées. Gravement malades, leurs deux frères ont eux été maintenus en vie par des machines qui leur fournissaient une assistance cardiaque et respiratoire. Ils y sont restés un mois avant d’en ressortir.

Après le décès des fillettes, la clinique a publié une déclaration exprimant ses regrets et a affirmé que les tests effectués n’indiquaient aucun symptôme d’empoisonnement.

Dimanche, le tribunal de district de Jérusalem a reconnu la responsabilité de la clinique car le médecin « n’a pas prêté suffisamment d’attention aux dires de la famille, selon lesquels des pesticides avaient été pulvérisés dans leur appartement, et n’a pas examiné la portée de cette possibilité. Il aurait en effet pu empêcher le résultat ».

« Il n’y a pas de prix pour une vie qui a été abrégée à un si jeune âge, mais il y a une petite consolation dans le fait que le tribunal a établi une norme de conduite qui peut empêcher la répétition de cas similaires à l’avenir, » a réagi dans un communiqué cité par la Douzième chaîne israélienne, les avocats de la famille Gross.

Yossi Barkan, l’exterminateur qui a laissé le poison qui a conduit à la mort des jeunes sœurs Avigail et Yael Gross assiste à une audience au tribunal de district de Jérusalem le 26 janvier 2017. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)

Le phosphure d’aluminium, également connu sous son nom commercial de phostoxine, a été trouvé en « très, très fortes concentrations » dans l’appartement, avaient alors déclaré les autorités.

Le ministère de la Protection de l’environnement, qui supervise la lutte antiparasitaire, a déclaré que, bien que le pesticide a été approuvé pour une utilisation en Israël, le dosage utilisé dans la maison était supérieur à celui adapté à un usage domestique.

Yossi Barkan a été inculpé en 2017 après avoir conclu un accord de plaidoyer qui lui a fait purger une peine de trois ans de prison.

Selon un communiqué du ministère de la Justice publié à l’époque, la famille Gross avait accepté l’accord après que Yossi Barkan a été reconnu sujet à des problèmes de santé « au moment de l’incident ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...