‘Anamnèse’ bientôt au Centre de Suzanne Dellal de Tel Aviv
Rechercher

‘Anamnèse’ bientôt au Centre de Suzanne Dellal de Tel Aviv

Rendez-vous le 29 septembre pour un spectacle rare et conçu comme un voyage

Anamnese (Crédit : Autorisation)
Anamnese (Crédit : Autorisation)

Danser c’est vivre. Vivre c’est danser. Pour Claudine Crosta, chorégraphe et fondatrice de la première compagnie de danse franco-israélienne « Shamanka », le mouvement est une source de bonheur intense qu’elle réinvente au quotidien. Elle en donnera la preuve le 29 septembre au Centre de Suzanne Dellal de Tel Aviv avec ‘Anamnèse’, un spectacle rare, conçu comme un voyage.

Danse classique, moderne, ethnique, après tout pourquoi se limiter à un cadre, l’essentiel n’est-il pas de communiquer des émotions ? Enfant déjà, Claudine passait ses journées à créer des spectacles pour les présenter le soir dans le salon. Après quelques années de conservatoire, Claudine suivra cependant un parcours non conventionnel. A 24 ans, diplômée d’une prestigieuse Ecole de Commerce parisienne, l’appel du mouvement devient inévitable, comme un hurlement. Peut-on échapper à sa passion, à sa vie ?

Contre toute attente, elle redémarre une carrière de danseuse professionnelle en imposant à son corps une discipline emprunte de plaisir, douleur, satisfaction et sacrifices. La voilà de nouveau entièrement consacrée à la danse.

Amérique du Sud, Etats-Unis, Europe, Claudine voyage, insatiable d’ailleurs, curieuse des danses du monde « qui expriment chacune avec leur spécificité toujours le même plaisir de se mouvoir ».

Artiste multidisciplinaire et convoitée (spectacles, congrès de danse, télévision, tournées internationales) Claudine enseigne aussi, et ce afin de transmettre les secrets de la chimie qui unissent le corps et l’esprit, car la danse ne doit pas être seulement une recherche de performance mais bien un dialogue.

Anamnese (Crédit : Autorisation)
Anamnese (Crédit : Autorisation)

« Si l’on parvient à mettre au même diapason son corps et son esprit, la danse peut véhiculer une émotion intense, car elle représente un plaisir immense. Cette danse-émotion se nourrit de mouvements, mais aussi de musique, de chants et de comédie » explique la chorégraphe dont la marque de fabrique est de mêler les arts sur scène.

Claudine crée ainsi sa méthode de création chorégraphique et l’enrichit d’une formation en pratique somatique nommée « Méthode Franklin »

Des rencontres précieuses éclairent son chemin. Nathalie Pubellier pour sa quête de la sensation, Ohad Naharin pour son langage unique, le « Gaga ».

« J’ai découvert la pratique « Gaga » en faisant des recherches à Paris. J’ai été fascinée par cette approche et je me suis donc inscrite à un stage en Israël, à l’époque unique lieu de pratique de ce ‘langage’. A la fin de ma première classe de « Gaga » j’ai longuement pleuré et à la fin du stage, j’étais totalement bouleversée. Encouragée par l’équipe éducative, je suis revenue en France juste le temps de faire mes valises pour Israël. C’est comme ça que j’ai fait mon alyah en 2012 ! »

Israël est un formidable et incroyable catalyseur pour Claudine. « Le mouvement y est libre. Les danseurs sont imprégnés par cette pureté et cette joie de danser qui est unique en Israël ». Mais c’est aussi dans les rues d’Israël que Claudine découvre une nouvelle inspiration, presque une respiration en fait… « Les Israéliens ne bougent pas de la même façon qu’en Europe. J’ai retrouvé ce poids dans le bassin et ce plaisir d’être connecté au sol que j’avais découvert en Amérique du sud et qui me passionne. Je me suis sentie simplement à ma place. »

Claudine a séduit les Israéliens comme ils l’ont séduite. Elle est ainsi très vite engagée par Orly Portal, une ancienne danseuse de la Batsheva Compagnie, pour un spectacle qui tournera dans tout Israël. Quand on lui demande comment elle a séduit le cercle très fermé des danseurs israéliens professionnels, Claudine répond : « Les Israéliens sont curieux, ils ont apprécié mon sens du sens du détail et ma pluridisciplinarité. Je prête une grande importance à communiquer mon plaisir et mon bonheur de danser sur scène. Je ressens le devoir de transmettre des émotions au public, je veux le faire rêver et que ce qu’il voit résonne en lui. Cette détermination a plu aux israéliens ».

C’est au cours de cette première tournée israélienne qu’elle rencontre Inbar, la partenaire avec qui elle crée ‘Anamnèse’ un incroyable spectacle de Danse Théâtre qui met en scène 2 danseuses. Puis Shirel rejoint le casting après avoir été bouleversée lors de la Première. Et ‘Anamnèse’ devient un spectacle unique se proposant de nous faire voyager aux confins des souvenirs.

« Rappelez-vous cette sensation ressentie lorsqu’un lointain souvenir vous revient et qui est si fort qu’il envahit votre corps et votre esprit tout entier ? C’est comme si pour un instant, vous étiez transporté vers le passé, vers un autre lieu. Ce souvenir est si puissant que vous ressentez exactement ce que vous aviez ressenti, que vous voyez exactement ce que vous aviez vu alors » explique Claudine pour évoquer ‘Anamnèse’. Tantôt poétique, drôle, groovy, musical, ‘Anamnèse’ est également le seul spectacle français (sous-titré en hébreu) à avoir été sélectionné pour le prestigieux Festival de Danse d’été 2016 du Centre Suzanne Dellal à Tel Aviv.

Le 29 septembre prochain, embarquez pour un souvenir, un voyage unique où l’on danse, chante, rit pour un moment inoubliable !

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...