Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Après l’inculpation de Haïm Cohen pour « crimes sexuels », son fils est aussi inculpé

L'un des neuf fils adoptifs de ce Texan qui se faisait passer pour un hassidique est accusé d'agression sexuelle sur son frère et de trafic d'êtres humains

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Avshalom Cohen, fils de Haïm Nissim Cohen, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux en février 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Avshalom Cohen, fils de Haïm Nissim Cohen, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux en février 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un homme du Texas a été inculpé d’agression sexuelle et de trafic d’êtres humains, quelques mois après que son père, qui se présentait comme un juif hassidique ayant une « famille unique » de neuf fils adoptés, a été inculpé pour une série de crimes sexuels.

Haïm Nissim Cohen, 39 ans, s’est inventé des origines juives et s’est servi de cette fausse identité pour adopter neuf garçons. Il a affiché sa famille sur les réseaux sociaux et dans les médias, bénéficiant d’une couverture médiatique élogieuse de la part des médias juifs et des grands médias américains.

Cependant, derrière ce tableau idyllique, il aurait abusé sexuellement de certains de ses propres fils adoptifs et d’un étudiant étranger qui séjournait dans la famille.

Il a été arrêté en mars pour 11 chefs d’accusation d’abus sexuels et physiques sur des enfants et est depuis en détention.

Son fils adoptif le plus âgé, Avshalom Cohen, 22 ans, a été arrêté le mois dernier et inculpé à Houston d’agression sexuelle sur un enfant. Il est toujours en garde à vue et son avocat n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Avshalom a agressé sexuellement l’un de ses jeunes frères adoptifs en 2020, selon les actes d’inculpation, une accusation qui a fait surface alors que les enquêteurs interrogeaient les victimes présumées de son père.

Avshalom aurait contraint la victime à subir des abus sexuels et l’aurait soudoyé avec des cigarettes électroniques – qui contenaient de la nicotine – et des boissons énergisantes. La victime craignait également des répercussions si elle refusait ses avances en raison des menaces à l’intérieur de la maison, a-t-il déclaré aux enquêteurs.

Lors d’un autre incident, Avshalom a également battu violemment l’un de ses jeunes frères adoptifs qui s’était disputé avec leur père. Avshalom, qui avait 20 ans à l’époque, est intervenu dans la dispute, a poussé l’enfant au sol, l’a battu pour qu’il se soumette et l’a insulté en lui disant : « C’est ce que tu obtiens, petit con », selon les actes d’inculpation.

Les enquêteurs ont également établi que le père, Haïm, gardait les enfants enfermés dans leur chambre la plupart du temps jusqu’à son arrestation, à l’exception des deux aînés. Les plus jeunes n’étaient autorisés à sortir de leur chambre qu’une ou deux fois par jour pour aller aux toilettes et pour prendre un seul repas. Haïm avait déclaré sur les réseaux sociaux que les enfants étaient scolarisés à domicile.

Après l’arrestation de Haïm, ses six fils adoptifs encore mineurs ont été confiés aux services de protection de l’enfance. Les trois fils aînés, dont Avshalom, étaient déjà adultes.

Avshalom a également été arrêté au début de l’année pour trafic d’êtres humains dans une ville du Texas proche de la frontière avec le Mexique. Il a été trouvé au volant d’une camionnette transportant huit migrants sans papiers, en possession d’une arme à feu et d’un faux badge de police, ont rapporté les médias locaux.

Haïm Nissim Cohen et ses neuf fils adoptifs sur une photo publiée sur la page Facebook de la famille en 2021. (Crédit : Facebook ; utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

L’arrestation de Haïm au début de l’année a suscité une grande attention en raison de la précédente couverture médiatique de la famille et de sa composition inhabituelle, et a mis en évidence un manque de surveillance de la part des autorités de l’État et d’une société privée qui avait placé des étudiants dans le cadre d’un échange au domicile du suspect, selon les critiques. L’affaire a également alimenté l’antisémitisme et perturbé la communauté juive locale de Houston.

Haïm – se présentant comme un célibataire hassidique – et ses fils adoptifs partageaient « Notre famille unique » – leur vie quotidienne de famille juive ultra-orthodoxe – sur les réseaux sociaux et sur leur propre site web. Les chaînes TikTok de la famille comptaient des centaines de milliers d’abonnés et des vidéos qui ont été visionnées plus de 5 millions de fois. Les vidéos montrent les enfants en train de danser, de faire des sketches, de cuisiner des plats casher et de célébrer des fêtes.

Ces dernières années, la famille a également bénéficié d’une couverture médiatique élogieuse de la part des médias locaux et des organes d’information juifs.

Toutefois, des éléments de preuve indiquent que Cohen a inventé de toutes pièces ses origines juives et celles de ses enfants adoptifs, qui, selon lui, étaient tous nés juifs.

Il a affirmé dans des interviews avoir grandi dans une famille juive hassidique de New York qui parlait yiddish. Or, selon des documents officiels, il serait né Jeffrey Lujan Vejil à Odessa, au Texas, en 1984. Un individu portant le même nom a été diplômé du lycée d’Odessa en 2005, et un article dans la presse locale de la même année le situe dans la ville.

