Allemagne : prison pour un Pakistanais accusé d’espionner pour l’Iran
Rechercher

Allemagne : prison pour un Pakistanais accusé d’espionner pour l’Iran

Haidar Syed Moustoufa a été inculpé pour avoir espionné un universitaire franco-israélien et un ancien député allemand pour le compte du renseignement iranien

Un Pakistanais a été condamné lundi en Allemagne à une peine de prison ferme pour avoir espionné un universitaire franco-israélien et un ancien député allemand pour le compte du renseignement iranien.

Haidar Syed Moustoufa s’est vu infliger 4 ans et 3 mois de prison ferme « pour ces activités d’agent de renseignement », a déclaré un porte-parole du tribunal de Berlin où l’affaire était jugée.

Selon le tribunal, ce ressortissant pakistanais de 31 ans a espionné en 2015 le professeur franco-israélien Daniel Rouach sur le campus de l’Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP) puis, en Allemagne, l’ancien député social-démocrate et ex-président de la Société germano-israélienne (DIG) Reinhold Robbe, deux cibles potentielles pour les services de renseignement iraniens.

Originaire de Karachi, le prévenu avait refusé de s’exprimer à l’ouverture de son procès début mars, car il avait « peur », avait indiqué l’un de ses avocats, sans préciser ce que son client redoutait.

Le parquet lui reprochait d’avoir travaillé pour la Force Al-Qods, une unité spéciale des Gardiens de la Révolution qui forme des recrues pour espionner à l’étranger. La somme versée à l’accusé par l’Iran pour mener ces missions, soit 2 052 euros, a été saisie par les enquêteurs et ne lui sera pas restituée, ajoute le communiqué du tribunal.

Arrivé en tant qu’étudiant en Allemagne en 2012, domicilié à Brême (nord) où il a été interpellé en juillet 2016, il aurait surveillé à l’été 2015 Daniel Rouach, auteur d’ouvrages sur la veille technologique, et remis à son contact iranien d’abondantes informations sur les mesures de sécurité en vigueur à l’ESCP, les vigiles présents ou les postes de police à proximité.

« Je me sentais observé, mais je ne comprenais pas ce qu’il se passait, j’ai rapidement pris mes dispositions pour être protégé et puis pendant l’enquête on m’a présenté des dizaines de photos et de vidéos le montrant en train de me suivre », a déclaré par téléphone à l’AFP M. Rouach, qui juge la condamnation « légère pour de la prise de renseignement en vue d’un assassinat ».

Selon l’accusation, le Pakistanais a espionné de façon encore plus précise Reinhold Robbe, un temps chargé des questions de défense au Bundestag, la chambre basse du Parlement, renseignant son contact iranien sur les habitudes quotidiennes, les activités ou les rendez-vous de celui qui était aussi à la tête de la Société germano-israélienne, organisation qui vise à favoriser les échanges entre l’Allemagne et Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...