Ashdod : l’homme qui avait poignardé son voisin blessé par balle
Rechercher

Ashdod : l’homme qui avait poignardé son voisin blessé par balle

La victime a été grièvement touchée. La police a suivi les traces de sang et retrouvé le suspect caché derrière un réfrigérateur et armé d'un couteau

Les lieux où un homme a poignardé son voisin et un agent de police avant d'essuyer les balles des forces de l'ordre, à Ashdod, le 17 février 2019 (Crédit : Unité du porte-parole)
Les lieux où un homme a poignardé son voisin et un agent de police avant d'essuyer les balles des forces de l'ordre, à Ashdod, le 17 février 2019 (Crédit : Unité du porte-parole)

Un homme a été grièvement blessé à l’aube, dimanche, poignardé par son voisin dans la ville côtière d’Ashdod.

Le suspect a alors appelé la police pour rapporter l’incident et poignardé l’un des agents ayant répondu à l’appel. Les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur lui, lui causant de graves blessures.

Selon une enquête initiale, le suspect a d’abord frappé à la porte de son voisin. En l’absence de réponse, il est entré dans l’appartement par le balcon, a rapporté la Treizième chaîne. Il a alors poignardé sa victime.

D’après un communiqué de la police, lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont vu des traces de sang au quatrième étage de l’immeuble, puis les ont suivies jusqu’à un appartement du troisième étage, où ils ont trouvé le suspect caché derrière un réfrigérateur, un couteau à la main.

Le suspect aurait alors donné un coup de couteau à l’un des policiers, le touchant légèrement, avant qu’un agent n’ouvre le feu. L’homme serait dans un état grave.

Tous les blessés ont été pris en charge à l’hôpital. Le site d’information Ynet a fait savoir que la police soupçonne que l’homme a été en proie à un épisode psychotique.

L’agresseur et sa femme s’étaient installés dans l’immeuble situé rue HaRav Kook deux semaines plus tôt. La victime et le suspect ne se seraient jamais rencontrés auparavant, semble-t-il.

La police a ouvert une enquête sur les agressions au couteau ainsi que sur les coups de feu qui ont atteint le suspect.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...