Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

A Gaza en guerre, les postes de radio tombent pile

Des stations comme la BBC en arabe et Al-Jazeera ont lancé des fréquences spéciales à destination des déplacés pour les tenir au courant des dernières actualités

Un garçon regarde des tas d'ordures qui jonchent le camp de réfugiés de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 4 novembre 2023, pendant la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Mohammed Abed / AFP)
Un garçon regarde des tas d'ordures qui jonchent le camp de réfugiés de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 4 novembre 2023, pendant la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Mohammed Abed / AFP)

Mahmoud Al Daoudi n’aurait jamais imaginé que les postes de radio qui prenaient la poussière dans sa boutique se vendraient à ce rythme, mais dans la bande de Gaza en guerre, ils sont devenus un rare canal d’information pour la population.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage plus de 240 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Impossible de brancher télévisions et ordinateurs, de recharger des téléphones ou de surfer sur internet, à moins de disposer de générateurs ou de panneaux solaires, un luxe que peu de Gazaouis peuvent s’offrir.

Pour suivre les nouvelles, reste la radio alimentée par piles.

« Nous avions un stock plein mais il est complètement vide depuis la première semaine » de la guerre, raconte Mahmoud Al Daoudi, 33 ans.

« La radio est le seul moyen de savoir ce qu’il se passe du fait des coupures d’internet et des communications » et « les piles durent longtemps », vante-t-il dans sa boutique de Rafah, à l’extrémité sud du territoire.

Des personnes fouillent les décombres après une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 décembre 2023 (Crédit : Mahmud HAMS / AFP)

Avant la guerre, un poste de radio coûtait environ 25 shekels (six euros), mais depuis, le prix est monté à 60 shekels (15 euros).

« Même les radios que l’on a vendues défectueuses et qui nous ont été retournées, on les a revendues », dit-il.

Puis, quand les radios ont disparu des rayons, les clients ont demandé de vieux téléphones qui permettent de capter la radio et disposent d’une petite lampe de poche intégrée, vitale lorsque la nuit tombe.

« Et maintenant, nous manquons de téléphones ! », dit Mahmoud Al Daoudi à l’AFP.

« Les gens veulent suivre les nouvelles, savoir où ont lieu les bombardements (israéliens), s’enquérir du sort de leurs familles », explique Hussein Abou Hashem, qui lui non plus n’a plus de radios à vendre dans son magasin.

D’après l’ONU, 1,9 million de Palestiniens sont déplacés depuis le début de la guerre, soit 85 % de la population. Ils vivent pour beaucoup dans le sud du territoire, dans des camps de fortune.

Des Palestiniens marchent sous la pluie dans un camp de déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 décembre 2023 pendant la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Mahmoud Hams / AFP)

« Je ne sais pas ce qu’il se passe autour de nous, où sont les frappes, quelles maisons sont visées, qui est vivant, qui sont les martyrs », énumère Oum Ibrahim, dans la ville de méridionale de Khan Younès : « Nous désirons recevoir des nouvelles de n’importe où à Gaza ».

« Quand je n’ai plus de batterie, je marche dans le camp et je tends l’oreille pour entendre les radios des autres », dit-il.

Des stations comme la BBC en arabe et Al-Jazeera ont lancé des fréquences spéciales à destination des déplacés pour les tenir au courant des dernières actualités.

Mohammed Hassouna, 75 ans, parle hébreu et capte les radios israéliennes : « ça permet d’avoir les nouvelles du côté israélien » et « j’informe mes enfants et mes voisins ».

Devant sa tente, Salah Zorob, 37 ans, passe son temps à changer de stations de radio sur son téléphone. « Le monde avance avec les hautes technologies et nous, à Gaza, nous régressons », déplore-t-il : « On va nous ramener à l’âge de pierre ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.