9% des visiteurs de YouTube ont vu des vidéos de chaînes « extrémistes » – enquête
Rechercher

9% des visiteurs de YouTube ont vu des vidéos de chaînes « extrémistes » – enquête

Selon l'ADL, le contenu raciste et suprémaciste est "d'une accessibilité inquiétante" ; 22 % des sondés ont vu au moins une vidéo d'une chaîne à "contenu extrémiste"

Illustration : Des personnes portant des casquettes et des écussons indiquant qu'elles font partie des Oath Keepers assistent à un rassemblement au Freedom Plaza le 5 janvier 2021, à Washington, en soutien au président Donald Trump. (AP Photo/Jacquelyn Martin)
Illustration : Des personnes portant des casquettes et des écussons indiquant qu'elles font partie des Oath Keepers assistent à un rassemblement au Freedom Plaza le 5 janvier 2021, à Washington, en soutien au président Donald Trump. (AP Photo/Jacquelyn Martin)

Une étude publiée vendredi par l’Anti-Defamation League (ADL) a révélé qu’en dépit des efforts déployés pour retirer les contenus extrémistes de la plateforme YouTube, environ 9 % des utilisateurs disent avoir vu des contenus provenant d’une chaîne définie comme « extrémiste ».

Selon l’enquête, qui a recueilli des données auprès de 4 000 personnes ayant répondu à un panel en ligne de YouGov America, 22 % ont regardé au moins une vidéo d’une chaîne « alternative » qui pourrait « servir de passerelle vers des contenus extrémistes ».

Le rapport a également constaté que, bien que certaines chaînes extrémistes très médiatisées aient été supprimées par YouTube, « les contenus sur la suprématie blanche et autres contenus alternatifs et extrémistes sont restés accessibles de manière inquiétante » sur la plateforme.

« Ces résultats confirment la nécessité pour les plateformes d’éliminer les groupes et contenus extrémistes violents, y compris les théories du complot comme QAnon qui a alimenté l’attaque du Capitole américain le 6 janvier », selon le rapport.

Le président de l’ADL, Jonathan Greenblatt, a déclaré lors de la publication du rapport qu’il restait « beaucoup trop facile pour les personnes intéressées par des contenus extrémistes de trouver ce qu’elles recherchent sur YouTube, encore et encore ».

Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national de l’Anti-Defamation League, s’exprime au Capitole à Washington, le 2 mai 2017. (Carolyn Kaster/AP)

« Les plateformes technologiques, y compris YouTube, doivent prendre des mesures supplémentaires pour s’assurer que les contenus extrémistes sont éliminés de leurs plateformes, et si elles ne le font pas, alors elles devraient être tenues responsables lorsque leurs systèmes, construits pour attirer les utilisateurs, amplifient en fait des contenus dangereux qui conduisent à la violence », a-t-il déclaré.

En 2017, la plateforme de partage de vidéos de Google a adopté une position plus dure contre les contenus suprémacistes, limitant les actions telles que le partage, la recommandation et le commentaire de clips. En 2019, elle a annoncé qu’elle supprimerait également les contenus qui nient la Shoah ou glorifient le nazisme.

Les principales plateformes sociales ont réprimé la diffusion de la désinformation et des théories du complot à l’approche de l’élection présidentielle, et ont intensifié leurs efforts à la suite de l’émeute du Capitole du 6 janvier.

YouTube a interdit QAnon en octobre et a réprimé des comptes qui amplifiaient des affirmations non fondées selon lesquelles Trump combattait des ennemis de l’État profond et des cannibales exploitant un réseau de trafic sexuel d’enfants.

Des manifestants de QAnon, spécialistes de la théorie du complot, protestent contre le trafic d’enfants sur Hollywood Boulevard à Los Angeles, Californie, le 22 août 2020. (Kyle Grillot / AFP)

Le 8 janvier, la plateforme vidéo a également supprimé la chaîne « Bannon’s War Room », dirigée par le loyaliste Steve Bannon, après avoir propagé de fausses déclarations électorales et appelé à la décapitation du Dr Anthony Fauci, le plus grand expert américain en maladies infectieuses.

L’année dernière, YouTube a également retiré de sa plateforme plusieurs suprémacistes blancs bien connus, dont Nick Fuentes, Richard Spencer et David Duke.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...