Au procès Charlie Hebdo, les armes « pourries » et l’ombre de Saïd Kouachi
Rechercher

Au procès Charlie Hebdo, les armes « pourries » et l’ombre de Saïd Kouachi

Quels liens Abdelaziz Abbad - suspecté d'avoir recherché des armes pour les auteurs des attaques. - a-t-il noués avec Amédy Coulibaly et les frères Kouachi ?

Des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. (Crédit : Philippe Dupeyrat/AFP)
Des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. (Crédit : Philippe Dupeyrat/AFP)

Au procès des attentats de janvier 2015, la cour n’est pas parvenue mercredi à lever le doute sur l’implication d’Abdelaziz Abbad, délinquant de Charleville-Mézières suspecté d’avoir recherché des armes pour les auteurs des attaques.

Quels liens Abdelaziz Abbad a-t-il noués avec Amédy Coulibaly et les frères Kouachi? « Il n’y a aucun élément dans le dossier qui pourrait me relier à ces gens-là », a évacué l’accusé, polo noir, cheveux sombres et bras croisés, devant la cour d’assises spéciale de Paris.

« Oui j’ai fait du trafic d’armes » mais dans le cadre d’une affaire de « droit commun ». « Le terrorisme, c’est beaucoup trop haut pour moi, je suis loin de ce genre d’affaires », a poursuivi le trentenaire, au terme d’un interrogatoire confus et décousu.

Originaire de Charleville-Mézières (Ardennes), ville des épouses de Chérif et de Saïd Kouachi, Abdelaziz Abbad a multiplié avant les attentats les contacts avec Ali Riza Polat, bras droit d’Amédy Coulibaly, ainsi qu’avec deux autres accusés, Metin Karasular et Michel Catino.

A l’époque, il gérait un garage avec un autre accusé, Miguel Martinez, tout en donnant dans les affaires de stupéfiants. C’est dans le cadre d’une transaction portant sur de la drogue qu’il aurait récupéré un sac de 8 ou 9 armes, objet de multiples débats lors du procès.

La police française a publié cette photo d’Amédy Coulibaly, soupçonné d’avoir tué une policière à Montrouge le 8 janvier 2015, et quatre personnes dans un supermarché casher à Paris le 9 janvier 2015. (Crédit photo: AFP / Police française)

Ce sac, selon l’accusation, avait été auparavant acheté par Ali Rizat Polat et Amédy Coulibaly. Mais ces derniers les avaient refusées, les jugeant « pourries ». Une partie de cet arsenal a été revendu à des personnes extérieures aux attentats, les autres ont fini dans la Meuse.

Au-delà de cette transaction, autour de laquelle la « filière belgo-ardennaise » s’est nouée et qui pourrait avoir été suivie d’autres échanges, ce sont les déclarations en garde à vue de l’accusé qui suscitent des interrogations.

Abbad, qui se trouvait incarcéré dans une affaire d’assassinat lors de sa mise en cause, a raconté avoir reçu, alors qu’il disposait des armes, la visite de son ex-beau frère, Marouan H., accompagné d’un homme ressemblant à Saïd Kouachi.

Lors de cette rencontre, survenue en décembre 2014, cet homme lui aurait dit : « on veut des kalachs, deux kalachs » ainsi que des « pistolets et des gilets pare-balles », selon les propos rapportés par l’accusé aux policiers.

« Arrête de pleurer »

A-t-il menti ? S’est-il trompé ? Face à la cour, Abdelaziz Abbad, qui a côtoyé l’épouse de Saïd Kouachi lorsqu’il se trouvait au collège mais assure n’avoir jamais fréquenté le tueur de Charlie Hebdo, a tenu à nuancer ces déclarations.

« Y a toutes les images qui sont passées à la télé, j’ai cru reconnaître ce mec. Mais j’ai jamais dit que c’était lui, j’ai juste dit qu’il lui ressemblait », insiste le trentenaire, soucieux d’évacuer tout quiproquo : « Kouachi, de base, c’était pas possible que ce soit lui ».

Cherif et Said Kouachi, responsables de l’attaque terroriste de « Charlie Hebdo » qui a fait 12 morts. (Capture d’écran/Police française)

La cour, face aux explications désordonnées de l’accusé, se montre circonspecte. « Vous n’êtes pas tombé de la dernière pluie, M. Abbad », insiste le premier assesseur, estimant que l’accusé, qui a livré plusieurs informations-clé aux enquêteurs, savait ce qu’il faisait en évoquant le nom du jihadiste.

Sur les bancs, des avocats de parties civiles s’agacent des incohérences de l’accusé, qui se dit novice en matière de trafic d’armes. Coutumier des interventions intempestives, Ali Riza Polat tente d’éreinter à sa façon la défense de l’Ardennais : « tu vendais des armes six mois avant, sac à merde ! »

Jusque-là pondéré, Abbad devient provocateur. « Arrête de pleurer, toi, dans ta cagette ! ». L’avocate de Polat, Isabelle Coutant-Peyre, tente de calmer le jeu : « mon client est toujours révolté ». « Qu’il se révolte contre lui-même, qu’il arrête d’insulter les gens », rétorque l’accusé.

Le calme revenu, un témoin-clé se présente à la barre : Marouan H., ex-beau frère de l’accusé. Le jeune homme, mis hors de cause par l’enquête, se veut catégorique : les propos d’Abbad, « c’est que des bêtises, les Kouachi je les ai jamais vus », assure le jeune homme, qui évoque une logique de « vengeance » d’Abbad.

« C’est parce que j’ai flirté avec sa copine », assure Marouan H., avant de jeter un coin dans la défense de l’accusé. « Abbad n’aurait pas reconnu Saïd Kouachi alors qu’il a habité pendant 15 ans à 50 mètres ? C’est du foutage de gueule. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...