Alors que l’économie se relève de la pandémie, le salaire moyen baisse en Israël
Rechercher

Alors que l’économie se relève de la pandémie, le salaire moyen baisse en Israël

Le salaire des travailleurs israéliens a diminué de 3 %, à 11 300 shekels par mois, alors que les employés retournent dans les secteurs de l'hôtellerie et du divertissement

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Des magasins fermés au centre commercial Azrieli de Tel Aviv, le 27 décembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Des magasins fermés au centre commercial Azrieli de Tel Aviv, le 27 décembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le salaire moyen des travailleurs israéliens a baissé de 3 % en mai pour atteindre 11 300 shekels par mois, alors que les secteurs les moins rémunérateurs qui ont été durement touchés par la pandémie se relèvent doucement.

Le Bureau central des statistiques a déclaré mercredi que 3,5 millions d’Israéliens avaient un emploi en mai, le mois le plus récent pour lequel des données sont disponibles.

Le secteur de l’hôtellerie a connu un bond de 14,4 % de l’emploi en mai, par rapport au mois précédent, tandis que l’industrie des arts, du divertissement et des loisirs a connu une augmentation de 5,1 %.

L’emploi dans le secteur de l’information et de la communication a augmenté de 1,6 %. Tous les autres secteurs ont connu une variation inférieure ou égale à 1 %.

Au bas de l’échelle des salaires, le salaire moyen des travailleurs de l’hôtellerie et de la restauration était de 5 179 shekels par mois. Le salaire minimum en Israël est de 5 300 shekels par mois, soit 29 shekels de l’heure, ce qui indique probablement que de nombreux travailleurs de l’hôtellerie ne sont pas employés à plein temps.

Les 338 000 travailleurs du secteur technologique israélien étaient les mieux payés, avec un salaire moyen de 24 893 shekels par mois.

Le secteur de l’éducation est celui qui emploie le plus de personnes, avec plus de 540 000 travailleurs, suivi du secteur de la santé et des services sociaux, avec 501 000 personnes.

Le nombre global d’emplois a augmenté de 1,1 % par rapport au mois d’avril de cette année, de 15 % par rapport au mois de mai 2020 et de 35 % par rapport au mois d’avril 2020, lors du premier confinement national d’Israël, soulignant ainsi la reprise du marché du travail.

Le mois d’avril 2020 a été marqué par le plus grand exode de travailleurs de la population active en raison de la pandémie, avec une baisse de 28,5 % du nombre de travailleurs salariés par rapport au mois précédent.

Le marché du travail ne s’est toutefois pas encore totalement rétabli. Il y avait 268 000 travailleurs salariés de moins en mai qu’avant la pandémie, en février 2020, indique le rapport.

Le bureau central des statistiques a fait savoir lundi que le taux de chômage en Israël est resté élevé le mois dernier, malgré la fin de la plupart des mesures de soutien par le gouvernement en réponse à la pandémie.

Le taux de chômage au cours de la première moitié de juillet était de 9 %, contre 8,8 % au cours de la deuxième moitié de juin.

Au total, 383 700 personnes étaient au chômage et en congé sans solde pour cause de COVID-19 au cours de la première moitié de juillet, selon le CBI.

Avant la pandémie, on estime que 150 000 Israéliens, soit 3,5 %, étaient au chômage.

Il y a environ 130 000 postes vacants dans le pays, ce qui indique un fossé entre les employeurs et les demandeurs d’emploi, et un besoin de recyclage pour certains des chômeurs.

Les données publiées lundi reflètent le niveau de chômage du mois dernier, avant que le variant Delta ne se généralise, ce qui pourrait faire augmenter encore le taux de chômage. Un haut responsable de la santé a averti lundi que l’augmentation des cas causés par le variant hautement contagieux pourrait inciter le gouvernement à renforcer certaines réglementations, et certaines personnes pourraient craindre de retourner au travail.

Le gouvernement a mis fin aux allocations de chômage pour la plupart des personnes de moins de 45 ans qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie lors d’une session houleuse de la Knesset à la fin du mois de juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...