Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Allemagne : La police enquête après une vidéo de fêtards scandant un slogan nazi

Dans la vidéo, les participants chantent "l'Allemagne aux Allemands - les étrangers dehors" sur un tube disco dont ils ont remplacé les paroles ; un homme semble faire le salut nazi

Illustration : Un homme faisant le salut nazi en entonnant un slogan nazi à Sylt, en Allemagne, le 19 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Illustration : Un homme faisant le salut nazi en entonnant un slogan nazi à Sylt, en Allemagne, le 19 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des images montrant un groupe de fêtards, venus sur une île allemande de la mer du Nord, chantant un slogan nazi à la place des paroles d’un tube disco sont devenues virales, la semaine dernière, après avoir été diffusées sur les réseaux sociaux. Elles ont provoqué une vague d’indignation.

La vidéo, qui a été filmée dimanche dernier, pendant la fête de la Pentecôte, montre des gens chantant et dansant, sur l’île de Sylt, sur l’air de la chanson « L’amour Toujours ». Certaines personnes, dans le groupe, chantent le tube dont ils changent les paroles, y substituant un slogan nazi : « L’Allemagne aux Allemands – les étrangers dehors ».

Un homme lève le bras droit, faisant apparemment le salut nazi, tout en imitant à l’aide de ses deux doigts la moustache de Hitler en les positionnant au-dessus de sa bouche.

Le slogan et le salut sont illégaux en Allemagne et la police locale a indiqué qu’elle avait ouvert une enquête pour retrouver les fêtards qui sont aperçus en train de chanter dans la vidéo, sans exclure la possibilité que d’autres personnes aient été impliquées dans cet incident.

Les images ont apparemment été filmées dans un bar de l’île, le Pony. Ses propriétaires ont écrit vendredi, sur la page Instagram de leur établissement, qu’ils étaient « sous le choc et profondément meurtris » après avoir vu la séquence.

« Le racisme et le fascisme n’ont pas leur place dans notre société et le fait que certains aient manifestement une conviction différente nous sidère », ont-ils ajouté dans la publication.

Ils ont expliqué, dans leur post, que si le personnel avait remarqué ce qui était en train de se passer, la police aurait été alertée immédiatement et qu’une plainte aurait été déposée – ils ont précisé l’avoir fait depuis.

Les propriétaires ont indiqué que les employés n’avaient rien remarqué au moment des faits parce que le jour où la vidéo a été tournée est traditionnellement l’une des journées les plus chargées de l’année pour le bar, et que l’environnement était trop bruyant pour entendre quoi que ce soit.

« Nous avons été en mesure d’identifier les personnes impliquées, et de les signaler. Nous n’avons aucune tolérance à l’égard d’un comportement aussi profondément anti-social. C’est la raison pour laquelle nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour lutter contre », ont écrit les propriétaires de l’établissement qui ont ajouté que les personnes apparaissant dans le film étaient dorénavant interdites d’entrée à vie.

L’influenceuse allemande Milena Karl, qui est spécialisée dans la mode, a reconnu l’une des femmes présentes dans la vidéo. Elle a dit qu’il s’agissait de son assistante personnelle.

« En plus du contenu absolument abject de la séquence, j’ai été choquée, blessée et déçue de voir que l’une des personnes apparaissant dedans était l’une de mes employées », a commenté Karl, qui a immigré en Allemagne, sur son compte Instagram après que les images ont fait le buzz.

« Immédiatement après avoir appris l’existence de la vidéo, il n’a fait aucun doute dans mon esprit que j’allais mettre un terme à ma relation professionnelle avec cette personne, avec effet immédiat – et je l’ai fait », a-t-elle continué.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’adressant aux médias lors d’une conférence de presse, à Berlin, le 15 mars 2024. (Crédit : Ebrahim Noroozi/AP Photo)

Karl a fait savoir qu’elle était enceinte et que « tout ce que comporte cette vidéo » représentait une société dans laquelle elle ne voulait pas élever son enfant.

De son côté, le journal allemand Taz a fait savoir, vendredi, qu’il était parvenu à identifier l’homme qui, dans la séquence, faisait le salut nazi, évoquant l’employé d’une firme de marketing allemande appelée Serviceplan Group. L’entreprise, sollicitée par Taz, a annoncé que l’individu avait été renvoyé suite à ces images.

Dans un post écrit vendredi sur X, anciennement Twitter, le chancelier Olaf Scholz a écrit que « de tels slogans sont ignobles » et « inacceptables ».

Selon le journal germanophone The Luxemburger Word, ce n’est pas la première fois que les paroles de cette chanson sont détournées de cette manière lors d’événements organisés dans le pays. La publication a fait savoir que la police allemande avait enquêté sur environ trois incidents similaires survenus cette année.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.