Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Attentat de la rue Copernic en 1980: la perpétuité requise contre Hassan Diab

Le Libano-Canadien Hassan Diab, l'unique accusé, est jugé en son absence à Paris pour l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic, il y a près de 43 ans, qui a fait 4 morts

Hassan Diab, accusé d'avoir commis l'attentat de la synagogue de la rue Copernic en 1980, à son retour au Canada, lors d'une conférence de presse au siège d'Amnesty International Canada à Ottawa, dans l'Ontario, le 17 janvier 2018. (Crédit : Lars Hagberg / AFP)
Hassan Diab, accusé d'avoir commis l'attentat de la synagogue de la rue Copernic en 1980, à son retour au Canada, lors d'une conférence de presse au siège d'Amnesty International Canada à Ottawa, dans l'Ontario, le 17 janvier 2018. (Crédit : Lars Hagberg / AFP)

Le Parquet national antiterroriste (Pnat) a requis jeudi la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre du Libano-Canadien Hassan Diab, l’unique accusé jugé en son absence à Paris pour l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, il y a près de 43 ans.

L’universitaire de 69 ans est « sans aucun doute possible » l’auteur de cet « odieux attentat » commis le 3 octobre 1980, ont estimé les avocats généraux.

Hassan Diab, qui clame son innocence, avait bénéficié dans un premier temps d’un non-lieu dans ce dossier et était reparti libre en 2018 au Canada. Ce non-lieu avait été infirmé trois ans plus tard, renvoyant l’ancien professeur de sociologie devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Les représentants du Pnat ont démarré leur réquisitoire à deux voix en disant leur « intime conviction » de la culpabilité de Hassan Diab.

Ils l’ont terminé cinq heures plus tard en requérant « la peine la plus lourde » prévue en France, assortie d’un mandat d’arrêt.

Le 3 octobre 1980, vers 18H35, l’explosion de la bombe posée sur une moto à proximité de la synagogue de la rue Copernic, dans le XVIe arrondissement de Paris, a tué quatre personnes – un étudiant qui passait à moto, un chauffeur privé, une journaliste israélienne en vacances et un voisin – et en a blessé 46 autres.

Une piétonne regarde les dégâts après l’explosion d’une bombe à la synagogue rue Copernic à Paris, le 4 octobre 1980. (Crédit : Jean Claude-Delmas/AFP)

Cette attaque meurtrière, qui visait pour la première fois depuis la fin de la Seconde guerre mondiale la communauté juive de France, a été attribuée par les enquêteurs au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), un groupe dissident du FPLP.

Seul mis en cause au terme d’une des plus longues procédures de l’antiterrorisme française, Hassan Diab est jugé par défaut depuis le 3 avril pour assassinats, tentatives d’assassinats et destructions aggravées en relation avec une entreprise terroriste.

Comme au premier jour de l’audience, l’accusation a vilipendé la « lâcheté » de l’absence de l’ancien professeur de sociologie, « cynique » et « calculée », « une infamie » faite à la cour et aux victimes selon les avocats généraux.

Ce sont des renseignements qui avaient désigné Hassan Diab en 1999, soit dix-huit ans après les faits, comme celui ayant confectionné l’engin explosif et chargé sur la moto les dix kilos de pentrite qui ont explosé devant la synagogue.

L’existence d’un élément central de l’accusation venait d’être révélée: le passeport libanais de Hassan Diab avait été saisi en 1981 à Rome sur un membre présumé du FPLP-OS, avec des tampons d’entrée et de sortie d’Espagne, pays d’où serait parti le commando, à des dates entourant l’attentat.

Hassan Diab a toujours affirmé avoir perdu ce passeport authentique et qu’il ne pouvait être à Paris ou en Espagne au moment des faits puisqu’il passait ses examens à l’université de Beyrouth.

La défense plaidera l’acquittement dans l’après-midi.

Le verdict est attendu vendredi en fin de journée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.