Aux derniers jours de la campagne, Netanyahu veut courtiser les électeurs arabes
Rechercher

Aux derniers jours de la campagne, Netanyahu veut courtiser les électeurs arabes

Selon un activiste, le Premier ministre veut faire baisser la participation électorale arabe ; la Liste arabe unie ne croit pas en l'impact de l'interview donnée à une chaîne arabe

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion avec des dirigeants arabes israéliens, le 23 mars 2015. (Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion avec des dirigeants arabes israéliens, le 23 mars 2015. (Autorisation)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa formation du Likud ont lancé une initiative, aux derniers jours de la campagne électorale, visant à tendre la main au public arabe israélien.

Netanyahu, qui avait été âprement critiqué au cours du dernier scrutin national du mois de septembre pour sa rhétorique féroce employée contre les Arabes, a récemment accordé une interview à Hala TV, la seule chaîne arabophone privée de l’Etat juif. Il a également publié un verset du Coran sur sa page Facebook au sujet du pèlerinage du Hajj et organisé un événement de campagne entre Tamra et Ibillin, deux villes arabes de Galilée.

Dans son entretien accordé la semaine dernière à Hala TV, Netanyahu a semblé vouloir dissiper les craintes, parmi les citoyens arabes, qui ont été entraînées par la révélation du plan de paix du président américain Donald Trump. La proposition de résolution du conflit israélo-palestinien « envisageait » de placer dix villes arabes israéliennes, situées aux abords de la Cisjordanie, dans un futur Etat de Palestine, si l’Etat juif et les Palestiniens devaient en convenir.

« C’est une vague expression qui ne signifie pas grand-chose », a dit le Premier ministre devant les caméras en faisant référence aux dix villes. « Oubliez ça. Ça n’arrivera pas », a-t-il ajouté.

Bassam Jaber, de Hala TV, interviewe le Premier ministre Benjamin Netanyahu (Capture d’écran : Hala TV)

Netanyahu a également suggéré qu’il œuvrait à rendre possible un voyage direct vers l’Arabie saoudite pour le Hajj à l’intention des Arabes israéliens.

« Je pense que nous arriverons très vite à ce moment, où les Israéliens pourront se rendre en Arabie saoudite par un vol direct pour le hajj », a-t-il affirmé.

Les Israéliens musulmans doivent actuellement transiter par la Jordanie pour se rendre en Arabie saoudite s’ils souhaitent prendre part au pèlerinage annuel.

Dans le cadre des efforts de séduction déployés par Netanyahu et son parti du Likud à l’égard des électeurs arabes, le Premier ministre a critiqué de la Liste arabe unie, l’alliance des quatre plus importantes formations à majorité arabe d’Israël.

Netanyahu a clamé que la Liste arabe unie n’avait « rien » fait pour le public arabe tout en mettant en exergue les récents investissements du gouvernement placé sous son autorité dans les villes de la communauté.

La Liste arabe unie a mis sur le devant de la scène un certain nombre de sujets de préoccupation importants pour les Arabes, comme la lutte contre le crime, le développement des plans de constructions et l’arrêt des démolitions d’habitations, entre autres.

Le page Facebook du Likud, pour sa part, a pris pour cible des membres spécifiques de la Liste arabe unie et notamment son président, Ayman Odeh, que le parti a qualifié de soutien du président Bashar al-Assad.

Odeh s’est abstenu à un certain nombre d’occasions de condamner la Syrie pour son utilisation de la violence contre les civils.

Avi Dichter, parlementaire du Likud, a rejoint cette initiative de séduction. Il a affirmé dans une vidéo postée mercredi sur Twitter que le Likud avait satisfait 80 % des Arabes, les implorant de voter pour la formation.

Abaisser la participation électorale

Amjad Shbita, co-directeur de Sikkuy, une organisation non-gouvernementale qui oeuvre à faire avancer l’égalité entre Juifs et Arabes, a déclaré que la tentative de Netanyahu de s’adresser directement aux Arabes ne visait pas nécessairement à gagner leur adhésion.

