Accusant Netanyahu de « trahison », les dirigeants réformés annulent leur réunion avec le Premier minsitre
Rechercher

Accusant Netanyahu de « trahison », les dirigeants réformés annulent leur réunion avec le Premier minsitre

« Nous ne pouvons pas nous rendre à la réunion prévue, comme si rien ne s’était passé », a déclaré le rabbin Rick Jacobs, Netanyahu a invité les dirigeants des fédérations juives américaines pour discuter de la crise du mur Occidental

Le président de l'Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l'UJR)
Le président de l'Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l'UJR)

Le mouvement réformé a annulé sa rencontré prévue jeudi avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le contexte des dissensions grandissantes après que le cabinet a décidé de suspendre la création d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental, bien que d’autres dirigeants juifs ont été conviés à en discuter avec le Premier ministre.

« Nous ne pouvons pas nous rendre à la réunion prévue, comme si rien ne s’était passé », a déclaré dans un communiqué le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union for Reform Judaism. « L’annulation de la résolution du Kotel (mur Occidental) et l’adoption d’une loi sur la conversion ont causé une crise sévère entre le gouvernement israélien et le judaïsme de la Diaspora. »

Jacobs a souligné que Netanyahu ne s’est pas entretenu avec les dirigeants des mouvements américains réformés et conservateurs, qui sont actuellement à Jérusalem pour le sommet du conseil d’administration de l’Agence juive, avant d’annoncer la décision du cabinet dimanche.

« Cette décision n’est rien d’autre qu’une trahison, et je ne vois aucune raison de maintenir cette rencontre pour le moment. Nous évoquerons nos arguments devant la Cour Suprême. »

La députée de l'Union sioniste Tzipi Livni avec le président Union for Reform Judaism, le rabbin Rick Jacobs, le 26 juin 2017. (Autorisation)
La députée de l’Union sioniste Tzipi Livni avec le président Union for Reform Judaism, le rabbin Rick Jacobs, le 26 juin 2017. (Autorisation)

Jacobs a maintenu certains des rendez-vous prévus à la Knesset lundi. Il a rencontré la députée de l’Union sioniste Tzipi Livni et le député d’Yisrael Beytenu Robert Ilatov, dont les partis étaient opposés à ce retournement de situation de la part du gouvernement. Il a également assisté et pris la parole à des réunions des partis de l’Union sioniste et Yesh Atid.

Netanyahu rencontrera les dirigeants de la Fédération juive d’Amérique du nord et des fédérations juives de Chicago, de New York et de Cleveland dimanche, pour parler de cette crise, selon le quotidien Haaretz.

Une sourcé citée par le journal a fait remarquer qu’aucun représentant des mouvements réformés et conservateurs ni de l’Agence juive n’ont été conviés.

Le Times of Israel a contacté le bureau du Premier ministre et les fédérations juives d’Amérique du nord, qui n’ont pas souhaité répondre.

Lundi, exceptionnellement le conseil d’administration de l’Agence juive a décidé d’annuel un dîner de gala auquel Netanyahu devait participer. Le conseil d’administration de l’agence, actuellement réuni à Jérusalem, a évoqué le vote controversé de dimanche et a déclaré qu’il « changeait le programme des deux jours restants de rencontres à Jérusalem, pour prendre en compte les retombées de ces décisions ».

L’Agence juive a adopté lundi une résolution appelant le gouvernement israélien à abroger sa décision d’interrompre la création d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental, indiquant que cette mesure est en contradiction avec la vision des pères fondateurs d’Israël et l’esprit du sionisme.

La décision du gouvernement a été motivée par des appels des orthodoxes et ultra-orthodoxes de revenir sur la création de l’espace de prière égalitaire, qui a été approuvée par les ministres du gouvernement en janvier 2016.

Cette décision a également coïncidé avec la date butoir imposée par la Cour suprême de Justice pour que l’État réponde aux requêtes l’accusant de ne pas avoir mis en œuvre l’accord et de ne pas avoir construit d’espace égalitaire près de l’Arche de Robinson.

Les ministres ont également approuvé dimanche un projet de loi qui vise à retirer la reconnaissance des conversions privées au judaïsme, mesure qui a été condamnée par les dirigeants réformés et conservateurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...