ADL Israel : Il faut agir contre les provocateurs juifs d’extrême-droite
Rechercher

ADL Israel : Il faut agir contre les provocateurs juifs d’extrême-droite

La branche israelienne de la Ligue anti-diffamation affirme que le président de Lehava, Bentzi Gopstein, nuit à la société israélienne et à l'image de l'Etat à l’étranger

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Benzi Gopstein, président de Lehava, dans la vieille cité de Jérusalem, le 30 octobre 2014 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Benzi Gopstein, président de Lehava, dans la vieille cité de Jérusalem, le 30 octobre 2014 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La branche israélienne de la Ligue anti-diffamation (ADL) a envoyé dimanche une lettre au procureur général Avichai Mandelblit lui demandant d’agir contre le président d’une organisation d’extrême-droite radicale nommée dans un récent rapport comme provocateur majeur de racisme en ligne contre la population arabe et les groupes minoritaires.

L’ADL expliquait dans la lettre qu’elle suivait avec préoccupation « le dialogue extrémiste et litigieux dans la société israélienne et en particulier le dialogue radical » dirigé par Bentzi Gopstein, le président du groupe anti-assimilation Lehava.

Un rapport du Centre d’action religieuse (RAC) d’Israël, publié plus tôt ce mois-ci et qui portait sur des commentaires en ligne violents et offensifs contre la population arabe et d’autres minorités en Israël, a souligné les activités de Gopstein et Lehava.

« Gopstein et l’organisation qu’il dirige mènent une ligne radicale qui a des conséquences destructrices pour la société israélienne », a écrit l’ADL.

« La page Facebook de Gopstein est remplie de contenu et de propos haineux, en termes non équivoques, principalement contre la population arabe. Les opinions exprimées à ce sujet, par lui et ses disciples, sont offensantes, racistes, provocatrices et très violentes ».

L’ADL a déclaré avoir exhorté Mandelblit à utiliser tous les moyens mis à sa disposition pour « fixer une ligne rouge claire contre un phénomène qui constitue un danger pour la démocratie et la société ».

« Nous croyons qu’il est de notre devoir de vaincre ce dialogue haineux, qui a déjà conduit à des crimes, a noté l’ADL, en se référant à des actes d’incendie criminel et de vandalisme effectués par des Juifs d’extrême-droite qui ciblaient des propriétés arabe et chrétienne.

En novembre 2014, trois membres de Lehava ont mis le feu à une école de Jérusalem qui enseigne aux Musulmans, Chrétiens et Juifs.

Le groupe organise également régulièrement des manifestations dans les zones tendues de la Vieille Ville de la capitale et dans d’autres parties d’Israël où l’on trouve une grande population arabe. Ses membres sont également connus pour agresser physiquement les Arabes.

L’ADL a fait remarquer qu’au-delà du dommage que le racisme cause à Israël en interne, il ternit également l’apparence de l’Etat juif à l’étranger.

« De notre point de vue, en tant qu’organisation dont le siège est aux États-Unis, nous voyons que ce dialogue haineux ne vient pas seulement nuire à la société israélienne, mais aussi à l’image d’Israël. Le dialogue … ainsi que ses dommages dans la société israélienne, est utilisé comme une arme par les ennemis d’Israël qui sont prompts à en tirer des conclusions sur l’ensemble de la société israélienne ».

Dans une réponse de Gopstein rapporté par le site Israel National News, le président de Lehava a rejeté l’accusation selon laquelle sa page Facebook était problématique.

« Je fais appel à l’ADL pour que ce soit eux qui vérifient en premier lieu ce qui se passe avec la haine arabe d’Israël sur Facebook », a-t-il dit. « Toutes les quelques secondes il y a un nouveau post qui appelle à l’assassinat des Juifs. Ils ne devraient pas s’occuper des bons Juifs ».

Il a insisté sur le fait que le contenu posté sur sa page Facebook – dont une grande partie exhorte les femmes juives à ne pas fraterniser avec les hommes non-juifs et les Arabes en particulier – est tout à fait légal et provient d’un « souci pour les filles d’Israël ».

Il a ajouté : « Dieu merci, ils [l’ADL] sont contre moi, de cette façon, je sais que je suis sur la bonne voie ».

Carol Nuriel, directrice du bureau israélien de l’ADL, a rappelé certains des récents commentaires de Gopstein dans un communiqué mardi, y compris « l’utilisation d’expressions racistes et injurieuses contre la religion chrétienne, qu’il a qualifiée de « religion maudite »avant d’ajouter que ses fidèles étaient des « vampires suceurs de sang ». Il a également appelé à la damnation du mouvement Judaïsme réformé.

« Les mots conduisent à des actions et les sujets développés soulèvent une grande inquiétude », a déclaré Nuriel. « Nous devons arrêter cette incitation, et le plus tôt sera le mieux. Le racisme et l’incitation nuisent aux groupes qu’ils ciblent et à la société dans laquelle ils existent et chacun d’entre nous a la responsabilité d’agir contre eux ».

Gopstein a été arrêté et détenu par la police à plusieurs reprises au cours des dernières années, mais n’a jamais été reconnu coupable d’incitation ou d’autres activités criminelles liées à son groupe controversé.

Lehava a souvent appelé à la prise de mesures contre les non-Juifs et les homosexuels afin de « sauver les filles d’Israël », selon les mots de Gopstein.

En avril, la Cour d’instance de Jérusalem a acquitté Gopstein pour l’agression de deux militants de gauche qu’il avait pris pour des Palestiniens se faufilant dans Givat Avot, un quartier juif à Hébron, où il vivait il y a presque dix ans.

L’année dernière, Gopstein a écrit un article intitulé « Pour renverser les vampires », dans lequel il a qualifié les Chrétiens vivant en Israël de « suceurs de sang », et a appelé publiquement à ce que l’on incendie les églises.

Tamar Pileggi a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...