Arrêté de fermeture des commerces dans le secteur de Barbès-Rochechouart
Rechercher

Arrêté de fermeture des commerces dans le secteur de Barbès-Rochechouart

Pour "éviter au maximum les dégradations", et que "des éléments de mobilier" puissent être utilisés contre les forces de l'ordre, a précisé la préfecture

Entrée de la station de métro Barbès-Rochechouart à Paris (Crédit : Chabe01/CC BY-SA 4.0)
Entrée de la station de métro Barbès-Rochechouart à Paris (Crédit : Chabe01/CC BY-SA 4.0)

« En raison des risques sérieux de troubles à l’ordre public liés au rassemblement de personnes qui braveraient » l’interdit, la préfecture de police a pris un arrêté de fermeture des commerces dans le secteur de Barbès-Rochechouart, à partir de samedi midi.

Ce, pour « éviter au maximum les dégradations », et que « des éléments de mobilier » puissent être utilisés contre les forces de l’ordre, est-il précisé dans un communiqué.

Les organisateurs de la manifestation pour « commémorer la Naqba et dénoncer les dernières agressions israéliennes contre le peuple palestinien » disent prévoir de manifester « pacifiquement » jusqu’à Bastille, a précisé à l’AFP Walid Atallah, qui avait maintenu l’appel à manifester.

L’interdiction des autorités avait pourtant été confirmée en justice, mais les organisateurs comptent passer outre, et manifester à Paris samedi après-midi.

D’autres manifestations ont été interdites, comme à Nice, ou à Aubervilliers et Montreuil en Seine-Saint-Denis. En revanche, des rassemblements – statiques – ou des manifestations sont autorisés, à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.

Gérald Darmanin a demandé aux préfets de suivre de près les rassemblements et d’assurer la protection des lieux fréquentés par la communauté juive.

Après plusieurs personnalités politiques, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a aussi jugé « sage » la décision du gouvernement. « Je crains des violences puisqu’en 2014, nous avons tous gardé le souvenir d’une manifestation extrêmement difficile où des propos terribles comme ‘mort aux Juifs’ ont été proférés », a-t-elle déclaré.

Le président français Emmanuel Macron a insisté vendredi sur « l’urgence d’un retour à la paix » au Proche-Orient, soulignant lors d’un entretien avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le « droit à se défendre » d’Israël tout en disant « sa préoccupation au sujet des populations civiles à Gaza ».

« Le Hamas est entièrement responsable de la mort de civils à Gaza, » a affirmé samedi le porte-parole en langue arabe de Benjamin Netanyahu.

« Il a cherché cette escalade et l’a initiée quand il a attaqué Jérusalem. Il a intentionnellement entreposé ses lance-roquettes, ses caches d’armes et ses postes au milieu de zones résidentielles et c’est un crime de guerre. Il attaque nos citoyens pour en tuer le plus grand nombre possible et ça c’est un autre crime de guerre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...