Rechercher

Accrochage entre une diplomate israélienne et les envoyés européens

Aliza Bin Noun aurait répondu "Vous m'emmerdez" aux diplomates de 16 pays du bloc qui mettaient en cause la conduite d'Israël vis-à-vis des Palestiniens en Cisjordanie

L'ambassadeur d'Israël en France, Aliza Bin-Noun, en 2015. (Crédit : CC BY-SA EREZ LICHTFELD, Wikimedia Commons)
L'ambassadeur d'Israël en France, Aliza Bin-Noun, en 2015. (Crédit : CC BY-SA EREZ LICHTFELD, Wikimedia Commons)

Un accrochage aurait eu lieu au cours d’une réunion récente entre une responsable du ministère des Affaires étrangères, organisatrice de la rencontre, et un groupe de diplomates et d’ambassadeurs de seize pays européens, selon des informations transmises jeudi.

L’incident serait survenu il y a quinze jours, quand une délégation européenne était arrivée au ministère des Affaires étrangères pour une réunion de routine consacrée à la situation en Cisjordanie, selon le site d’information Walla.

Alors que les diplomates européens devaient évoquer leurs inquiétudes face à la hausse des violences commises par les habitants d’implantations à l’encontre des Palestiniens, ils ont aussi utilisé cette opportunité pour faire part de leurs objections aux plans de construction dans les implantations et d’autres sujets.

Ainsi, les diplomates ont partagé leurs préoccupations face à l’avancée des projets de construction dans la zone E1, entre Jérusalem et l’implantation de Maale Adumim, et face au plan controversé israélien de construire dans le quartier de Givat Hamatos, à Jérusalem-Est. Ils ont aussi fait allusion à d’autres plans qui seraient entrepris dans la Zone C de Cisjordanie, qui est placée sous contrôle israélien.

Ces inquiétudes avaient été présentées par une délégation dirigée par la Grande-Bretagne dans une lettre officielle écrite à Aliza Bin Noun, ancienne ambassadrice israélienne en France qui est dorénavant directrice du département des Affaires européennes au sein du ministère des Affaires étrangères.

Bin Noun a répondu que le courrier était insultant.

« Après tout ce que fait le nouveau gouvernement israélien en faveur des Palestiniens, vous venez vous plaindre ? », aurait riposté Bin Noun, selon le site Walla.

Depuis que le nouveau gouvernement a pris le pouvoir, au mois de juin dernier, il a annoncé l’approbation de milliers de permis de travail en Israël qui seront remis à des Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Il a aussi approuvé des centaines de permis de construire pour les Palestiniens de la Zone C, en Cisjordanie – ce qui n’avait pas été fait depuis des années.

Mais le gouvernement a également promu les plans de construction de milliers de logements au-delà de la Ligne verte, avec des chiffres comparables à ceux qui avaient été avancés par les précédentes coalitions. Il a également permis aux avant-postes illégaux de Homesh et d’Evyatar, dans le nord de la Cisjordanie, de rester debout.

Des ouvriers font une pause avant la visite de responsables de l’Union européenne sur le chantier de construction du quartier de Givat Hamatos, à Jérusalem-Est, le 16 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Refusant d’évoquer les sujets soulevés par les Européens, Bin Noun aurait ajouté : « Vous m’emmer*dez », selon Walla.

Les diplomates européens ont indiqué que l’atmosphère de la rencontre avait été tendue et que les choses avaient dégénéré rapidement, la réunion étant interrompue et se terminant sur une « crise importante ».

Liot Haiat, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a semblé confirmé ces informations en affirmant à Walla que « parfois, les positionnements des Européens sont présentés d’une manière qui nous est inacceptable – ce qui nécessite une réponse claire, nette, même si notre réaction n’est pas agréable pour les Européens ».

Cet incident, au mois de décembre, est survenu alors que le nouveau gouvernement tente d’améliorer ses relations avec ses alliés européens, qui s’étaient effilochées lorsque l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu était au pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a aussi essayé de réparer les liens entre Israël et les représentants des pays qui figurent parmi les critiques les plus virulents de l’État juif, comme l’Irlande et la Norvège.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...