Rechercher

Après Hadera, des Palestiniens agressés par des résidents d’implantation

Trois crimes de haine présumés signalés en Cisjordanie ; des troubles font suite à la mort de deux agents de la police des frontières lors d'une fusillade à Hadera

Des hommes masqués, qui auraient été des habitants d'implantations israéliennes, armés de bâtons pendant une attaque contre des Palestiniens qui récoltaient des olives aux abords de Surif, en Cisjordanie, le 12 novembre 2021. (Crédit : Shai Kendler)
Des hommes masqués, qui auraient été des habitants d'implantations israéliennes, armés de bâtons pendant une attaque contre des Palestiniens qui récoltaient des olives aux abords de Surif, en Cisjordanie, le 12 novembre 2021. (Crédit : Shai Kendler)

Plusieurs attaques présumées de résidents d’implantation  contre des Palestiniens ont été signalées en Cisjordanie dans la nuit de dimanche à lundi, après que deux agents de la police des frontières ont été tués dans une attaque terroriste meurtrière à Hadera.

Des Palestiniens ont déclaré qu’un homme âgé avait été physiquement agressé par un groupe de résidents d’implantation juifs près de l’implantation d’Yitzhar en Cisjordanie. De nombreuses attaques de résidents d’implantation ont été signalées dans la région par le passé.

Il a été transféré à l’hôpital Rafidia de Naplouse, selon les informations.

Des émeutes ont éclaté dans plusieurs régions de Cisjordanie, notamment dans le village de Jalud au sud de Naplouse, où des résidents d’implantation ont lancé des pierres sur des maisons et incendié plusieurs voitures, ont rapporté les médias palestiniens.

La police a confirmé que cinq voitures palestiniennes avaient été incendiées dans la nuit à Jalud et a déclaré qu’une enquête avait été ouverte.

Dans le village palestinien de Turmus Ayya près de Ramallah, des miliciens ont peint à la bombe des murs et crevé des pneus de voitures.

Certains des slogans disaient : « Vengeance ! » et « Nous ne resterons pas silencieux face à l’assassinat de nos frères. »

La police a déclaré qu’elle enquêtait également sur cet incident.

À Hadera, des manifestants de droite ont bloqué la Route 4 et scandé des slogans tels que « Mort aux Arabes ! »

Les troubles ressentis à travers le pays ont fait suite à deux attaques meurtrières contre des Israéliens, à quelques jours d’intervalle.

Une fusillade à Hadera dimanche a coûté la vie aux agents de la police des frontières Yezen Falah et Shirel Abukarat, tous deux âgés de 19 ans. Quelques jours plus tôt, une attaque à l’arme blanche à Beer Sheva a coûté la vie à quatre civils – la pire attaque contre des civils israéliens depuis des années.

Les deux terroristes qui ont commis l’attaque à Hadera et celui qui a perpétré l’attaque à Beer Sheva, tous citoyens israéliens, seraient des partisans de l’État islamique, ce qui fait craindre de nouvelles attaques inspirées par l’organisation terroriste.

Suite à une évaluation de la situation tenue dimanche soir, l’armée a fait savoir que quatre bataillons supplémentaires seraient déployés dans les implantations israéliennes situées entre la Ligne verte et la barrière de sécurité en Cisjordanie. Des bataillons supplémentaires de la police des frontières seront également déployés dans la région de Wadi Ara en Israël, où est située la ville d’Umm al-Fahm, d’où venaient les terroristes qui ont perpétré l’attaque de Hadera.

Le Premier ministre Naftali Bennett rencontre des responsables de la sécurité après une attaque terroriste meurtrière à Hadera, le 27 mars 2022 (Crédit : Kobi Gideon/GPO).

Des images de caméras de sécurité de la scène ont montré les deux hommes armés, barbus et vêtus de combinaisons blanches, ouvrant le feu sur des passants et des policiers à un arrêt de bus de la ville, à proximité de plusieurs restaurants.

La police a déclaré que plusieurs officiers avaient été blessés lors de l’attaque puis lors d’un échange de tirs avec les terroristes peu de temps après. Les deux terroristes ont été abattus par des policiers en civil qui mangeaient dans un restaurant non loin, ont indiqué des responsables de la police.

La police a déclaré lundi matin que cinq habitants d’Umm al-Fahm avaient été arrêtés dans la nuit.

La police arrêtant un suspect en relation avec l’attaque de Hadera, 28 mars 2022 (Crédit : Police israélienne)

Trois d’entre eux sont soupçonnés d’être affiliés à l’État islamique et les deux autres d’avoir des liens présumés avec l’attaque, a indiqué la police. Tous les cinq ont été emmenés à l’agence de sécurité du Shin Bet pour un interrogatoire plus approfondi.

Lors des interpellations, les forces de l’ordre ont saisi une arme à feu ainsi que des livres et objets liés au groupe djihadiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...