« La campagne de Netanyahu en direction de la communauté arabe a pour objectif de réduire le taux de participation électorale de la communauté », a-t-il estimé dans un entretien. « Il sait que les Arabes ne voteront pas pour le Likud et qu’ils sont allés voter en grand nombre lors du dernier scrutin – en grande partie en raison des incitations du Premier ministre à leur encontre. Il veut donc, cette fois, faire chuter la température et il espère que les Arabes décideront de rester chez eux le jour du vote. »

Une arabe israélienne dépose son bulletin de vote dans l’urne d’un bureau de vote de la ville arabe de Beit Safafa, le 17 mars 2015. (Miriam Alster/Flash90)

Au cours de sa campagne, avant le vote du mois de septembre dernier, Netanyahu avait échoué à faire adopter un projet de loi à la Knesset qui aurait donné aux observateurs de son parti le droit d’amener des caméras dans les bureaux de vote – une initiative qui, selon le Likud, visait à prévenir une fraude « endémique » dans les communautés arabes.

Les opposants à cette législation, avait-il clamé à ce moment-là, « volent les élections ».

Il avait également suggéré de manière répétée que la Liste arabe unie manquait de légitimité pour être impliquée dans le processus décisionnaire gouvernemental. Il avait tenté d’encourager ses partisans de droite à prendre d’assaut les bureaux de vote en disant que les Arabes se rendaient aux urnes en masse.

De plus, le chatbot de Netanyahu, sur Facebook, avait affirmé au mois de septembre que les Arabes « veulent nous annihiler tous – femmes, enfants et hommes ». Le Premier ministre avait ensuite nié avoir écrit cette déclaration, disant qu’elle émanait de l’un de ses employés de campagne.

Shbita a prédit que l’initiative de Netanyahu visant à courtiser les électeurs arabes n’aura pas d’impact sur les résultats du scrutin.

« Il a commencé ce type de démarche très tard dans sa campagne », a-t-il expliqué. « Cela pourrait avoir un effet très minimal sur les personnes qui décideront d’aller voter ou non, mais cela n’affectera pas le nombre de sièges qui sera finalement gagné par la Liste arabe unie ».

Le taux de participation électorale arabe s’était élevé à 59,2 % au mois de septembre. En comparaison, 49,2 % des votants arabes s’étaient déplacés pour jeter un bulletin dans l’urne lors du scrutin national du mois d’avril.

Le bureau du Premier ministre a refusé de répondre aux commentaires faits par Shbita et le porte-parole du Likud, Jonatan Urich, n’a pas non plus répondu à nos questions.

Les arabes n’oublieront pas le passé de Netanyahu

La Liste arabe unie a rejeté la campagne de Netanyahu en direction des électeurs arabes, disant qu’elle n’effacerait en rien la rhétorique passée du Premier ministre

« Seul un vrai raciste comme Netanyahu peut penser que les citoyens arabes sont suffisamment stupides pour oublier qu’il y a seulement deux mois, il avait écrit que nous voulions annihiler femmes et enfants », a écrit Odeh sur Twitter, le 19 février, se référant aux mots employés par le Premier ministre via son chatbot.

(G à D) Ofer Cassif, Heba Yazbak, Osama Saadi, Mtanes Shehadeh, Ayman Odeh, Ahmad Tibi, Aida Touma et Iman Khatib Yassin, devant leurs partisans au siège de campagne de la Liste arabe unie à Nazareth, dans le nord d’Israël, le 17 septembre 2019, à l’annonce des premiers sondages de sortie des urnes. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

« Une interview n’effacera pas une décennie d’incitations et de haine incendiaire. Dans treize jours, les citoyens arabes lui feront quitter le bureau du Premier ministre une bonne fois pour toutes », a-t-il ajouté.

Le députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman a également souligné, mercredi, que l’événement organisé par Netanyahu entre Tamra et Ibillin pour sa campagne n’avait drainé que peu d’intéressés.

« En arrivant, qu’avez-vous vu ? Une salle presque vide – presque 30 personnes présentes. Même lors d’un événement organisé dans un salon de Tel Aviv, je touche un public plus large », a-t-elle déclaré dans une vidéo publiée sur Twitter.

Des images de l’événement ont montré que peu de personnes étaient présentes dans la salle lors de l’arrivée de Netanyahu.

Touma-Sliman a ajouté que « la défaite que vous avez ressentie aujourd’hui, lorsque vous êtes arrivé dans une salle vide, vous la ressentirez plus fortement encore » au jour du scrutin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...