Rechercher

Baharav-Miara envisage la nomination du chef de Tsahal avant les élections

La procureure générale a déclaré que la décision finale sera prise "sans interférences extérieures", en réponse aux députés du Likud réclamant son éviction

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

La nouvelle procureure générale Gali Baharav-Miara lors d'une cérémonie d'accueil à Jérusalem le 8 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La nouvelle procureure générale Gali Baharav-Miara lors d'une cérémonie d'accueil à Jérusalem le 8 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La procureure générale Gali Baharav-Miara a déclaré mardi qu’il n’existait « pas d’interdiction absolue » de nommer un nouveau chef de l’armée israélienne en pleine période électorale et que sa décision finale sur la question serait prise « sans aucune interférence extérieure », laissant entendre qu’elle pourrait approuver cette décision peu orthodoxe.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, souhaiterait nommer un successeur au chef d’état-major de Tsahal, le général Aviv Kohavi, dont le mandat de quatre ans expire en janvier, malgré la convocation de nouvelles élections la semaine dernière. Les gouvernements intérimaires se sont traditionnellement abstenus de procéder à des nominations pour des postes de haut niveau tels que ceux de chef de la police ou de l’armée.

« Il n’existe pas d’interdiction absolue de procéder à des nominations, même de hauts fonctionnaires, pendant une période électorale. Il s’agit d’une question de faits et d’un équilibre entre les différentes logiques pertinentes en la matière », a déclaré Mme Baharav-Miara lors de la conférence annuelle de l’Association of Corporate Counsel à Tel Aviv.

« Il n’est pas possible, et il n’est pas correct, de geler toutes les activités du gouvernement. Il faut permettre à l’État de continuer à fonctionner », a-t-elle ajouté. « La retenue ne signifie pas la paralysie ».

En réponse aux députés du Likud qui menaçaient de la chasser s’ils revenaient au pouvoir après les élections, Mme Baharav-Miara a déclaré que sa décision sur la question serait prise « uniquement en fonction des faits liés à l’affaire et du droit qui leur est applicable… sans interférences étrangères et à partir de considérations purement d’actualité ».

« Les eaux tumultueuses ne nous détourneront pas de notre chemin », a-t-elle déclaré.

Illustration : Le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, lors d’un événement organisé pour les soldats exceptionnels dans le cadre des célébrations du 74e anniversaire de l’indépendance d’Israël, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche, un avis juridique formulé par le plus grand expert en droit de l’establishment de la défense a été transmis à Baharav-Miara, soutenant qu’il était possible de poursuivre le processus de nomination d’un nouveau chef d’état-major de Tsahal même pendant la saison électorale.

Le bureau de Gantz a déclaré que l’avis juridique du procureur général militaire Itai Ofir était accompagné d’un résumé opérationnel classifié de Tsahal et d’un résumé politique classifié « concernant les défis sécuritaires et politiques auxquels Israël est actuellement confronté ».

Auparavant, Mme Baharav-Miara avait indiqué que M. Gantz devrait justifier cette nomination par un « motif impérieux ».

Les généraux qui ont été nommés sont Eyal Zamir, un ancien chef d’état-major adjoint de Tsahal qui travaille actuellement comme chercheur dans un think tank à Washington ; Herzi Halevi, l’actuel chef d’état-major adjoint ; et Yoel Strick, un ancien commandant des forces terrestres de l’armée, qui travaille lui aussi comme chercheur dans un autre think tank à Washington.

(De gauche à droite) Les généraux de division Eyal Zamir, Herzi Halevi et Yoel Strick sont vus sur des photos officielles non datées. (Crédit : Tsahal)

Selon la loi, les candidats au poste de chef d’état-major, ainsi qu’à d’autres postes de haut niveau tels que ceux de commissaire de police et de gouverneur de la Banque d’Israël, doivent être examinés par la commission consultative de nomination des hauts fonctionnaires. Après cela, un candidat est confirmé par un vote du cabinet.

D’après les rumeurs, Zamir serait un candidat de seconde zone, tandis que Halevi est considéré comme favori. Halevi et Kohavi ont commencé leur carrière militaire dans la même unité de parachutistes, et ont ensuite tous deux été chefs de la direction du renseignement militaire de Tsahal.

Avant d’occuper le poste de chef d’état-major adjoint, Halevi, 54 ans, était le commandant du Commandement du Sud de Tsahal, supervisant plusieurs rounds de combats entre Israël et les terroristes de la bande de Gaza en 2018 et 2019.

Le poste de Kohavi, d’une durée de trois ans, a déjà été prolongé d’un an, comme c’est la norme, même si, en de rares occasions, certains chefs de Tsahal sont restés en poste pendant deux années supplémentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...