6 juin 1944 : A Omaha, une cérémonie aux couleurs amérindiennes
Rechercher

6 juin 1944 : A Omaha, une cérémonie aux couleurs amérindiennes

Plumes d'aigles, danses de guérison et encens : plusieurs dizaines d'Amérindiens ont rendu mercredi hommage, sur la plage d'Omaha Beach, en Normandie, à leurs ancêtres

Plusieurs Amérindiens de plusieurs nations ont assisté à une cérémonie le 5 juin 2019 sur la plage d'Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-Mer, dans l'ouest de la France, en hommage aux Amérindiens qui ont pris part au débarquement durant la Seconde Guerre mondiale. (LOIC VENANCE / AFP)
Plusieurs Amérindiens de plusieurs nations ont assisté à une cérémonie le 5 juin 2019 sur la plage d'Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-Mer, dans l'ouest de la France, en hommage aux Amérindiens qui ont pris part au débarquement durant la Seconde Guerre mondiale. (LOIC VENANCE / AFP)

Plumes d’aigles, danses de guérison et encens : plusieurs dizaines d’Amérindiens ont rendu mercredi hommage, sur la plage d’Omaha Beach, en Normandie, à leurs ancêtres qui ont débarqué le 6 juin 1944.

« Je suis touché de voir tant de drapeaux de tribus différentes et de bâtons de plumes d’aigles rassemblés ici. Le tambour dans le vent sur la plage rappelle les battements de cœur de la Terre Mère », a déclaré Charles Norman Shay, bientôt 95 ans, qui débarqua le 6 juin comme infirmier.

Plusieurs centaines de personnes, dont le directeur de la National Security Agency (NSA), ont assisté à cet hommage à Saint-Laurent-sur-mer.

« J’ai été un des 175 Amérindiens sur Omaha la sanglante. A la mi-journée, ma compagnie était quasi anéantie », a poursuivi M. Shay.

La cérémonie a eu lieu autour d’une tortue en granit, symbole de sagesse, inaugurée en 2017, pour « attirer l’attention sur les sacrifices nombreux et tus d’une multitude d’Amérindiens au nom de la liberté », a rappelé M. Shay qui n’avait pas le droit de vote dans son État en 1944.

Près de 500 des 132 700 hommes qui débarquèrent sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 étaient Amérindiens, a rappelé M. Shay, cravate multicolore autour du cou et médailles sur le cœur. 24 furent tués ce jour-là et le lendemain. Environ 3 000 soldats alliés ont perdu la vie le 6 juin.

Charles Shay (2e à gauche), combattant américain de la Seconde Guerre mondiale, et le major général américain John S. Kolasheski (3e à gauche), entre autres, participent à une cérémonie organisée le 5 juin en hommage aux Amérindiens qui ont pris part aux débarquements de la Seconde Guerre mondiale. (LOIC VENANCE / AFP)

M. Shay s’exprimait tandis que montait la mer, comme le matin où il a débarqué. L’infirmier, alors âgé de 19 ans, a porté les blessés jusqu’aux dunes afin qu’ils ne meurent pas noyés.

Les Amérindiens ont ensuite procédé à des rites pour « chasser les pensées négatives » et « apporter de l’harmonie aux esprits », selon Doug Taylor, un Amérindien qui a dispersé de l’encens autour de ses compatriotes. Cinq femmes habillées de robes multicolores à clochettes ont ensuite entamé une « danse de la guérison ». Pour clore la cérémonie, elles ont jeté à la mer du tabac que tous les participants avaient été invités à garder dans la main gauche, proche du cœur, durant les prières.

« Dans les années 40, les Amérindiens étaient environ 350 000 aux États-Unis. Plus de 45 000 d’entre eux se sont engagés dans la guerre », a indiqué le major général John Kolasheski.

Dans certaines tribus, 75 % des Amérindiens s’étaient engagés, a-t-il ajouté. Et 65 000 Amérindiens ont quitté leurs réserves pour entrer dans l’industrie de défense, selon le militaire américain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...