Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

42 anciens conseillers juridiques soutiennent la procureure générale

Les signataires - parmi lesquels d'anciens procureurs généraux - appellent les conseillers juridiques actuels à "ne pas céder aux pressions politiques"

À gauche : La procureure générale Gali Baharav-Miara lors de la cérémonie d'accueil qui lui a été réservée, à Jérusalem, le 8 février 2022. À droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 11 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel ; Olivier Fitoussi/Flash90)
À gauche : La procureure générale Gali Baharav-Miara lors de la cérémonie d'accueil qui lui a été réservée, à Jérusalem, le 8 février 2022. À droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 11 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel ; Olivier Fitoussi/Flash90)

Face à l’escalade de la rhétorique des ministres et des membres de la coalition contre la procureure générale Gali Baharav-Miara, 42 anciens conseillers juridiques de haut niveau – y compris d’anciens procureurs généraux – ont écrit une lettre publique mardi pour la soutenir.

Cette lettre, signée par d’anciens conseillers juridiques de différents ministères et d’autres organes de l’État et de la police, certifie que la réforme du système judiciaire du gouvernement « conduit Israël à un coup d’État et à un grave affaiblissement du système judiciaire ».

« Les porte-parole du gouvernement et de la coalition accusent ouvertement la conseillère juridique d’être politiquement orientée », indique la lettre, qui s’adresse à Baharav-Miara. « Les appels à votre éviction ne sont plus voilés mais explicites, et ce uniquement parce que vous et vos employés faites votre travail et vous en tenez aux principes juridiques. »

Les signataires appellent les conseillers juridiques actuels à « ne pas céder aux pressions politiques ».

Hier, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir a fait appel lundi à la Haute Cour de justice pour lui permettre d’avoir un avocat indépendant dans les recours contre lui et son ministère, augmentant ainsi les tensions avec la procureure générale Gali Baharav-Miara à qui le ministre ultra-nationaliste dit ne plus pouvoir faire confiance.

Dimanche, Baharav-Miara avait informé Ben Gvir qu’elle ne pouvait accepter sa demande de désignation d’un avocat indépendant dans le cadre des recours déposés contre lui tant qu’il n’aurait pas expliqué correctement à quelles demandes il se référait et le raisonnement qui sous-tendait sa demande.

Fin février, le ministre de la Justice Yariv Levin a semblé suggéré qu’il entrevoyait la possibilité de limoger la procureure générale Gali Baharav-Miara, tandis que les désaccords entre le gouvernement et son plus haut représentant juridique se poursuivent autour d’une série de projets de loi visant à affaiblir le système judiciaire du pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.