Rechercher

Accord entre la compagnie d’électricité d’Israël et une firme de stockage d’énergie

Présentées comme une alternative durable et compétitive aux piles au lithium, les "piles à air" d'Augwind peuvent alimenter des turbines en cas de besoin

Une des batteries à air polymère d'Augwind au kibboutz Yahel, dans le sud d'Israël, le 15 décembre 2021. (Sue Surkes/Times of Israel)
Une des batteries à air polymère d'Augwind au kibboutz Yahel, dans le sud d'Israël, le 15 décembre 2021. (Sue Surkes/Times of Israel)

Une société israélienne qui a mis au point une méthode unique de stockage de l’énergie renouvelable en utilisant l’air et l’eau a annoncé mercredi la signature d’un accord de principe de 8 millions de dollars avec la Compagnie israélienne d’électricité (IEC) pour construire la première installation de ce type au monde, à Dimona, dans le sud d’Israël.

Augwind, abréviation de « augmented wind », a mis au point un système circulaire fermé qui utilise l’eau pour comprimer l’air. Ce dernier est stocké sous terre dans des réservoirs longs et flexibles ressemblant à des ballons. Lorsque l’énergie est nécessaire, l’air est libéré, poussant l’eau qui actionne à son tour une turbine créant de l’électricité.

L’installation de Dimona offrira une capacité de stockage de 40 mégawatts-heure (suffisante pour alimenter une petite ville pendant une journée). Elle sera construite en 2023, sous réserve de la signature d’un accord détaillé avec l’IEC.

Si tout se passe comme prévu, l’IEC mettra en service d’autres stockages Augwind à l’avenir.

La société a maintenant signé plus de 200 mw/h de contrats en Israël, y compris l’accord avec l’IEC, et fait état d’un vif intérêt de la part d’entreprises étrangères.

Les énergies renouvelables ne pourront pas remplacer les combustibles fossiles sans des installations capables de les stocker pour les périodes où le soleil ne brille pas et où le vent ne souffle pas.

Aujourd’hui, le stockage s’effectue principalement au moyen de batteries. Mais celles-ci nécessitent l’extraction de ressources limitées telles que le lithium, le cobalt et le nickel, dans des processus très polluants.

De plus, le lithium perd progressivement de sa puissance, comme le savent tous ceux qui possèdent un téléphone portable.

La ministre de l’énergie Karine Elharrar (au centre) visite le site Augwind au Kibbutz Yahel, dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. À droite : Le Dr Or Yogev, fondateur et PDG d’Augwind. À droite, le président d’Augwind, Gabi Seligsohn. (Studio Lovan)

Le cerveau du projet, le Dr Or Yogev, a déclaré à quelque 300 personnes réunies au kibboutz Yahel, à 45 minutes au nord d’Eilat, que son système mécanique modulaire peut concurrencer en termes de prix tout autre système de stockage sur le marché, qu’il est propre pour l’environnement et qu’il peut être mis à l’échelle pour stocker des quantités d’énergie que les batteries actuelles ne peuvent pas atteindre.

« Il ne dépend pas de matériaux naturels rares comme le lithium et il n’y a aucun problème d’approvisionnement », a déclaré M. Yogev.

La ministre de l’Énergie Karine Elharrar, qui a visité le projet mercredi, a déclaré qu’il allait « changer le monde ».

Yogev, qui a eu l’idée de développer le stockage de l’énergie après avoir passé des vacances aux États-Unis et vu des turbines inactives en raison de l’absence de vent, s’est installé au kibboutz Yotvata, dans le sud du pays, il y a dix ans, pour développer son idée, puis au kibboutz Yahel il y a deux ans pour construire ce qu’il appelle des batteries à air.

Les batteries d’air Augwinds sont enterrées au Kibboutz Yahel, dans le sud d’Israël. (Guy Shmueli)

L’une des percées d’Augwind a été de remplacer les coûteux réservoirs d’acier en surface pour l’air comprimé par des réservoirs souples en polymère, semblables à des ballons, qui sont enveloppés dans du béton et enterrés à 3,5 mètres de profondeur.

L’agriculture et les autres activités peuvent alors se poursuivre comme d’habitude au-dessus d’eux.

L’installation d’Augwind au kibboutz Yahel, dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. (Guy Shmueli)

La visite d’Augwind a donné le coup d’envoi de la neuvième conférence Eilot-Eilat sur les énergies renouvelables, dont la majeure partie se déroule dans la station balnéaire du sud du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...