Après sa défaite au Likud, Oren Hazan chercherait à rejoindre Otzma Yehudit
Rechercher

Après sa défaite au Likud, Oren Hazan chercherait à rejoindre Otzma Yehudit

Selon le parti d'extrême-droite, l'enfant terrible de la politique israélienne l'aurait contacté pour rester à la Knesset après ses mauvais résultats aux primaires du Likud

Le député du Likud Oren Hazan à Jérusalem, le 9 septembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député du Likud Oren Hazan à Jérusalem, le 9 septembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Après la mauvaise performance du député du Likud Oren Hazan lors des primaires de sa formation, cette semaine, le législateur controversé chercherait actuellement un moyen de rester à la Knesset. Le parti d’extrême-droite Otzma Yehudit a ainsi fait savoir jeudi que le mauvais garçon de la politique israélienne lui avait demandé de rejoindre sa liste nationaliste en amont des élections du mois d’avril.

Itamar Ben Gvir, avocat, provocateur de droite et haut-responsable de la formation Otzma Yehudit bien connu, a indiqué dans une déclaration que des proches de Hazan étaient entrés en contact avec sa formation pour lui demander de réfléchir à l’option de son éventuel ralliement au mouvement.

Hazan a refusé de confirmer cette information, disant qu’il préférait garder le silence à ce sujet pour le moment, ce qui lui ressemble assez peu. Il a néanmoins déclaré bénéficier d’un soutien public considérable et que de nombreuses personnes souhaitaient qu’il reste dans l’arène politique, ajoutant que « toutes les possibilités restent ouvertes ».

Otzma Yehudit a expliqué dans un communiqué que « par sentiment de responsabilité vis-à-vis des électeurs de l’idéologie de droite et contrairement à certains qui préfèrent ignorer cette responsabilité, avec des dizaines de milliers de vote qui pourraient être perdus… nous réfléchissons à de nombreuses options susceptibles de renforcer le camp national », un terme employé fréquemment pour décrire le bloc politique de droite.

Les leaders d’Otzma Yehudit, de gauche à droite : Michael Ben Ari, Itamar Ben Gvir, Baruch Marzel et Benzi Gopstein dans une vidéo de crowdfunding de campagne en date du 5 novembre 2018 (Capture d’écran : (Screen capture/Otzma Yehudit)

Des informations parues dans les médias israéliens ont laissé entendre que le parti avait commandé un sondage d’opinion publique pour vérifier si l’inclusion de Hazan sur la liste pourrait réunir suffisamment de votes pour le catapulter au parlement lors du scrutin du 9 avril.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est tourné vers les responsables des formations de droite plus modestes pour leur recommander vivement de s’unir dans le but d’éviter un scénario où une ou deux factions ne bénéficieraient pas du nombre suffisant de suffrages pour franchir le seuil électoral – ce qui nuirait au bloc de droite à la Knesset.

Netanyahu a demandé au président de l’Union nationale, Bezalel Smotrich, de fusionner avec Otzma Yehudit. Il a également appelé Aryeh Deri, du parti Shas, à former un bloc ultra-orthodoxe avec le parti Yahadout HaTorah, a fait savoir la Douzième chaîne au début de la semaine.

L’Union nationale et Otzma Yehudit semblent, à l’heure actuelle, dans l’incapacité de franchir le seul électoral sans fusion préalable entre les deux partis.

Les listes des formations doivent être finalisées le 21 février au plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...