Rechercher

Arrestation d’un Palestinien armé sur le point de commettre un attentat à Tel Aviv

L'homme, âgé de 19 ans et originaire de Naplouse, a été interpellé près de la tour de l’horloge, à Jaffa, armé d'une mitraillette et de deux bombes artisanales remplies de clous

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

La policeinterpelle un Palestinien armé à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Courtoisie)
La policeinterpelle un Palestinien armé à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Courtoisie)

Un Palestinien muni d’une arme à feu de fabrication artisanale et de deux bombes a été interpellé par la police, à Jaffa, jeudi. Il a avoué plus tard son intention de perpétrer un attentat terroriste de grande ampleur à Tel Aviv, a indiqué la police.

Le résident de Naplouse, âgé de 19 ans et entré sans permis en Israël, aurait rapidement éveillé les soupçons des agents de l’unité d’élite Yasam, à hauteur de la tour de l’horloge a Jaffa, lieu très fréquenté par les riverains et les touristes.

Il a été interpellé en possession d’une mitraillette de type Carlo et de deux bombes artisanales remplies de clous. La police a précisé qu’il serait interrogé par l’agence de sécurité Shin Bet.

Le chef de la police, Kobi Shabtai, a déclaré que le jeune homme était sur le point de commettre un attentat terroriste de grande ampleur.

Lors du premier interrogatoire conduit par les policiers, le suspect a avoué qu’il s’apprêtait à perpétrer un attentat à Tel Aviv, dans un endroit très fréquenté.

« Il avait l’intention de commettre un massacre », a déclaré Shabtai aux journalistes, sur place.

Arme de fabrication artisanale trouvée sur le Palestinien capturé à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Shabtai a remercié les agents de Yasam qui « ont déjoué un attentat terroriste de grande ampleur ».

Sharif Hasson, l’un des policiers qui a procédé à l’arrestation, a expliqué que l’homme interpellé « aurait forcément été arrêté ».

« Nous avons remarqué le suspect : nous l’avons arrêté et en l’interrogeant, il a avoué être entré en Israël illégalement, sans papiers d’identité », a-t-il expliqué aux médias.

« Il avait un sac, dont un objet métallique sortait. Le sac était lourd, vraiment très lourd. En ouvrant le sac, nous avons vu qu’il s’agissait d’une arme à feu. Nous avons dit au suspect de s’allonger sur le sol, qu’il était en état d’arrestation », a ajouté Hasson.

Les images publiées par la police donnent à voir ce qui semble être une arme de fabrication artisanale, et non la kalachnikov initialement évoquée.

Le suspect avait déjà été appréhendé en avril dernier pour avoir tenté d’introduire un couteau sur le mont du Temple, à Jérusalem. Il avait été jugé et condamné pour cela à quatre mois de prison.

La police a ajouté que des agents avaient procédé à d’autres interpellations dans le secteur. Selon la Douzième chaîne, le suspect aurait été conduit et déposé en Israël par des complices.

Des policiers sur les lieux de l’arrestation d’un Palestinien armé, près de la tour de l’horloge de Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’armée israélienne a mis en place des points de contrôle en Cisjordanie, à proximité de l’implantation d’Ariel, à la recherche d’autres suspects impliqués dans le projet d’attentat. Selon la chaîne publique Kan, un proche du suspect aurait été interpellé.

Le Premier ministre Yair Lapid a déclaré que la police avait déjoué un « attentat terroriste majeur ».

« L’État d’Israël continuera de lutter avec force, sans compromis, contre ceux qui essaient de nous atteindre. Je félicite les forces de l’ordre d’avoir appréhendé le terroriste à Tel Aviv-Yafo et d’avoir ainsi déjoué un attentat terroriste majeur », a-t-il déclaré dans un communiqué publié par son cabinet.

Lapid s’est ensuite entretenu avec Hasson et le deuxième agent, Mohabau Mengistu.

« L’État d’Israël tout entier vous remercie de votre bravoure. Vous avez sauvé de nombreuses vies. Je n’ose pas penser à ce qui aurait pu se passer si vous n’aviez pas été là », a déclaré Lapid dans un communiqué remis par son cabinet.

Le cabinet a par ailleurs précisé que Lapid adresserait une lettre de félicitations aux deux hommes.

Le Premier ministre Yair Lapid avecle sergent-major Sharif Hasson (à droite) et le sergent-chef Mohabau Mengistu (à gauche), les deux agents de Yasam qui ont arrêté un Palestinien armé à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Elad Gutman)

Toujours selon son cabinet, Lapid aurait rencontré, jeudi, des responsables de la Défense et de l’armée, au siège de Tsahal, pour évoquer la résurgence des violences en Cisjordanie. La police et les responsables de la sécurité intérieure n’étaient pas présents.

« L’objectif de la réunion était d’examiner les outils à même de stabiliser la situation en Cisjordanie et d’empêcher l’escalade », a expliqué le cabinet du Premier ministre.

Police sur les lieux de l’arrestation d’un Palestinien armé, à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a indiqué qu’Israël allait multiplier les opérations antiterroristes, en Cisjordanie comme ailleurs, sans toutefois lier cette annonce à l’attentat récemment déjoué.

« Nous allons déployer davantage de soldats, renforcer la coopération entre agences de défense et accélérer la construction de la barrière [cisjordanienne] », a-t-il précisé lors d’une cérémonie.

« Rien que la semaine passée, nous avons déjoué un certain nombre de projets d’attentats » venant de Cisjordanie, a-t-il déclaré. « Nous allons renforcer la lutte antiterroriste absolument partout. »

Police sur les lieux de l’interpellation d’un terroriste palestinien armé, place de l’horloge à Jaffa, le 8 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les soldats ont, à plusieurs reprises, essuyé des tirs lors de raids nocturnes en Cisjordanie destinés à déjouer les projets terroristes palestiniens.

L’armée a lancé l’opération Brise-lames suite à la série d’attentats qui a tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai. Plus de 1 500 suspects ont été arrêtés depuis le début de cette opération.

Selon un décompte du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, pas moins de 91 Palestiniens auraient été tués par l’armée israélienne depuis le début de l’année, parmi lesquels des Palestiniens auteurs d’attentats, des adolescents qui manifestaient violemment contre les raids militaires nocturnes d’Israël dans leur quartier ou encore la célèbre journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, dont la mort accidentelle semble bien avoir été causée par un soldat israélien, a admis Tsahal, ce lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...