A l’approche des élections, Bennett convoque des primaires anticipées
Rechercher

A l’approche des élections, Bennett convoque des primaires anticipées

L'annonce de HaBayit HaYehudi, partenaire majeur de la coalition, a lieu alors que d'autres partis politiques s'organisent pour des élections anticipées

Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi et ministre de l'Education pendant la conférence diplomatique du Jerusalem Post, à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi et ministre de l'Education pendant la conférence diplomatique du Jerusalem Post, à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Mercredi, le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a demandé à ce que les primaires de son parti HaBayit HaYehudi soient anticipées, suite à une série de manœuvres politiques par les groupes parlementaires de la Knesset, qui semblent présager d’élections nationales dans un futur proche.

Bennett, qui dirige le parti nationaliste-religieux, a demandé à ce que le vote ait lieu dans les semaines à venir. Une réunion a été prévue jeudi soir pour discuter de cette demande.

Une source au sein du parti HaBayit HaYehudi a déclaré au Times of Israël que les primaires auront probablement lieu peu après les fêtes de Pessah.

Bien que les prochaines élections générales ne soient prévues qu’en 2019, de nombreux partis ont indiqué qu’ils se préparaient à l’éventualité qu’elles se déroulent pendant l’année à venir, étant donné les deux enquêtes en cours sur le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont les résultats pourraient le conduire à quitter le gouvernement.

Cette annonce de Bennett, partenaire de Netanyahu dans la coalition au pouvoir, est le signe le plus parlant laissant présager qu’une élection est à l’horizon.

Ayelet Shaked, ministre de la Justice, pendant la réunion de la commission de nomination judiciaire au ministère, à Jérusalem, le 22 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Ayelet Shaked, ministre de la Justice, pendant la réunion de la commission de nomination judiciaire au ministère, à Jérusalem, le 22 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les règles du parti HaBayit HaYehudi stipulent que le résultat de ce vote anticipé ne sera valide pour la 21e Knesset que si et seulement si les élections ont lieu dans les six mois.

Bennett est susceptible de gagner les élections internes du parti, solidifiant son emprise sur le parti pro-implantations en Cisjordanie.

Aucun autre candidat n’a annoncé son intention de se présenter à la première place du parti HaBayit HaYehudi, et personne ne semble assez solide pour s’opposer au ministre de l’Éducation.

Les analystes estiment qu’il sera difficile pour la ministre de la Justice Ayelet Shaked de défier Bennett, et elle a déclaré ne pas en avoir l’intention.

« Notre candidat pour le poste de Premier ministre après l’ère Netanyahu, c’est Naftali Bennett. Il est le meilleur [pour ce poste ; …] et j’appelle le public à rejoindre le parti, et à voter », a déclaré Shaked mercredi.

Un sondage mené par le site Walla News a désigné Shaked comme le second choix le plus populaire parmi les politiciens, derrière la députée de l’Union sioniste Tzipi Livni. Shaked a récemment remporté une importante victoire politique en nommant trois juges conservateurs à la Cour suprême.

Eli Ben Dahan sur les lieux d'une attaque au couteau devant les quartiers généraux de l'armée dans le centre de Tel Aviv, le 8 octobre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Eli Ben Dahan sur les lieux d’une attaque au couteau devant les quartiers généraux de l’armée dans le centre de Tel Aviv, le 8 octobre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le député Eli Ben Dahan (HaBayit HaYehudi), vice-ministre de la Défense, a également salué l’initiative de Bennett.

La décision de Bennett intervient alors que le débat électoral s’est intensifié ces dernières semaines. Au Likud, certains veulent prendre la tête du parti.

Cette semaine, Netanyahu a été interrogé par la police pour la quatrième fois, et la police a indiqué qu’elle ferait prochainement parvenir une recommandation au procureur général sur une éventuelle inculpation.

Netanyahu fait l’objet de deux enquêtes différentes. La première affaire porte sur des cadeaux qu’il aurait reçus de la part d’hommes d’affaires. La seconde concerne un accord de contrepartie présumé avec le propriétaire du journal Yedioth Ahronoth.

Il n’a pas été précisé si le Premier ministre devra démissionner dans le cas où il est mis en examen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...