Après un tollé, les jardins d’enfants et écoles pourront fonctionner après 13h
Rechercher

Après un tollé, les jardins d’enfants et écoles pourront fonctionner après 13h

Le gouvernement abandonne la limitation des horaires des classes du CP au CM1 et de Première et Terminale - un projet qui était censé favoriser “le sentiment de confinement”

Des élèves en classe dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 24 novembre 2020. (Gershon Elinson / Flash90)
Des élèves en classe dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 24 novembre 2020. (Gershon Elinson / Flash90)

Jeudi, le conseil des ministres a abandonné le projet de fermeture des garderies et des écoles à 13 heures tous les jours lors du confinement national à venir ; elles pourront fonctionner normalement.

Les jardins d’enfants et les classes du CP au CM1 et de Première et Terminale étudieront normalement pendant le confinement, tandis que les classes du CM2 à la Seconde étudieront à distance.

Le gouvernement avait provoqué un tollé en annonçant que les cours en présentiel se termineraient plus tôt que d’habitude pendant le confinement ; les parents en colère se sont plaints que cela ne leur aurait pas permis de travailler suffisamment.

La critique a augmenté après que des responsables de la santé ont indiqué que cette restriction n’était pas justifiable d’un point de vue épidémiologique. Il s’agissait plutôt de mettre le grand public « dans l’ambiance du confinement », plutôt que de continuer comme si de rien n’était.

Un communiqué du ministère de la Santé a annoncé jeudi après-midi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de l’Éducation Yoav Gallant et le ministre de la Santé Yuli Edelstein avaient finalement décidé de laisser les cours maintenir leurs horaires normaux.

Les écoles avaient été entièrement fermées lors des deux confinements précédents.

Le ministre de l’Éducation Yoav Gallant rend visite aux écoliers le premier jour de l’année scolaire à Mevo Horon, le 1er septembre 2020. (Marc Israel Sellem / Pool / AFP)

Avant que le gouvernement ne revienne sur sa décision, les autorités locales avaient aussi dénoncé la limitation des horaires d’ouverture des écoles.

La présidente du syndicat national de parents d’élèves, Merom Schiff, a également dénoncé les arrangements scolaires.

« Une fois de plus, les décisions sont prises sur un coup de tête, et abandonnent des classes entières du CM2 à la Seconde sans aucune justification, des élèves qui… veulent simplement apprendre. Le compromis atteint ce soir est pathétique et totalement déconnecté de la situation sur le terrain », a déclaré Schiff.

La réouverture des écoles en mai et septembre est considérée comme ayant joué un rôle clé dans la flambée de l’épidémie de virus à l’échelle nationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...