Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Avec l’envie de « danser », l’ex-otage Elma Avraham quitte l’hôpital après 5 mois

Revenue en Israël, en novembre, dans un état critique, l'octogénaire dit avoir été déplacée à plusieurs reprises dans Gaza avant d'aller dans les tunnels, où on l'a obligée à dire des versets du Coran

Elma Avraham est assise dans un fauteuil roulant, entourée du personnel de l'hôpital Soroka et de sa famille avant sa sortie de l'hôpital, le 8 mai 2024. (Centre hospitalier Soroka)
Elma Avraham est assise dans un fauteuil roulant, entourée du personnel de l'hôpital Soroka et de sa famille avant sa sortie de l'hôpital, le 8 mai 2024. (Centre hospitalier Soroka)

Elma Avraham, l’otage de 85 ans rentrée en Israël dans un état critique à sa libération, en novembre dernier, après 51 jours de captivité aux mains du Hamas, a quitté l’hôpital mercredi, où elle s’est remise de son épreuve, ces cinq derniers mois.

Jeudi, elle a donné sa toute première interview sur sa captivité. Avraham a déclaré à la radio militaire que, pendant sa captivité, elle avait été séquestrée dans quatre à cinq appartements de la bande de Gaza avant d’être détenue dans des tunnels, où elle n’a vu aucun autre otage.

« Dans l’une des maisons, [les ravisseurs] me lisaient le Coran et voulaient que je répète ce qu’ils disaient. Avec mes mots à moi, j’ai répété le Coran, après quoi ils m’ont dit : « Super, vous êtes maintenant des nôtres » », a-t-elle déclaré, laissant entendre qu’on lui avait fait lire les versets de conversion à l’islam.

Avraham a été enlevée à son domicile du kibboutz Nahal Oz le 7 octobre dernier, le jour où 3 000 terroristes du Hamas venus de Gaza ont fait irruption en Israël, semant la mort dans une vingtaine de communautés du sud du pays, tuant 1 200 personnes et faisant 252 otages.

Avraham est arrivée au centre hospitalier Soroka de Beer Sheva le 26 novembre après avoir été libérée dans le cadre d’un cessez-le-feu d’une semaine. Ses constantes étaient alors « extrêmement basses », a déclaré l’hôpital. Avraham a plusieurs traitements vitaux pour des maladies chroniques, auxquels elle n’a pas eu accès tout le temps de sa captivité à Gaza.

Lors de l’interview, elle est revenue sur les circonstances de son enlèvement, lorsque les terroristes ont fait irruption chez elle et alors qu’elle n’avait pas pu fermer la porte de son abri.

Elle a bien tenté de maintenir la porte fermée, mais, comme elle le raconte elle-même, les terroristes l’ont poussée. Sous le choc, des veines de sa main ont éclaté et l’un des terroristes lui a fait un bandage avant de l’enlever et de la conduire à Gaza.

« Arrivés à Gaza, il y avait beaucoup de monde, des gens qui applaudissaient ceux qui m’avaient emmenée », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’on l’avait conduite dans une mosquée, et plus tard dans une maison.

Elma Avraham est enlevée par des terroristes le 7 octobre 2023 (capture d’écran de Kan TV ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Elle a raconté qu’on lui faisait porter un hijab lors des transferts d’une cache à une autre et qu’une fois, l’un de ses ravisseurs l’avait portée sur son dos, parce qu’elle avait du mal à respirer en traversant une zone particulièrement boueuse dans la rue.

Dans la troisième cache, elle explique avoir dormi à côté des mitrailleuses que ses ravisseurs utilisaient pour tirer par la fenêtre « sur ceux qui s’approchaient ».

« J’avais l’impression qu’ils me protégeaient dans l’espoir de m’échanger contre d’autres prisonniers », a-t-elle suggéré.

A Gaza, Avraham dit ne pas avoir eu la notion du le temps. « J’avais l’impression qu’une semaine s’était écoulée. Je ne savais jamais si c’était le jour ou la nuit », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elle passait son temps à jouer au jeu pour enfants « Sheva Boom », semblable au jeu à Fizz Buzz.

Elle a dit ne pas se souvenir que son état de santé s’était détérioré en captivité, pas davantage que du jour de sa libération. « Je ne me souviens de rien. Je me rappelle seulement m’être réveillée à l’hôpital [en Israël] », a-t-elle confié.

Avraham a fini par quitter l’hôpital Soroka ce mercredi : elle va maintenant faire de la rééducation aux Mediterranean Towers de Bat Yam.

Elma Avraham a été enlevée à son domicile du kibboutz Nahal Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre et a été libérée le 26 novembre 2023. (Autorisation)

À sa sortie, Avraham a déclaré aux journalistes « se sentir bien » et devoir son rétablissement au personnel de l’hôpital. Interrogée par un journaliste de l’émission publique Kan sur ce qu’elle avait envie de faire, elle a répondu : « Danser. »

« J’ai eu la force de revenir vers vous, de vous revoir tous, surtout mes enfants et ma famille », a-t-elle déclaré, ajoutant que les otages encore à Gaza « devaient être libérés au plus vite ».

« Yom HaAtsmaout est très compliqué pour moi », a-t-elle déclaré, en parlant du prochain jour férié, qui commence lundi soir, « parce que ce n’est pas vraiment le jour de l’indépendance pour tous. Il reste des otages, aussi il me sera difficile de me réjouir en ce Yom HaAtsmaout. »

Moti Klein, chef de l’unité de traumatologie de Soroka, s’est réjoui du rétablissement d’Avraham, selon lui une véritable première compte tenu de ce qu’elle a enduré.

« Nous n’avons pas de précédents semblables. Personne n’a survécu à une chose pareille – la faim et les mauvais traitements », a-t-il déclaré par voie de communiqué. Il dit à Avraham que son service avait beaucoup appris grâce à elle.

Le fils d’Avraham, Ori, a dit de sa mère qu’elle était un « phénix, ressuscité d’entre les morts » et félicité les médecins pour leur travail, qui l’a grandement aidée à se rétablir.

« Nous n’oublierons jamais les images de sa libération, la manière dont elle a survécu dans des conditions inimaginables, sa grande force physique et mentale qui lui a permis de faire face à cette effroyable captivité aux mains des monstres du Hamas », a-t-il déclaré.

Il a également demandé à ce que l’on n’oublie pas les otages encore séquestrés à Gaza : « Il faut qu’ils reviennent parmi nous, maintenant. »

On estime à 128 le nombre des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre encore à Gaza – pas tous vivants – depuis la libération de 105 civils à la faveur d’un cessez-le-feu d’une semaine, fin novembre, et de quatre autres otages un peu avant. Le bilan fait par ailleurs état de trois otages secourus par des soldats et de la dépouille de 12 otages, trois d’entre eu tués par erreur par l’armée.

Tsahal a confirmé la mort de 36 otages du Hamas, grâce à des renseignements obtenus par les militaires déployés à Gaza. Une personne est portée disparue depuis le 7 octobre, sans aucune information.

Le Hamas détient également le corps des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, morts au combat en 2014, ainsi que deux civils israéliens – a priori vivants -, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, entrés de leur plein gré dans la bande de Gaza, respectivement en 2014 et 2015.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.