4 personnes poursuivent Israël devant une cour américaine pour le raid du Mavi Marmara
Rechercher

4 personnes poursuivent Israël devant une cour américaine pour le raid du Mavi Marmara

Trois Américains et une Belge demandent des dédommagements pour des blessures dues au raid israélien sur la flottille de Gaza en 2010

Le Mavi Marmara, navire turc participant à la flottille pour Gaza, visant à briser le blocus maritime imposé par Israël, en mai 2010. (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)
Le Mavi Marmara, navire turc participant à la flottille pour Gaza, visant à briser le blocus maritime imposé par Israël, en mai 2010. (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)

Trois Américains et une Belge poursuivent Israël devant un tribunal américain pour des blessures survenues quand des commandos israéliens ont abordé une flottille tentant de briser le blocus israélien de la bande de Gaza.

Les poursuites ont été intentées lundi à Washington, selon le Washington Post.

Les plaignants étaient à bord du Challenger 1, battant pavillon américain, l’un des six navires de la flottille de mai 2010 qui aurait transporté du matériel humanitaire aux Palestiniens de Gaza, mais avait pour objectif établi de briser le blocus de Gaza.

Selon la plainte, les plaignants ont souffert de blessures, dont une perte partielle de la vue due à une grenade incapacitante et un nez cassé par une balle en caoutchouc.

Le Challenger 1 transportait des équipements médiatiques et 17 passagers et membres d’équipage, selon le Post.

Neufs turcs et un turco-américain ont été tués sur un autre bateau, le Mavi Marmara, pendant un raid des commandos.

Les plaignants sont les américains David Schermerhorn et Mary Ann Wright, une diplomate américaine retraitée, un citoyen israélo-américain, Huwaida Arraf, et la belge Margriet Deknopper.

En novembre 2014, le tribunal pénal international (TPI) de La Haye avait classé une enquête préliminaire sur de possibles crimes de guerre commis pendant le raid israélien sur la flottille. La procureure du TPI, Fatou Bensouda, a déclaré qu’aucune affaire liée à l’abordage du bateau par Israël « ne serait d’une gravité suffisante pour justifier des actions supplémentaires du TPI », mais elle a ordonné en novembre de considérer la réouverture du cas Mavi Marmara.

Un jury des Nations unies avait trouvé que le raid était « excessif et déraisonnable », mais ajouté que la Turquie était également fautive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...