Arabie/Manuels scolaires : Contenu antisémite en baisse mais peut mieux faire
Rechercher

Arabie/Manuels scolaires : Contenu antisémite en baisse mais peut mieux faire

IMPACT-se constate que, malgré un effort institutionnel évident pour moderniser les programmes, la haine des Juifs et d'Israël est toujours enseignée

Des jeunes filles jouent au basket-ball en Arabie Saoudite. (AP Photo/Hasan Jamali)
Des jeunes filles jouent au basket-ball en Arabie Saoudite. (AP Photo/Hasan Jamali)

Il y a une réduction notable du contenu antisémite et anti-sioniste dans les manuels scolaires d’Arabie Saoudite pour l’année scolaire à venir, a constaté un groupe de veille basé à Jérusalem dans un rapport publié mardi.

Ce rapport est intervenu alors que l’on parlait récemment d’une possible normalisation entre Israël et l’Arabie Saoudite, dans le cadre d’un changement régional qui a vu Israël accepter d’ouvrir des relations avec les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

La semaine dernière, Jared Kushner, conseiller principal à la Maison Blanche, a déclaré que la normalisation entre Israël et l’Arabie Saoudite était « inévitable ».

« Bien que le dernier rapport… n’ait pas constaté l’ajout de nouveau matériel tolérant dans le programme scolaire, il a constaté qu’une quantité substantielle de matériel offensant avait été supprimée », a déclaré IMPACT-se, [Institute for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education], qui examine le matériel pédagogique.

Elle a constaté que les livres ne contenaient plus d’injonction de guerre religieuse dans laquelle les musulmans tueraient tous les juifs – une prophétie qui, selon elle, avait servi de fondement à une grande partie des attitudes antisémites dans le monde musulman.

Et le trope antisémite classique selon laquelle les Juifs, identifiés comme « forces sionistes », utilisent des méthodes crapuleuses, notamment l’argent, les femmes et la drogue pour contrôler le monde, a été supprimée.

Marcus Sheff. (Autorisation)

« En examinant la tendance de nos rapports de 2002, 2008 et même 2019 sur le programme scolaire saoudien, il est clair que ces nouveaux manuels de 2020 représentent un effort institutionnel pour moderniser le programme scolaire du Royaume », a déclaré Marcus Sheff, PDG d’IMPACT-se. « Les autorités saoudiennes ont entamé un processus d’éradication de la haine anti-juive ».

Les attitudes envers Israël deviennent « plus équilibrées et plus tolérantes », a déclaré le groupe dans la déclaration. A titre d’exemple, il a noté la suppression d’un chapitre entier intitulé « le danger sioniste » qui délégitimisait le droit d’Israël à exister.

Plus généralement, la majorité des références au jihad ont été supprimées, alors qu’il y a dix ans, l’objectif du programme était de préparer les élèves au martyre, a constaté le groupe.

« Ceci étant dit, les contenus anti-Israël figurent toujours dans le programme d’études », a noté IMPACT-se.

La haine des Juifs est toujours présente, y compris une histoire « décontextualisée et ambiguë » sur les « malfaiteurs » juifs, qui sont décrits comme des singes.

Israël n’est toujours pas légitimé et ne figure pas sur les cartes de la région, tandis que le sionisme est dépeint comme un mouvement politique raciste. Le nom « Israël » est remplacé par « ennemi sioniste ».

« Il est clair qu’il y a encore du travail à faire. Toutefois, les changements apportés jusqu’à présent sont prometteurs pour un programme scolaire modéré et tolérant », selon la déclaration. « D’autres améliorations doivent être apportées. Mais l’impression dominante est celle d’une volonté de s’engager, de participer à un dialogue sur le contenu des programmes et d’aller enfin vers une réforme des manuels scolaires ».

Le haut-conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner, (à droite), pendant une réunion entre le président américain, (à gauche), et les leader du Sommet du conseil de coopération du Golfe à Ryad, le 21 mai 2017. (Crédit : AP/Evan Vucci)

En réponse à ces conclusions, un fonctionnaire du Département d’Etat américain a déclaré au Time Magazine que Washington est « encouragé par le rapport qui constate des changements positifs dans les manuels scolaires influents utilisés dans toute l’Arabie Saoudite ».

Le Time a également cité Fahad Nazer, porte-parole de l’ambassade saoudienne à Washington, qui a déclaré que le royaume faisait « un effort très concerté pour supprimer tout [matériel offensant] de l’ensemble du programme scolaire ».

Les améliorations ont également touché d’autres domaines tels que la suppression d’une section d’un livre qui condamnait l’homosexualité comme une infraction punissable de mort, a déclaré IMPACT-se.

Le rabbin David Rosen, directeur des affaires inter-religieuses internationales de l’American Jewish Committee, a présenté le rapport IMPACT-se aux hauts fonctionnaires du royaume lors de sa visite à Ryad à l’invitation du roi Salmane, selon la déclaration.

Un éventuel accord saoudien sur la normalisation est considéré comme le gros lot pour Israël, étant donné le statut important de Ryad dans la région. Alors que les pays ont pris des mesures pour renforcer leurs liens au cours des derniers mois seulement (Ryad a approuvé des survols entre Israël et les États du Golfe en utilisant son territoire et aurait donné sa bénédiction aux accords avec les Émirats arabes unis et Bahreïn), de nombreux analystes spéculent que le royaume n’est pas encore prêt pour un tel geste spectaculaire, en particulier alors que l’actuel roi Salmane est toujours en vie.

L’Arabie saoudite a insisté sur le fait que toute normalisation entre elle et Israël ne peut se faire que parallèlement à un accord de paix durable impliquant une solution à deux États du conflit israélo-palestinien. Le royaume continue publiquement à déclarer son soutien indéfectible à l’Initiative de paix arabe, un accord parrainé par l’Arabie saoudite en 2002 qui offre à Israël des relations complètes avec tous les États arabes en échange de la création d’un État palestinien sur le territoire qu’Israël a récupéré en 1967.

Mais l’inquiétude mutuelle concernant l’Iran a progressivement rapproché Israël et les pays du Golfe, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a eu des entretiens secrets avec le prince héritier Mohammed ben Salmane en Arabie Saoudite le mois dernier, alimentant les rumeurs selon lesquelles un accord de normalisation pourrait être en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...