Un membre de la communauté juive de Houston a déclaré que Haïm ne parlait pas le yiddish.

Il aurait changé de nom légalement plusieurs fois en 2009 et 2010, pour finalement adopter le nom de Haïm Nissim Cohen. Selon les documents judiciaires, il aurait utilisé « de nombreux noms et pseudonymes différents ». Parmi ses autres noms ou pseudonymes présumés figurent Haïm Nissim Vejil, Gabriel Jeffrey Vejil et Gabriel Rosenburg.

Il n’y a aucune preuve qu’il se soit converti au judaïsme et il n’a jamais prétendu l’avoir fait, sauf lors de sa demande au tribunal pour prendre un nom juif.

Il s’est également contredit dans diverses interviews lorsqu’il a décrit les origines juives de ses fils et les siennes.

Le groupe Zaakah est le premier à avoir signalé ces incohérences. Le groupe, basé à New York, lutte contre les abus sexuels dans les communautés juives orthodoxes et a suivi l’affaire Haïm Cohen.

Haïm a également affirmé que tous ses fils adoptifs étaient nés juifs, mais un avocat qui a consulté les dossiers d’adoption a déclaré que cette affirmation était fausse et qu’aucun des enfants n’était issu d’une famille juive, mais que Haïm leur avait fait prendre une identité juive après les avoir adoptés. L’avocat a déclaré que Haïm avait utilisé sa fausse identité de rabbin pour gagner la confiance et le respect des gens et faciliter les adoptions.

Haïm a raconté aux médias qu’il travaillait comme assistant social lorsqu’il avait été contacté au sujet des deux garçons orthodoxes placés en famille d’accueil. Il avait indiqué qu’au départ, il les aidait en leur apportant de la nourriture casher, et qu’il les avait adoptés par la suite. Il a également adopté au moins deux autres frères d’une même famille.

« À partir du moment où j’ai obtenu l’autorisation d’adopter, je suis devenu la destination d’adoption incontournable pour les garçons orthodoxes dans le système de placement familial, a-t-il déclaré dans une interview de 2019.

Un membre de la communauté juive orthodoxe de Houston a déclaré au Times of Israel plus tôt cette année que Haïm avait approché la communauté vers 2010 avec une histoire complexe sur son identité juive.

Les membres de la communauté orthodoxe ont rapidement compris que Haïm était un imposteur et l’ont mis à l’écart pour sa tromperie, mais il s’était installé dans un quartier associé aux Juifs religieux de Houston et se présentait comme orthodoxe lors d’événements juifs laïcs, où il était capable de se faire passer pour un hassidique. Il ne semblait faire partie d’aucune synagogue. Plusieurs communautés juives de Houston ont déclaré qu’il ne leur était pas affilié et un rabbin orthodoxe de la ville a déclaré qu’à sa connaissance, Haïm n’était lié à aucune congrégation.

La photo d’identité judiciaire de Haïm Nissim Cohen lors de son arrestation, en février 2023. (Crédit : Bureau du procureur du comté de Harris)

On ignore encore la raison pour laquelle Haïm est obsédé par le judaïsme. Un rabbin de la seule synagogue de sa ville natale d’Odessa, dans l’ouest du Texas, a déclaré ne pas avoir connaissance de cette affaire.

Haïm aurait également simulé des problèmes de santé afin de susciter la sympathie et d’éviter les sanctions légales.

Par ailleurs, il semble avoir été lié à plusieurs escroqueries. Il a un casier judiciaire pour plusieurs délits de vol.

Des suprématistes blancs ont également utilisé les revendications de Haïm concernant sa judéité, avec des publications en ligne liant ses crimes à des tropes antisémites sur les déviances juives.

L’arrestation de Haïm a été largement couverte par les médias américains et internationaux, mais la plupart des reportages sur son cas, ainsi que sur l’arrestation de son fils Avshalom, ne mentionnent pas que le père a inventé l’identité juive de la famille.

On ne sait pas très bien comment Haïm a pu adopter neuf enfants et accueillir de nombreux étudiants étrangers, dont l’un aurait également été victime d’abus. À un certain moment, il y avait 11 garçons, plus Haïm, dans sa maison de quatre chambres. Il n’a jamais déclaré avoir un « job qui gagne bien » et a même indiqué que son lieu de travail était une « fondation » et sa profession « rabbin ».

Les dernières plaintes ont été déposées après un appel anonyme passé par l’un des fils adoptifs de Haïm à une émission de podcast prodiguant des conseils début février pour demander de l’aide. Il a confié lors du podcast BlindSkinnedBeauty qu’il avait été abusé et violé par son père depuis l’âge de 11 ans, soit peu de temps après son adoption.

Il y a également déclaré que les autorités avaient enquêté à plusieurs reprises sur la famille, mais n’avaient pas pris d’autres mesures. Les enquêteurs ont pu identifier l’auteur de l’appel grâce à l’adresse IP de Haïm, selon les documents judiciaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.