Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Après la trêve, qui sont les 136 otages toujours retenus à Gaza

Ont été libérés, dans le détail, 33 mineurs, 49 femmes adultes, ainsi que 28 hommes adultes, principalement des travailleurs agricoles thaïlandais hors accord de trêve

Des Israéliens passent devant des lits représentant le nombre d'otages retenus en captivité par les terroristes du Hamas à Gaza, et une grande pancarte portant l'inscription "Bring Them Home" (Ramenez-les à la maison) sur la place Habima à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens passent devant des lits représentant le nombre d'otages retenus en captivité par les terroristes du Hamas à Gaza, et une grande pancarte portant l'inscription "Bring Them Home" (Ramenez-les à la maison) sur la place Habima à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Principalement des hommes, dont des pères d’enfants libérés, des soldats et une quinzaine de femmes : ce que l’on sait des otages toujours captifs dans la bande de Gaza, alors que les combats ont repris vendredi entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël, selon une base de données compilée par l’AFP.

Sur les quelque 240 otages emmenés le 7 octobre dans la bande de Gaza le jour de l’attaque barbare du Hamas, 105 ont été libérés en sept jours de trêve, dont 80 dans le cadre de l’accord entre Israël et le mouvement terroriste islamiste palestinien, auxquels s’ajoutent cinq personnes relâchées auparavant.

Ont été libérés, dans le détail, 33 mineurs, 49 femmes adultes, ainsi que 28 hommes adultes, principalement des travailleurs agricoles thaïlandais hors accord de trêve.

Alors que la riposte israélienne a repris, « 136 otages, dont 17 femmes et enfants » y sont toujours retenus, a affirmé vendredi le porte-parole de l’armée israélienne. Ofra Keidar, qui faisait partie des 136 présumés, a été déclarée morte vendredi par le kibboutz Beeri où elle vivait.

Orion Hernandez Radoux, à droite, photographié ici avec sa petite amie, Shani Louk, a été pris en otage par des terroristes du Hamas lors de la rave dans le désert Supernova, le 7 octobre 2023 (Autorisation)

Parmi ces otages dont le gouvernement israélien ne dévoile aucun nom, figurent 125 Israéliens ou binationaux, huit Thaïlandais, un Népalais, un Tanzanien et un Franco-Mexicain (Orion Hernandez-Radoux, 32 ans, dont l’identité a été confirmée par sa famille).

L’armée a par ailleurs confirmé vendredi la mort de cinq otages en captivité.

Les données qui suivent analysent les 108 otages présumés vivants toujours à Gaza que l’AFP est parvenue à identifier au 1er décembre, principalement grâce à son réseau de journalistes en contact régulier avec des familles d’otages et à la presse israélienne.

Il n’est toutefois pas certain que tous soient encore vivants. Le Hamas a annoncé à plusieurs reprises des décès d’otages, sans qu’ils ne puissent être vérifiés de manière indépendante. C’est notamment le cas du plus jeune d’entre eux, le nourrisson Kfir (dix mois), de sa mère Shiri Bibas (32 ans) et de son frère Ariel (quatre ans), dont l’armée n’a pas confirmé la mort.

Au moins 15 soldats, dont cinq femmes

A ce jour, l’armée israélienne a confirmé sept décès d’otages, dont cinq vendredi.

Par ailleurs, les preuves de vie étant rares, il arrive encore régulièrement que des victimes, initialement considérées comme otages, soient finalement identifiées comme tuées dans l’attaque du 7 octobre.

Hormis Kfir et Ariel, il ne reste plus d’otages mineurs dans la bande de Gaza. La dernière, la bédouine Aïsha al-Zayadna (17 ans) a été relâchée jeudi, au dernier jour de la trêve. L’accord Israël-Hamas prévoyait de les libérer en priorité.

En revanche, les femmes, deuxième population prioritaire, n’ont pas toutes été libérées.

Shiri Bibas, au centre, et ses fils Ariel, 4 ans, à gauche, et bébé Kfir, enlevés au kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Quatorze femmes adultes sont toujours retenues, selon l’armée israélienne. Judith Weinstein Haggai, 70 ans, est la femme la plus âgée toujours présumée otage.

Cinq femmes, âgées de 18 ou 19 ans, sont des soldates et n’étaient donc pas concernées par l’accord de libération d’otages. S’y ajoutent au moins dix militaires hommes de 18 à 22 ans. La plupart faisaient leur service militaire et n’étaient pas des militaires de carrière.

Beaucoup d’otages de la rave-party

En comptant les soldats, au moins 91 hommes adultes sont encore présumés otages.

Parmi eux figurent de nombreux pères de famille, dont les enfants et les épouses ont été libérés pendant la trêve, comme David Cunio, Dror Or, Tal Shoham, Ilan Weiss, Yair Yakoov, Youssef al-Zayadna ou encore Ohad Yahalomi et Ofer Kalderon, les pères des adolescents franco-israéliens Eitan, Erez et Sahar.

Sahar Calderon, à droite, serre sa mère dans ses bras après sa libération des mains du Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Au moins sept septuagénaires et quatre octogénaires sont toujours présumés captifs, parmi lesquels des époux de femmes libérées : Abraham (78 ans), mari de Ruth Munder, Yoram (80), mari de Tamar Metzger, ou encore Oded (83 ans) et Amiram (85 ans), les époux de Yocheved Lifshitz et de Nurit Kuper, relâchées en octobre.

Parmi les otages toujours captifs, au moins 33 ont été enlevés au festival de musique techno Tribe of Nova, auquel participaient plus de 3 000 personnes. Seulement cinq raveurs ont été libérés pendant la trêve, parmi lesquels la Franco-Israélienne Mia Shem.

Une dizaine de kibboutz comptent toujours des otages. Au premier rang desquels Nir Oz, qui recense encore au moins 27 captifs (38 ont été libérés). Beeri déplore toujours au moins dix otages, Kfar Aza, six, et Nir Yitzhak, quatre.

Outre les otages présumés vivants, plusieurs corps sont également détenus dans la bande de Gaza par le Hamas et ses alliés, dont ceux de trois soldats israéliens tués le 7 octobre.

En plus des otages, six personnes sont toujours considérées par les autorités comme disparues. Il s’agit donc soit d’otages, soit de personnes retrouvées mortes dont les corps n’ont pas été identifiés.

La famille de Ron Binyamin, porté disparu depuis l’attaque du groupe terroriste palestinien Hamas du 7 octobre, a affirmé samedi avoir été officiellement informée qu’il a été pris en otage et qu’il est actuellement retenu à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.