Rechercher
L'ÉTAT ISLAMIQUE REVENDIQUE SA PREMIÈRE ATTAQUE EN ISRAËL DEPUIS 2017

L’Etat islamique revendique l’attentat de Hadera

Deux Arabes israéliens originaires de la ville centrale d'Umm al-Fahm ont été identifiés comme les auteurs de l'attaque meurtrière qui a fait deux morts

Les suspects d'une attaque terroriste à Hadera, le 27 mars 2022. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)
Les suspects d'une attaque terroriste à Hadera, le 27 mars 2022. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)

Les terroristes qui ont perpétré une attaque meurtrière, qui a fait deux morts et plusieurs blessés israéliens, dans la ville de Hadera dimanche soir, étaient affiliés à l’État islamique, a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev.

« Il s’agit d’une attaque très grave. Il est question de terroristes appartenant à l’État islamique », a déclaré M. Barlev au micro de la radio de l’armée dimanche après minuit.

« Nous observons une situation préoccupante, qui pourrait se produire dans n’importe quel pays. La police va se déployer dans toutes les zones », a-t-il ajouté.

M. Barlev n’a pas donné plus de détails sur l’affiliation des deux tireurs au groupe terroriste et ne les a pas identifiés par leur nom.

Plus tard, l’État islamique a revendiqué la responsabilité dans une déclaration publiée par le site de propagande Amaq.

« Deux membres des forces de police de l’État juif ont été tués et d’autres ont été blessés dans une attaque commando immersive », a déclaré l’État islamique, une revendication rare pour une attaque à l’intérieur d’Israël.

Selon le groupe de renseignement SITE, c’est la première fois depuis 2017 que le groupe Etat islamique revendique officiellement une attaque en Israël.

La presse israélienne a identifié les deux terroristes comme étant Ayman et Ibrahim Ighbariah, des cousins des cousins qui, selon la police, étaient des résidents de la ville de Umm al-Fahm, une ville arabe du centre du pays.

La police israélienne a déclaré que les deux hommes étaient arrivés sur les lieux avec 1 100 balles, ainsi qu’avec au moins trois armes de poing et six couteaux.

Les deux terroristes ont ouvert le feu sur la police le long de la route Samuel Herbert à Hadera dimanche soir, a déclaré la police israélienne. Deux personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées avant que des officiers n’abattent les deux cousins Ighbariah, selon la police et les médecins.

Ibrahim, 31 ans, avait été arrêté en 2016 par la police turque après qu’il a tenté de rejoindre le groupe djihadiste État islamique en Syrie. Il a ensuite été appréhendé par les forces de sécurité israéliennes et a purgé un an et demi de prison pour appartenance à un groupe terroriste.

L’affiliation déclarée à l’État islamique crée un lien avec une autre attaque terroriste récente menée par un Arabe israélien contre des civils israéliens. Mardi dernier, l’Arabe israélien Mohammad Ghaleb Abu al-Qian, un condamné pour terrorisme originaire de la ville bédouine de Hura dans le Néguev, a tué quatre civils israéliens à Beer Sheva, la pire attaque contre des civils israéliens depuis six ans. Abu al-Qian, qui a également été tué lors de l’attaque, avait purgé quatre ans de prison pour avoir comploté de rejoindre le groupe terroriste intégriste État islamique en Syrie. Il a été libéré en 2019.

Ayman Ighbariah, le deuxième tireur de Hadera, avait été arrêté par le Shin Bet en 2017 pour possession illégale d’armes, selon le quotidien Haaretz.

Les forces de sécurité israéliennes tentent actuellement de déterminer s’il existe des liens entre les deux terroristes de Hadera et celui de Beer Sheva, Abu al-Qian.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrerait les deux Ighbariahs s’enlçant devant un drapeau de l’État islamique peu avant l’attaque de dimanche. L’identité des personnes figurant dans la vidéo n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante.

Des recherches de suspects ont été menées par des policiers dans la ville d’Umm al-Fahm peu après la fusillade.

Contacté pour plus de détails, le maire d’Umm al-Fahm, Samir Mahameed, a déclaré au Times of Israel que des informations précises sur l’identité et le passé des suspects n’étaient toujours pas disponibles. La municipalité d’Umm al-Fahm a condamné leurs actions.

L’attaque a eu lieu alors qu’un rassemblement historique des ministres des Affaires étrangères des Émirats, de Bahreïn, du Maroc et de l’Égypte, ainsi que du secrétaire d’État américain et du ministre israélien des affaires étrangères se déroulait à Sde Boker. Tous les participants au sommet ont condamné l’attaque.

Le groupe Etat islamique, qui administrait autrefois des millions de personnes dans des pans entiers de la Syrie et de l’Irak, a été déclaré vaincu le 23 mars 2019.

Mais les agents de l’EI continuent de mener des attaques à travers le monde.

Au début du mois, le groupe a confirmé la mort de son chef Abou Ibrahim al-Qurashi et a nommé Abou Hasan al-Hashemi al-Qurashi comme son remplaçant.

Cette annonce est intervenue plus d’un mois après la mort du chef de l’EI pendant un raid américain au cours duquel des commandos se sont rendus par hélicoptère dans une zone du nord-ouest de la Syrie contrôlée par des djihadistes rivaux.

Les groupes terroristes Hamas et Jihad islamique palestinien ont célébré les fusillades comme une « réponse naturelle » au « sommet de l’humiliation ».

Ces dernières semaines, les tensions se sont accrues entre Israël et les Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Dix Palestiniens ont été tués lors de confrontations violentes avec les troupes israéliennes : certains sont morts dans des échanges de coups de feu avec des soldats israéliens en Cisjordanie, d’autres lors de tentatives d’attentats.

Ces dernières semaines ont été marquées par une recrudescence de la violence.

Le week-end dernier, deux officiers ont été blessés dans une attaque présumée à l’arme blanche dans le quartier de Ras al-Amud à Jérusalem-Est, et un Israélien a été poignardé et légèrement blessé alors qu’il faisait son jogging sur la route d’Hébron à Jérusalem.

Au début du mois, plusieurs attaques ont eu lieu dans la Vieille Ville de Jérusalem et à Hizme, en Cisjordanie.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...