Après l’attentat, Netanyahu révoque certains permis d’entrée des Palestiniens pour le Ramadan
Rechercher

Après l’attentat, Netanyahu révoque certains permis d’entrée des Palestiniens pour le Ramadan

Les permissions de visites familiales en Israël ont été annulées après l’attaque au couteau qui a tué Hadas Malka, 23 ans

Forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'un attentat terroriste porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'un attentat terroriste porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révoqué vendredi soir les permis d’entrée accordée aux Palestiniens pendant le mois saint musulman du Ramadan pour rendre visite à leurs proches en Israël suite à un attentat à Jérusalem, dans lequel la garde-frontière Hadas Malka, 23 ans, a été tuée.

Israël avait adouci les restrictions à l’entrée des Palestiniens de Cisjordanie pour le Ramadan, notamment en permettant des visites familiales quotidiennes du dimanche au jeudi.

Suite à l’attentat, Netanyahu a consulté par téléphone Roni Alsheich, le chef de la police, et Gilad Erdan, le ministère de la Sécurité intérieure, et a décidé d’annuler les visites familiales, selon un communiqué de la police.

Netanyahu n’a cependant pas révoqué les permis accordés aux hommes palestiniens de Cisjordanie de plus de 40 ans pour entrer à Jérusalem pour les prières du vendredi, a indiqué la police.

Hadas Malka, 23 ans, garde-frontière, a été tuée dans une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : autorisation)
Hadas Malka, 23 ans, garde-frontière, a été tuée dans une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : autorisation)

« Pendant le Ramadan, de nombreux jeunes [palestiniens] entrent sans permis, ils profitent du Ramadan pour être à Jérusalem », a dit Yoram Halevy, le chef de la police de Jérusalem, aux médias sur les lieux de l’attentat, ajoutant que dans certains cas, « c’est ce que nous obtenons », en référence aux attentats coordonnés.

Trois Palestiniens armés d’une arme automatique et de couteaux ont mené des attaques quasi-simultanées en deux emplacements, qui ont blessé au moins quatre personnes, avant d’être abattus. Deux d’entre eux ont attaqué un groupe de policiers près du Tombeau de Sédécias avec une arme automatique et des couteaux, et le troisième a poignardé Malka non loin de là, porte de Damas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...