Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Accord Israël-Hamas : « montagnes russes émotionnelles » pour les familles concernées

L'accord devait entrer en vigueur jeudi et a été repoussé dans la nuit, au désespoir des familles des quelque 240 otages retenus par le groupe terroriste palestinien depuis le 7 octobre

Des proches d'otages israéliens détenus par des terroristes palestiniens dans la bande de Gaza manifestent devant le ministère de la Défense, à Tel Aviv, pour demander leur libération, le 21 novembre 2023, dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des proches d'otages israéliens détenus par des terroristes palestiniens dans la bande de Gaza manifestent devant le ministère de la Défense, à Tel Aviv, pour demander leur libération, le 21 novembre 2023, dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

L’émotion était des plus intenses jeudi parmi les familles israéliennes concernées par l’accord visant à libérer les otages détenus à Gaza contre des prisonniers sécuritaires palestiniens en Israël.

Le processus de libération des otages, qui doit durer quatre jours devait commencer vendredi avec une douzaine de femmes et d’enfants israéliens. Une fois les otages identifiés par les autorités israéliennes, seront libérés 30 femmes et adolescents détenus dans les prisons israéliennes pour atteinte à la sécurité.

Mais l’accord devait entrer en vigueur jeudi et a déjà été repoussé dans la nuit, au désespoir des familles des quelque 240 otages retenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas depuis le 7 octobre, le jour de la pire attaque de l’histoire d’Israël.

« Cela fait déjà 47 jours que nous vivons des montagnes russes émotionnelles et aujourd’hui, ça continue », a déclaré Eyal Kalderon, 38 ans, dont le cousin Ofer a été enlevé avec ses deux enfants, Erez, 12 ans, et Sahar, 16 ans.

« Nous espérons au moins que les enfants reviendront dès que possible », a-t-il ajouté. « Le temps presse et ils ne peuvent plus attendre -ni eux, ni les personnes âgées, malades ou blessées ».

Assise à côté, Yael, sa sœur jumelle, confirme que l’incertitude est infernale.

Erez Kalderon, 12 ans, qui est détenu en otage avec sa sœur Sahar, 16 ans, et leur père, Ofer, 53 ans. (Crédit : Hadas Kalderon, via Sabrina Belhassen via AP)

« Nous essayons de garder la tête froide, nous ne pourrons respirer que lorsque nous les verrons de nos propres yeux, avec la Croix-Rouge », a-t-elle déclaré à l’AFPTV, « c’est difficile d’ignorer les nouvelles et ça nous déstabilise ».

Samedi sera le 53e anniversaire de leur cousin Ofer, tandis que son fils Erez a eu 12 ans le 27 octobre, en captivité.

« Pour Ofer, le plus beau cadeau sera de savoir que ses enfants nous reviennent ici et qu’ils seront avec leur mère Hadass et toute leur famille », estime Eyal Kalderon.

Selon les termes de l’accord, 50 otages israéliens seront dans un premier temps échangés sur plusieurs jours contre 150 prisonniers palestiniens incarcérés en Israël pour atteinte à la sécurité, avec la possibilité de procéder à d’autres échanges dans les mêmes proportions par la suite.

Les autorités israéliennes ont publié une liste de 300 détenus éligibles, sans préciser l’ordre de libération.

L’accord prévoit également un approvisionnement en carburant et en aide humanitaire vers Gaza durant la pause, la première depuis le début de la guerre, déclenchée par l’infiltration de 3 000 terroristes du Hamas en territoire israélien, le 7 octobre. Avec une cruauté inouïe, ils ont tué près de 1 200 personnes et pris plus de 240 otages.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.