6 jeunes résidents d’implantation arrêtés lors de la démolition d’un avant-poste illégal
Rechercher

6 jeunes résidents d’implantation arrêtés lors de la démolition d’un avant-poste illégal

L’avocat des mineurs espère que les forces de sécurité n’ "ont pas agi en représailles" après qu'un résident a lancé un chien sur la police lors d'une évacuation précédente

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Les forces de sécurité arrêtent un résident d'implantation lors de la démolition d'un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie, le 28 septembre 2017 (Crédit : Autorisation Honenu)
Les forces de sécurité arrêtent un résident d'implantation lors de la démolition d'un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie, le 28 septembre 2017 (Crédit : Autorisation Honenu)

La police d’Israël a arrêté jeudi six jeunes résidents d’implantation lors de la démolition d’une structure illégalement construite dans un avant-poste en Cisjordanie.

La police a annoncé dans une déclaration que les détenus avaient agressé les officiers et qu’ils ont refusé d’évacuer la zone située au sud de l’implantation de Har Bracha dans le nord de la Cisjordanie où une « zone militaire fermée » avait récemment été instaurée.

Les jeunes résidents d’implantations avaient reconstruit une structure que les forces de sécurité avaient saisie dimanche dans l’avant-poste illégal.

Au cours de cette démolition, l’un des résidents présents a lancé son chien sur un agent de la police des frontières qui a dû être emmené à un hôpital voisin pour être soigné.

Le propriétaire du chien a fui la scène mais il a été arrêté après une courte-poursuite, a déclaré la police.

Deux autres officiers ont été légèrement blessés lors de violentes manifestations contre la démolition. Ils ont été traités sur les lieux et n’ont pas eu besoin d’être hospitalisés.

En outre, l’un des résidents d’implantations a été victime de blessures modérées lorsque le toit de la structure qui était démontée s’est effondré sur lui. Il faisait partie des deux personnes arrêtées lors de la démolition du dimanche. Il a été évacué vers un hôpital voisin pour recevoir un traitement. Les deux suspects ont été libérés depuis.

« J’espère que ce ne sont pas des représailles des forces de sécurité », a déclaré Nati Rom, l’avocat représentant les mineurs au Times of Israel jeudi, en se référant à l’incident où le chien à mordu un policier au début de la semaine.

Rom s’est référé à l’événement comme une « évacuation prévue » par les forces de sécurité qui sont arrivés avec un bus pour transporter les adolescents qui étaient tous des résidents de l’avant-poste illégal. L’avocat a également déclaré qu’un certain nombre de personnes ont été « brutalement agressés » par les forces de sécurité.

La police n’a pas précisé si des officiers avaient été blessés lors de l’évacuation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...