Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

800 tunnels découverts à Gaza, 500 ont été détruits ou scellés – Tsahal

Des centaines de kilomètres de tunnels, dont beaucoup relient les "actifs stratégiques" du Hamas, ont été éliminés ; Avichay Adraee exhorte le bataillon Shejaiya à se rendre

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré dimanche que les troupes avaient découvert plus de 800 puits de tunnel dans la bande de Gaza depuis le début de l’incursion terrestre visant le groupe terroriste palestinien du Hamas qui a débuté fin octobre.

Selon Tsahal, environ 500 d’entre eux ont déjà été détruits, soit en déclenchant de grandes quantités d’explosifs à l’intérieur, soit en les scellant. Un grand nombre de ces tunnels relient entre eux des « actifs stratégiques » du groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’armée affirme avoir également détruit des centaines de kilomètres de tunnels, en plus des puits.

« Les puits étaient situés dans des zones civiles, et nombre d’entre eux se trouvaient à proximité ou à l’intérieur d’établissements scolaires, de jardins d’enfants, de mosquées et d’aires de jeux », a précisé Tsahal.

Dans certains des tunnels, les troupes ont trouvé des armes du Hamas.

« Ces découvertes sont une preuve supplémentaire de l’utilisation cynique que le groupe terroriste du Hamas fait de la population civile comme bouclier humain, et comme couverture pour son activité terroriste », a ajouté Tsahal.

Israël a juré d’éliminer le Hamas après les massacres barbares du 7 octobre, au cours desquels des terroristes palestiniens ont pris d’assaut la frontière de Gaza et sauvagement assassiné 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris plus de 240 otages.

Au cours d’une trêve de sept jours – qui a pris fin vendredi après que le Hamas n’a pas fourni la liste des otages qu’il avait l’intention de libérer et a commencé à tirer des roquettes une heure avant l’expiration de la trêve – ont été libérés des geôles du Hamas 105 otages civils : 81 Israéliens, 23 Thaïlandais et un Philippin. On pense que 137 otages se trouvent encore à Gaza.

En retour, Israël a libéré 210 prisonniers de sécurité palestiniens, tous des femmes et des mineurs. En outre, quelque 200 camions, dont quatre camions-citernes de carburant et quatre camions-citernes de gaz de cuisine, sont entrés à Gaza chaque jour.

Tsahal demande au bataillon de Shejaiya de se rendre

Entre-temps, dimanche, alors que l’armée pressait ses opérations pour prendre le contrôle du nord de Gaza, le porte-parole en langue arabe de Tsahal, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, a menacé le bataillon Shejaiya du Hamas dans un message posté sur X.

« C’est le dernier avertissement. Vous êtes tous des cibles », a déclaré Adraee, la publication étant accompagnée d’une photo des commandants du bataillon Shejaiya qui mène ses opérations dans le quartier du même nom, à Gaza City.

Il a expliqué que l’armée détruira les infrastructures du Hamas dans le quartier.

« Vous avez deux options : vous rendre et déposer vos armes, ou faire face à un destin similaire à celui de Wissam Farhat », a ajouté Adraee, faisant référence au commandant du bataillon Shejaiya, qui a été tué lors d’une frappe aérienne israélienne samedi.

Au cours de la nuit, Tsahal a déclaré avoir frappé des tunnels du Hamas, des centres de commandement, des entrepôts de munitions et d’autres sites liés aux groupes terroristes de Gaza.

En outre, un groupe de terroristes du Hamas a été « éliminé » par un drone, dirigé par des troupes de la 7e brigade blindée. L’armée a également indiqué que la marine avait bombardé des cibles liées au Hamas, notamment des infrastructures militaires, des navires associés aux forces navales du groupe terroriste et des dépôts d’armes.

Au milieu des frappes, les terroristes ont continué à tirer des roquettes sur les communautés frontalières dimanche matin.

Trois roquettes ont touché la ville de Sderot, dans le sud du pays, causant des dégâts, selon la municipalité.

Les dégâts causés à une synagogue suite à une attaque à la roquette en provenance de Gaza, dans la ville méridionale de Sderot, le 3 décembre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)

Aucun blessé n’a été signalé. Les communautés proches de la frontière avec la bande de Gaza ont été largement évacuées des civils depuis le 7 octobre.

Plusieurs autres roquettes ont été interceptées par le Dôme de fer au-dessus de la ville.

Samedi, Tsahal a commencé à utiliser une carte d’évacuation divisant la bande de Gaza en centaines de petites zones, pour informer les civils palestiniens des zones de combat, notamment dans le sud de Gaza où les troupes terrestres devraient opérer lorsque Tsahal étendra son incursion. A contrario des demandes d’évacuations massives, comme exigé par Tsahal dans la partie nord de Gaza, cette carte permet aux Palestiniens d’éviter les zones de combat actives.

La carte est destinée à remplacer une demande de Tsahal pour des évacuations massives, comme elle l’a fait dans la partie nord de Gaza. Les critiques ont déclaré que le guide en ligne était inutile car de nombreux habitants de la bande de Gaza sont privés d’électricité et d’Internet.

Adraee a déclaré sur X que les Palestiniens de plusieurs zones de Khan Younès doivent évacuer vers des « abris connus ».

La carte divise la bande de Gaza en centaines de petites zones, et l’armée a appelé les Palestiniens à faire attention au numéro de leur zone, et à suivre les futures mises à jour de Tsahal.

Une situation humanitaire « inimaginable »

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a déclaré qu’au moins 160 morts palestiniens ont été signalés dans deux incidents au nord de Gaza samedi : le bombardement d’un bâtiment de six étages dans le camp de réfugiés de Jabaliya, et d’un bloc entier dans un quartier de Gaza City.

Tout au long de son opération, Tsahal a fourni des preuves de l’utilisation par le Hamas et d’autres groupes terroristes d’infrastructures civiles telles que des écoles, des mosquées, des immeubles résidentiels et des hôpitaux à des fins terroristes.

« Avant les bombardements, les troupes israéliennes ont largué des tracts ordonnant l’évacuation de ces zones », a rapporté l’OCHA.

Dans une nouvelle estimation, l’OCHA a déclaré qu’environ 1,8 million de personnes – environ 75 % de la population de Gaza – sont déplacées à l’intérieur du pays, contre 1,7 million précédemment. « Cependant, il est difficile d’obtenir un décompte précis », a admis l’OCHA.

Mohamed Abu Abed, qui vit dans le quartier de Sheikh Radwan dans la ville de Gaza, a déclaré dimanche qu’il y avait des frappes aériennes et des bombardements incessants dans son quartier et dans les zones environnantes.

« La situation ici est inimaginable », a-t-il déclaré. « La mort est partout. On peut mourir en un clignement d’œil. »

Des personnes vérifiant les dégâts dans une maison touchée par une frappe israélienne à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Une équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a visité l’hôpital Nasser dans le sud de la bande de Gaza l’a trouvé bondé de 1 000 patients, soit trois fois sa capacité, a déclaré dimanche le directeur-général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sur X.

« Des patients recevaient des soins à même le sol, hurlant de douleur », a écrit Tedros. « Ces conditions sont inimaginables pour la fourniture de soins de santé. »

Israël a répondu à l’attaque du 7 octobre par une incursion aérienne et terrestre visant à éliminer le Hamas. Plus de 15 200 personnes seraient mortes, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.